Oct 13, 2021 19:27 UTC
  • Corridor Iran-Syrie-Liban: comment le défendre?

Depuis mardi, l'Iran a tenu de très vastes exercices de DCA dans les régions desertiques de Semnan au centre de l'Iran. Ce mercredi et dans le second jour des exercices, les forces iraniennes qui ont mis à l'épreuve des pièces de DCA à haut et à basse et à moyenne altitude ont exercé la défense de deux " des sites sensibles" du pays sans en évidement indiquer le nom.

 Il s'agit on s'en doute des "menaces" que l'axe Israël/Turquie fait encourir aux portes nord-ouest de l'Iran par l’Azerbaïdjan interposé, ami et allié de l'OTAN et d'Israël qui a été jusqu'à autoriser la Turquie à ramener ses terroristes de HTS ou Turkistani d'Idlib dans le Caucase sud ou Israël à avoir ses quatre bases en territoire azerbaidjanais bourrés  de drones voire même de F-35 Adir. Ceci étant l'exercice d'envergure "Defenseur du ciel 1400" semble aller plus loin que la simple volonté préventive de répondre aux menaces Israël/OTAN.

Pourquoi? Et bien par cette tendance très particulière au "naval". En effet, toutes les pièces de DCA nouvelles qui y ont été dévoilés et on pense en d'autres au système Majid ou encore à cette réplique en plus petite de Bavar 373 ont la vertu de pouvoir embarquer à bord des navires. En ceci, on ne peut ne pas penser effectivement à ce qui se passe en Méditeranée où l'Iran et la Syrie et le Liban résistants ont établi un corridor mùaritime anti sanction qui relie le golfe Persique à Baniyas et Beyrouth. L'exercice de la DCA en cours confirme la détermination de l'Iran et de la Résistance à consolider sa défense maritime, signe que les missions navales s'élargiront dans le temps. Et puis il y a comme un petit écho aux échecs du camp d'en face en termes de defense navale, échec particulièrement visible à travers l'affaire Mercer Street qui apparait à travers cet exercice, l'Iran cherchant visiblement à doter ses bâtiments des batteries de DCA performantes et non pas de "maquettes inutiles que sont par exemples des Aiegis américains". 

D'ailleurs, peu avant le début de l'execice, le commandant de la marine du Corps des gardiens de la RII, le contre-amiral Ali Reza Tangsiri, est revenu sur ce "face-à-face " et a  rappelé que « les Américains ont été giflés à six reprises dans le golfe Persique lors des affrontements avec les forces iraniennes dans les années 1980 ».

« La force navale du CGRI a mené avec succès six opérations dans le golfe Persique contre l'agresseur américain, brisant l'hégémonie des États-Unis dans le golfe Persique », s’est-il félicité mardi lors d'une cérémonie commémorant les forces navales iraniennes qui sont tombées en martyr le 8 octobre 1987 lors d'une attaque américaine pendant la guerre des pétroliers.  Nous n'avons jamais déclenché de guerre dans le golfe Persique, et bien que les Américains aient ciblé nos pétroliers, nos plates-formes et nos terminaux pétroliers, nous avons fait preuve de retenue. Après tous les dommages qu'ils nous ont infligés, nous sommes entrés dans une guerre d'un an et demi avec les Américains. Nous les avons giflé fort à six reprises », a-t-il martelé.

Le commandant a surtout dénoncé les activités criminelles du régime sioniste, déclarant : « La présence illégitime du régime usurpateur de Qods perturbe la sécurité de cette région stratégique... Il est inapproprié que les pays musulmans de la région autorisent la présence du régime criminel sioniste qui a occupé la première Qibla des musulmans. »

Ceci étant, il y a plus Un nouveau système de missiles iranien avec des lanceurs verticaux

Au cours de l'exercice de défense aérienne spécialisé conjoint des Sky Defenders de la province 1400, des images d'un système de défense aérienne ont été publiées pour la première fois. En raison des différentes caractéristiques de ce système avec d'autres systèmes de défense antimissile dans le pays. Ce qui est clair dans l'apparence de ce système, c'est un système de défense aérienne à portée mobile avec une gamme de milieu et d'arrière qui utilise des lanceurs verticaux.  En plus du lanceur, la batterie dispose d'un radar situé sur le lanceur lui-même. À cet égard, chaque unité du système atteint une grande mobilité et une grande stabilité dans l'environnement de combat avec une relative indépendance par rapport au véhicule secondaire portant le radar.  il semble que quatre antennes radar plates aient été installées sous l'antenne radar rotative, couvrant un total de 360 ​​degrés autour. Si cette hypothèse est correcte, ce qui correspond bien sûr à la capacité de lancement vertical des missiles du système, le radar rotatif est chargé de rechercher et de détecter les cibles, et le rôle de poursuite et de verrouillage des cibles est de la responsabilité des radars installés sur les quatre côtés.

Les radars mentionnés sont de type à réseau flou et il est possible que la capacité de ce système à s'engager simultanément avec plusieurs cibles dans des directions différentes soit un nombre important par rapport aux systèmes précédents. En raison de la nécessité d'une grande précision pour suivre avec précision les cibles, ces radars sont susceptibles de fonctionner dans la bande X. Le déploiement du radar sur le véhicule lanceur conduit à la formation d'une unité appelée Transporter Erector Launcher and Radar (TELAR), ce qui rend très difficile de perturber les radars et de les saturer de guerre électronique en raison de la dispersion des radars dans l'environnement de combat. Il est considéré comme les Tours 1 et 2 et les Livres 2. Dans le nouveau système iranien, le même concept a été utilisé pour maximiser la stabilité du système dans un environnement de combat. Si l'hypothèse d'installer des radars de détection et de poursuite avec le lanceur sur un véhicule est correcte, on assistera à la formation d'une unité à haute indépendance qui pourra effectuer une défense aérienne efficace même si les radars du réseau de défense aérienne sont perdus 

Le radar est capable de détecter des missiles de croisière et des cibles avec une vitesse de Mach 2 et une section radar de 0,1 mètre carré dans une portée de 30 km, et avec la capacité de détecter et de suivre jusqu'à 300 cibles, fournit des données pour divers air à courte portée. systèmes de défense dans le réseau en phase de détection. Ainsi, on peut conclure qu'un radar de niveau similaire ou supérieur a été utilisé dans le nouveau système de défense aérienne. Le radar est également capable de détecter de minuscules oiseaux sur une distance de plus de 10 kilomètres.

D'après la vidéo diffusée par le nouveau système de défense aérienne antimissile, il est évident que la salle de contrôle du système est également située sous les radars. Cette méthode signifie une compression maximale des composants du système ce qui se traduit par une mobilité beaucoup plus élevée des armes à feu de défense aérienne et un transport plus facile.

Un autre point que la capacité de lancement vertical du système de défense inconnu peut indiquer est la possibilité d'utiliser ce système dans des navires de guerre. Dans l'espace restreint des navires de guerre, le lancement vertical de missiles, qu'il s'agisse de missiles de défense aérienne ou de missiles de croisière, est requis par les concepteurs, car de cette manière, il est possible de placer un nombre beaucoup plus important de missiles dans le sous-marin.

Dans l'image ci-dessous, qui est publiée d'un navire en construction de la catégorie de Shahid Soleimani et appartenant à la marine du Corps des gardiens de la Révolution islamique, on peut supposer que l'emplacement des missiles de défense aérienne, qui est un petit espace pour la verticale missiles à utiliser. C'est plus approprié.

Une image satellite du navire en construction par Shahid Soleimani et l'emplacement possible de ses missiles. Selon la vidéo publiée, les dimensions de chaque cartouche des missiles de ce système peuvent être estimées à environ 40 centimètres carrés et une longueur totale d'environ 3,7 mètres, de sorte que les missiles de ce système auront probablement une portée descendante à moyenne portée. Cette portée peut être inférieure à 30 km pour le système de lancement à froid et inférieure à 25 km pour la méthode de lancement à chaud. Belle perspective pour les combats navals à venir.

 

Mots clés