Jun 03, 2021 17:20 UTC
  • La Russie peut se passer de l'Iran?

En revoyant l'évolution de l'attitude de la Russie post-soviétique envers l'Iran, on peut signaler des changements avec de grandes fluctuations : d'une part, elle considère l’Iran comme un « allié fiable dans la région et dans le monde » et « un allié fort contre les ennemis communs », d'autre part, il est qualifié de « menace méridionale et un outil pour réguler les relations avec l'Occident ».

L'une des aspects pratiques de cette fluctuation se voit dans la présentation de deux votes différents et importants au Conseil de sécurité de l'ONU sur l'Iran, l'opposition et le veto à la résolution anti-iranienne du Conseil de sécurité du 26 février 2018 et l'approbation et le vote pour la résolution anti-iranienne 1929 du 9 juin 2010.

Karaganov, président honoraire du Conseil de politique étrangère et de défense, est un éminent homme politique russe et le conseiller du gouvernement de Poutine.

Pour Karaganov, les investissements russes dans les secteurs de l'électricité, du pétrole et du gaz iraniens sont dans l’intérêt national de la Russie. Ce dernier estime qu’un rapprochement de la Russie à l'Iran contribuera à créer un monde multipolaire.

Dans une note intitulée « Une perspective mondiale du point de vue de la Russie », évoquant l'importance de l'Iran dans la politique étrangère de la Russie, Karaganov écrit : «Compte tenu de l'adhésion de l’Inde et du Pakistan ainsi que du projet d'adhésion de l'Iran à l’Organisation de coopération de Shanghai, l'institution se transforme en un noyau favorisant la formation d’une Grande Communauté eurasienne dans laquelle la coopération sino-russe jouerait un rôle majeur.»

En vertu de cette idée, la Chine pourrait devenir l'hégémonie économique de cette union ; et les trois autres pays à savoir l'Iran, la Russie et l'Inde peuvent jouer un rôle de poids en renforçant leurs coopérations.

Ministres iranien et russe de la Défense, Hatami et Choigou(Archives)

Concernant les relations irano-russes, il a souligné : « Nous pouvons augmenter le commerce bilatéral. La Russie importe actuellement des produits semblables à certains produits iraniens depuis l'Afrique du Nord ; Alors, pourquoi ne pas importer de l'Iran ? Nous pouvons augmenter le volume des importations en provenance d'Iran. Le champ des coopérations dans le domaine des oléoducs et des gazoducs est favorable. Dans la mer Caspienne, notre intérêt commun est de maintenir la stabilité des pays voisins ce qui permettra l'utilisation de ses ressources pétrolières et gazières. »

Il a également ajouté : « L'Iran et la Russie ont bien travaillé ensemble pour vaincre les talibans et ramener la paix au Tadjikistan. L'Iran est potentiellement le pays le plus stable de la région en développement. »

Selon Karaganov, pour réaliser un monde multipolaire, la Russie doit approfondir ses relations avec la République islamique d'Iran.

Le président iranien Hassan Rohani (D) et ses homologues chinois et russe, Xi Jinping (C) et Vladimir Poutine(G). @http://www.aisp.fr/

 

Mots clés