Sep 15, 2021 09:57 UTC
  • Rencontre Poutine/Assad: le message?

Le président syrien Bachar al-Assad a effectué hier mardi 14 septembre une visite inopinée en Russie et a rencontré le président syrien Vladimir Poutine.

Selon les sources syriennes, lors de cette rencontre, les deux parties ont discuté de questions régionales de premier ordre, en particulier de la libération du territoire syrien.
 
La rencontre « secrète » entre les deux présidents a duré 90 minutes, après quoi le ministre syrien des Affaires étrangères et le ministre russe de la Défense ont rejoint la réunion.
 
La libération des zones syriennes occupées par les terroristes d'al-Nosra dans la province syrienne d'Idlib, au nord-ouest de la Syrie, le soutien économique russe à Damas et la réparation des centrales électriques syriennes étaient à l’ordre du jour de la réunion. 
 
La présence du ministre syrien de la Défense indique la ferme résolution de Damas et de Moscou à libérer le pays.
 
La formation d'une commission conjointe sur l'importation de blé en Syrie en provenance de Russie et la coopération dans le domaine des technologies de l'information figuraient parmi d'autres questions abordées.
 
Les deux parties ont examiné aussi le processus d'Astana (processus de paix en Syrie) et du Comité de révision constitutionnelle syrien.
 
Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov a déclaré mardi soir que les États-Unis avaient déployé des efforts en coulisses pour de nouveaux scénarios de désintégration de la Syrie, auquel la Russie s'opposerait définitivement.
 
« L'une des principales raisons de l'instabilité dans la région et de la poursuite du conflit en Syrie est la présence illégale des États-Unis dans le pays », a-t-il déclaré.
 
« Je crois que les États-Unis ont de nouveaux scénarios pour la désintégration de la Syrie, et nous nous y opposerons et réagirons conformément aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU qui mettent l'accent sur l'intégrité territoriale de la Syrie », a ajouté Ryabkov. 
 
Les États-Unis sont présents dans le nord-est et le sud-ouest de la Syrie dans le soi-disant but de lutter contre le terrorisme, alors que les forces militaires américaines n'ont mené aucune opération contre les terroristes depuis longtemps. 
 
Le gouvernement syrien considère la présence américaine comme une « occupation » et a appelé à plusieurs reprises les Nations unies et le Conseil de sécurité à réagir à cette ingérence.

 

Mots clés