Aug 27, 2021 17:42 UTC
  • Syrie: Israël frappé à Deraa!

Tôt dans la matinée de ce vendredi 27 août, l'armée syrienne a déjoué un complot de terroristes armés dans la campagne orientale de Deraa visant à attaquer l'une de ses positions près de la frontière avec la Jordanie, a rapporté le site d’information Southfront.

Une unité de la 15e division de l'armée syrienne a tendu une embuscade au groupe censé lancer une attaque sur une zone située entre les villes d'al-Jeezah et d'al-Musayfrah. Les snipers, qui se déplaçaient à moto, ont été pourchassés par les tireurs d'élite de la 15e division de l’armée syrienne.

À la suite de l'embuscade, au moins six terroristes armés ont été tués tandis que plusieurs autres ont disparu, selon des sources locales à Deraa.

La DCA syrienne a détruit des missiles israéliens, le lundi 21 janviers 2020.©Xinhua

Certains des six hommes armés tués auraient combattu aux côtés des groupes terroristes avant de rejoindre l'accord de réconciliation de 2018 à Deraa.

Plusieurs attaques ont visé les troupes de l’armée syrienne à Deraa au cours des dernières semaines. Lors de l'attaque la plus récente, qui a eu lieu dans la campagne occidentale du gouvernorat le 26 août, un soldat a été tué et huit autres ont été blessés.

Les attaques récentes avaient toutes pour objectif de soutenir les terroristes armés recherchés et assiégés par l’armée syrienne dans la partie sud de la ville de Deraa, connue sous le nom de Deraa al-Balad, que les hommes armés abandonnent cependant. Le 26 août, au moins 50 d'entre eux ont quitté la zone en vertu d'un accord avec les autorités syriennes parrainé par la Russie.

D'autres hommes armés devraient quitter Deraa al-Balad dans les prochains jours. La situation dans la région semble se stabiliser. Les autorités syriennes et les dirigeants locaux sont plus proches que jamais d'un accord complet.

Dans le même temps, des sources d'information ont rapporté le transfert d'un deuxième groupe de terroristes de Deraa vers le nord de la Syrie, indiquant qu'il s’agit de 53 terroristes qui se sont rendus dans le nord de la Syrie en famille.

Des terroristes viennent d'occuper un poste de contrôle de l'armée syrienne dans la banlieue de Deraa. ©Mashregh News

Selon un rapport publié par Al-Jazeera, l'accord comprend deux clauses principales pour une durée d’un mois : la première stipulant une trêve de 15 jours, soit jusqu'à la fin août, à condition que des patrouilles russes en surveillent le respect. Un dispositif devrait également mis en œuvre pour la régularisation du statut de l'opposition armée à Deraa al-Balad ; ceux qui refusent de s’y soumettre seront envoyés dans le nord de la Syrie.

À ce stade, un comité composé du service de renseignement syrien, des militaires russes et des habitants de Deraa al-Balad sera mis en place. Le comité aura pour mission de surveiller le bon déroulement de la feuille de route, dont la première phase se terminera avec l'arrivée des forces de police syriennes au poste de contrôle « al-Abbasiyah » à Deraa al-Balad.

Selon des sources affiliées à l'opposition, la deuxième clause de l’accord sera mise en œuvre début septembre par la mise en place des quartiers généraux appartenant aux militaires syriens et russes chargés de surveiller la situation sécuritaire dans la région.

Les habitants de Deraa al-Balad et d'autres zones contrôlées par des groupes terroristes ont hâte de rentrer chez eux. L'armée syrienne cherche à étendre son contrôle sur toutes les zones de Deraa.

Une vue de la base aérienne russe de Hmeimim en Syrie. ©Sputnik/Illustration

Suite à la publication de nombreux rapports sur l’axe des entretiens du Premier ministre israélien avec le président américain, un haut responsable du régime sioniste a annoncé que la question du retrait américain d'Irak et de Syrie serait également discutée lors de cette rencontre.

Le site d’information israélien Walla a rapporté jeudi soir, citant une source de haut rang, que la question de la présence des forces américaines en Irak est très importante pour Tel-Aviv.

« Le Premier ministre israélien Naftali Bennett devrait exhorter le président américain Joe Biden à ne pas retirer ses troupes d'Irak et de Syrie », a déclaré la source dans une interview avec Walla.

« Une telle sortie pourrait être dans l'intérêt de l'Iran et renforcer son rôle et sa présence dans la région », a déclaré le responsable sioniste ayant requis l’anonymat.

« La question de la présence des forces américaines en Irak est très importante », a-t-il souligné.

D'autre part, Walla a annoncé que lors de sa rencontre avec Joe Biden, Naftali Bennett évoquerait l'idée de former une coalition régionale qui comprendrait Tel-Aviv et plusieurs pays arabes, dans le but de renforcer la normalisation des relations avec d'autres pays.

La source a également prétendu qu'une telle coalition faisait l’obstacle à ce qui a été appelé « les actions hostiles de l'Iran et son objectif de dominer la région ».

Elle a également prédit que lors de la réunion, Bennett recommanderait la formation d'une équipe conjointe américano-israélienne pour s’occuper de la question iranienne.

 

Mots clés