Aug 21, 2021 18:37 UTC
  • Un

L’Iran a révélé la semaine dernière la découverte d’un énorme nouveau gisement de gaz situé dans le sud de la mer Caspienne. Le champ gazier de « Chalous » a une capacité de production estimée à 11 phases de South Pars, plus grand champ gazier du monde que l’Iran partage avec le Qatar.

Si les estimations sont exactes et que l’opération d’exploration du Chalous s’avère réussie, le volume de gaz récupérable de cette seule structure serait 1,5 fois le gaz récupérable total en Azerbaïdjan et l’équivalent de 30 % du gaz récupérable total en mer Caspienne. Cette structure peut également avoir d’importantes réserves de pétrole. Aussi, Chalous peut être comparé aux gisements géants de pétrole et de gaz du sud de l’Iran en termes de gisements d’hydrocarbures en place et récupérables. C’est d’autant plus important que l’Iran est propriétaire de technologies en eaux profondes et partant dépositaire d’un accès facile à la haute mer, puisque situé sur la principale route de transit de la région.

En effet, 675 km des côtes de la mer Caspienne se trouvent en territoire iranien, mer qui est une zone énergétique clé, après le Moyen-Orient et la Sibérie.

« En plus des caractéristiques uniques de l’Iran pour livrer l’énergie des voisins au reste du monde, Chalous est apte à fournir 20 % des besoins énergétiques de l’Europe, ce qui signifie attirer d’importants investissements étrangers et ce d’autant plus que l’Iran a la route la plus sûre pour les exportations de pétrole et de gaz avec des installations telles que des installations pétrolières et gazières, des installations portuaires, des raffineries et des réseaux de pipelines de pétrole et de gaz, est l’option la plus appropriée pour les exportations de gaz vers l’Est et l’Ouest.

Il convient de mentionner aussi que la mer Caspienne est actuellement l’une des sources les plus importantes de pétrole brut et de gaz naturel au monde avec 3 à 4 pour cent des réserves prouvées de pétrole brut et environ 6 à 7 pour cent des réserves mondiales prouvées de gaz naturel, à quoi s’ajoute la proximité du principal marché de consommation.

On estime également qu’en raison de la situation géographique privilégiée de cette mer, certains pays européens d’Asie de l’Est et même les États-Unis couvriront jusqu’à 80 % de leurs besoins en pétrole et en gaz à partir des ressources de la mer Caspienne.

Or la situation géographique de l’Iran permet au pays de recevoir plus de ressources énergétiques des États riverains de la mer Caspienne et de les livrer aux clients du golfe Persique. En effet, aucun des pays riverains de la mer Caspienne n’a la position géographique privilégiée de l’Iran dans le transit du pétrole et du gaz de la Caspienne.

Nord-Stream 2 “iranien” est-il sur le point de naître ? Très probable. Et dire que le pacte stratégique Iran Russie pourrait aussi inclure cette superbe clause de complémentarité énergétique irano-russe pour le grand malheur des USA qui verront le problème Nord Stream 2 prendre une dimension iranienne.

 

 

Mots clés