Aug 31, 2021 15:20 UTC

Nouveau séisme balistique d'Ansarallah : à peine quelques heures après une tonitruante attaque au triple missile tactique visiblement de type nouveau qui a visé la base Al-Anad à Lahij où quelques 900 marines fraîchement arrivés d'Afghanistan sont positionnés et où les officiers israéliens ont déjà pignon sur rue puisque Lahij est au sud et non loin de Bab el-Mandeb, une série d'attaque aux drones et aux missiles se sont succédé.

 Il y a peu Ansrallah avait mis en garde les Émirats, puis les forces britanniques contre une prolongation de l'occupation du territoire yéménite. Ce matin, Abdel Salam, haut dirigeant d'Ansarallah s'en est pris aux forces d'occupation US et leur a conseillé de faire un "propre remake" de leur retrait d'Afghanistan avant qu'il ne soit plus tard. Évidemment cette mise en garde qui tombait peu après la tempête balistique contre Al-Anad a dû bien sonner aux oreilles des Yankees. Voici ce qui s'est passé dans les heures suivant la frappe de ce 30 août contre Al-Anad. Sept frappes dont deux aux drones rien que contre l'aéroport stratégique d'Abha dans le Sud yéménite où la Royale Army a la tâche de "sécuriser" le sud du royaume en multipliant des frappes contres les villes et les villages du nord yéménite.

Les affrontements se sont intensifiés sur le front de Maarib.

La première frappe n'a pas été reconnue par un Turki al Maliki, qui trop gonflé ces derniers temps, ne jurait que par "drones d'Ansarallah ont été interceptés". Cette fois l’intéressé a reconnu que la frappe contre Abha "a fait au moins huit blessés". On ignore si les Rosbifs font partie des pertes et des blessés. Mais Khamis Mushait, autre nid à F-15 british dans le Sud saoudien a également été visé à coup de drone. Quant au triple missile ayant visé  Al-Anad, on parle déjà d'un super lancement depuis l'aéroport de Taez, ce qui fait que la portée de ces trois missiles qui ont fait 43 morts et 56 blessés dans les rangs de la coalition serait au moins de 85 km. 

Mais ce n'est pas tout : car cette démonstration de force balistique a un arrière-plan, celui de déverrouiller la situation à Maarib et à réveiller les Yankee et les British qui croient avoir gelé l'avancée de la Résistance dans cette province stratégique qu'est Maarib. De très violents combats se poursuivent à l'heure qu'il est, sur les hauteurs de Zaha à Sirwah, soit le front ouest où Ansarallah avance de façon fulgurante. Des dizaines de forces saoudiennes et Cie ont été décimées dont des officiers. Parallèlement les tribus de Maarib continuent à rallier Ansarallah et se tourner le dos à Riyad, ce qui permet à la Résistance de reprendre Maarib sans heurts, une dynamique qui rend fous les Saoudiens. 25 frappes à peine en quelques heures et surtout visant les infrastructures énergétiques de Maarib. Mais Ansarallah sait bien comment riposter : Une attaque au missile contre la base Sahn al-Jinn dans le nord de la ville de Maarib ; des sources locales confirment que le missile a atteint la base avec une grande précision. Une autre attaque au missile contre la 3e zone militaire de la coalition saoudienne à Maarib ; des sources locales ont affirmé avoir entendu l’explosion, et puis une attaque au missile contre Jizan. 

Le tir d’un missile yéménite. ©AFP

À l’aéroport d’Abha dans le sud de l’Arabie saoudite visé à deux reprises par Shahed 136 ou ces drones à sens unique qui sont à la fois des missiles de croisière, des drones de reconnaissance et des drones kamikazes, des vols sont annulés. Les experts relèvent la quasi-concomitance des attaques anti-"base aérienne"- aéroport d'Abha ayant été menée après que Najran et Jizan qui eux ont été ciblés à coup de missiles balistiques. Bref le cocktail drone-missile d'Ansarallah est de retour et ce sont les capacités aériennes de l'axe US/GB/Riyad qui sont royalement visé suivant ce rapport de force aérien qui va si nettement désormais en faveur de la Résistance.  

Mais à Al-Anad, l'heure était ce 30 août à la précision balistique : La plus grande des attaques d'Ansarallah a été menée dimanche matin contre la base Al-Anad à Lahij dans le sud du Yémen, la plus grande base aérienne au Yémen qui est sous contrôle des forces du Conseil de transition du Sud, soutenu par les Émirats arabes unis.

Base d'Al-Anad à Lahj frappée à coup de trois missiles tactiques(Capture d'écran)

Pour l’instant, les sources yéménites n’ont pas encore fait de commentaires officiels sur l’ampleur de l’attaque ni sur le type de missile tiré. Mais vu la haute précision de l’attaque et le nombre élevé de morts et de blessés, il semble qu’il s’agisse de l’un des missiles de précision dévoilés récemment à l’exposition des acquis militaires de l’armée yéménite. Des missiles tels que Nikal, Qassem-2 et les roquettes de type Badr sont d’une grande portée et précision et ont infligé au cours des derniers mois des coups durs à la coalition saoudienne sur les fronts de combat à Maarib ou dans les régions sud de l’Arabie saoudite, à Assir et à Jizan.

Il est à noter que la base aérienne d’Al-Anad a été visée à maintes reprises ; l’attaque de drone en janvier 2019 lors d’une parade militaire a fait des dizaines de morts et blessés parmi lesquels figurent des commandants de haut rang du Conseil de transition du Sud. Ce fut Qassef K2 qui faisait à l'époque son baptême de feu, ce Loitering munition qui continue à terroriser les terroristes américains et britanniques au Yémen. Avant le déclenchement de la guerre au Yémen en 2015, la base d'Al-Anad avait servi à l'armée américaine pour prétendument traquer les terroristes d'al-Qaïda. Mais désormais ce sont les Américains, les Émiratis et surtout les Israéliens qui la côtoient puisqu'ils croient sans doute qu'Ansarallah ne ferait pas connaître le même sort que les forces anti-US en Afghanistan. Eh bien ils ont tort... 

 

Mots clés