Oct 18, 2021 19:13 UTC
  • Idlib: le Sultan attaquera Poutine?

Pourquoi le Sultan ira-t-il jusqu’à faire la guerre dans le nord de la Syrie ? Il veut Tall Rafat. Il peut le faire? Pas facile avec une Syrie et une Russie visant la ville de Sarmada située dans l'extrémité nord de la Syrie tout près des frontières avec la Turquie.

Pour la première fois en sept ans, les forces syriennes, celles de la Résistance, et la Russie ont pris pour cible la route Bab Al-Hawa-Sarmada dans la banlieue nord d'Idlib, façon d'envoyer un message ultra clair à Ankara. Au fait Bab al-Hawa, est un point de passage frontalier donnant sur la Turquie, un centre économique financier commercial depuis longtemps hors du contrôle de l'État syrien. 

Or Sarmada, seul maillon de jonction du Nord syrien avec le reste du monde par Turquie interposée, c'est HTS ou al-Nosra qui le contrôlent. Mais il y a plus : l'armée syrienne veut rouvrir la M4 ce qu'Ankara empêche depuis 2018 par tous les stratagèmes possibles et imaginables. Mais rien ne pourrait servir ce dessin maléfique que la reprise de Tall Rafat, ville que l'armée turque menace désormais d'attaquer et de reprendre même au risque de se mettre à dos la Russie qui soutient les Kurdes suivant les accords de 2018. Plusieurs soldats turcs ont été tués et blessés, ce vendredi, lors d'une attaque contre un convoi militaire de l'armée turque à proximité de Maarrat Misrin, près d’Idlib. Damas l'a dénoncé : il ne permettra jamais qu'un émirat terroriste se forme dans le nord de la Syrie. « L'armée syrienne est tout à fait prête à empêcher la formation d'un groupe terroriste dans le nord de la Syrie, car la formation d'un tel groupe pourrait constituer une menace pour toute la région », a rapporté l'agence de presse Sputnik. 

Mais où en est Ankara? Il souffle le chaud et le froid hésitant à en découdre avec la Russie et l'armée surtout que selon une toute dernière information la Résistance irakienne et le Hezbollah sont aussi de la partie, les conseillers militaires iraniens ayant été appelés au secours. Idlib connaîtra le sort de Deraa? Très probable: près de 11 mille terroristes qui opéraient dans le sud de la Syrie ont décidé de se rendre aux troupes russes, en échange de garanties qu'il n'y aurait pas de persécution de la part de Damas. Jusqu’à présent, ils ont remis plusieurs dizaines de milliers d'armes légères et de munitions, ce qui favorise la stabilisation de la situation en Syrie. Les experts soulignent que la stabilisation de cette région permettra à l'armée syrienne de nettoyer la partie centrale de la Syrie des terroristes de Daech et puis libérer les régions du nord et du nord-ouest du pays, actuellement occupées par des mercenaires et des terroristes turcs. Disons que Deraa a été tout au long de ces années un pendant d'Idlib. Sans Deraa elle tombera aussi.

En effet, le déploiement de plusieurs dizaines de véhicules blindés et de plusieurs milliers de soldats turcs dans les zones d'opérations Bouclier de l'Euphrate et de Rameau d'olivier ont contraint l'armée syrienne à envoyer des chars lourds russes T-90 à contrer l'ennemi. Cette technique a parfaitement réussi lors des batailles contre les troupes turques l'année dernière ainsi que dans les attaques menées contre les terroristes. Dans la majorité des cas, les T-90 russes étaient impénétrables pour les systèmes de missiles antichars et les chars ennemis.

Les images présentées montrent le transfert des chars T-90, des systèmes de lancement de fusées multiples Grad, des véhicules de combat d'infanterie BMP-2 et d'autres armes vers la ville de Tall Rafat.

Plutôt, la Russie avait avertit que toute attaque serait considérée comme une violation des accords. 

 

Mots clés