Oct 17, 2021 18:49 UTC
  • Drones d'Israël: la DCA qui tue!

Récemment, Téhéran a averti Bakou contre ses efforts pour élargir ses relations avec le régime sioniste. Ces dernières années, la République d’Azerbaïdjan a acheté pour environ 7 milliards de dollars des équipements militaires au régime israélien y compris une large gamme d’armes telle que des drones de reconnaissance Hermes 450 fabriqués par la société israélienne Aeronautics Defense Systems, Hermes 900 construit par la société israélienne Elbit Systems et Heron fabriqués par IAI.

Sous prétexte de la deuxième guerre du Haut-Karabakh, la République d’Azerbaïdjan, épaulée par des services de renseignement turcs, a transféré des centaines de terroristes de Daech du nord de la Syrie vers les frontières nord-ouest de l’Iran et a utilisé à plusieurs reprises des équipements militaires israéliens. La question est de savoir si les armements israéliens à la disposition de Bakou sont capables de rivaliser avec les systèmes de défense aérienne de l’Iran.

La semaine dernière le commandant en chef de la base de défense aérienne Khatam ol-Anbia, centre de défense aérienne intégrée de l’Iran, le général de brigade Qader Rahimzadeh a fait état de l’organisation de la principale phase de l’exercice de défense aérienne conjoint baptisés « Défenseurs du ciel de Velayat-1400 » avec la participation des unités de la Force aérospatiale du CGRI, l’armée de l’air et le Corps de défense aérienne de l’armée de la République islamique d’Iran.

Au cours de l’exercice, de nouveaux systèmes de défense aérienne de fabrication nationale (anti-missiles et anti-drones) ont été utilisés y compris Joshan, Majid, Dezful et Zubin.

La DCA anti-drone Majid (AD-08) est dotée d’équipements de détection et de capteurs de suivi vidéo et thermique, ce qui se trouve aussi parmi des équipements installés sur le système électro-optique Seraj-1.

Le bilan du test des missiles de la DCA Majid tirés dans la nuit lors de l’exercice a prouvée son niveau de fiabilité le plus élevé en vue de faire face aux menaces notamment dans la catégorie des drones de combat de l’ennemi.

Ce système anti-drone ayant la capacité d’être embarqué sur divers dispositifs d’artillerie a été conçu et développé pour détecter, intercepter et détruire des cibles à courte distance.

La vitesse élevée dans l’interception et la destruction de la cible ennemie, la vitesse de la préparation au tir, la haute précision et la plus forte probabilité de viser la cible font partie des caractéristiques du système de DCA Majid.

Selon les photos diffusées, le système de guidage automatique des missiles Majid est doté des détecteurs électro-optiques lui permettant d’opérer sur le mode « tire et oublie », ce qui permet à la DCA de tirer à la fois sur plusieurs cibles dans les plus brefs délais sans l’intervention directe de l’opérateur du système.

Les missiles du système Majid, équipés d’un détecteur optique à imageur thermique, prennent pour cible les drones ennemis avec moins d’erreurs.

Ce missile ayant une longueur d’environ 2,7 à 2,9 mètres et un diamètre d’environ 15 à 17 centimètres a une finesse aérodynamique (rapport portance/traînée) élevée, ce qui réduit le temps nécessaire au missile à la vitesse hypersonique pour atteindre sa portée maximale.

Au cours de l’exercice, les missiles de la DCA Majid ont détruit avec succès le drone de l’ennemi fictif. 

En raison de la nécessité d’une fiabilité maximale dans un système de défense aérienne à courte portée qui fonctionne en tant que dernière couche de défense, les missiles de la DCA Majid devraient également être équipés d'ogives explosives.

L’utilisation de combustibles solides sans fumée, en plus d’être équipée des capteurs optiques passifs, réduit la probabilité que la localisation de la DCA soit identifiée et par conséquent augmente la capacité furtive des missiles de la DCA anti-drone Majid pour surprendre les drones ennemis.

 

 

Mots clés