Oct 27, 2021 13:55 UTC
  • Hezbollah :

Et bien encore une fois l'axe US/Israël ment :

Cette crainte  à laquelle la presse sioniste fait écho depuis le 26 octobre et qui consiste à voir "l'Iran ériger une DCA anti Israël dans le ciel de l'Irak et du Liban" et ce,  outre ces radars que l'Iran a livrés à la Syrie et qui ont permis à la DCA syrienne d'être "plus rapide" te "plus efficace" à intercepter et à détruire les missiles de croisière israéliens", ou pire, radars qui ont réussi même à verrouiller sur les chasseurs israéliens" non pas dans le ciel syrien mais dans l'espace aérien d’Israël , et bien cette crainte est loin d'être nouvelle.  Le commandant en chef de l'armée de l'air sioniste, Amikam Norkin qui a annoncé ce 26 octobre et avec fracas avoir donné le coup d'envoie des exercices aériens devant aboutir dès 2022 aux frappes directes contre les sites nucléaires iraniens, tout en soulignant que les " drones iraniens sont une "régionale" car " ils se trouvent dans divers pays de l’arène, notamment l’Irak et le Yémen" et de ce fait, ils demandent pour être contrés, à ce qu’Israël "déploie des radars supplémentaires, " quitte à multiplier les batteries de Dôme de fer", et bien ce commandant est un imposteur car la question " ciel troué" voire " totalement dénudé", cela fait longtemps qu’Israël est aux prises avec! Tout au long de 2020, les images des drones du Hezbollah ou ceux de Gaza  s'étant infiltré le ciel d’Israël depuis le Nord et le Sud ont fait régulièrement leur apparition sur les sites pro Résistance. Puis vint le tour de ces drones "furtifs" que le Hezbollah et la Résistance palestinienne chassaient ou chassent encore et à chaque fois que l'occasion s'en présente dans le ciel libanais ou gazaouis. 

En mai, le concept d'un ciel israélien-camembert a atteint son apogée quand les salves de missiles -roquettes croisés se sont abattus 11 jours durant sur le Sud et le Centre et la bande côtière d’Israël avec une facilité effrayante et que ce même Norkin a reconnu avoir eu la peur de sa vie en voyant de semblables radars interceptant depuis le métro de Gaza non seulement les F-16 israéliens en pleine opération de largage de bombe mais encore des F-16 israélien sur le chemin du retour à leur base. A quoi riment donc ces révélations journalistiques concernant les capacités de la DCA adverse ou encore le besoin pour Israël de se doter d'une DCA plus épaisse que ne l'est sa soi disant DCA multicouche? Certains diraient qu'il y a et comme toujours là un prétexte au chantage  financier, et un alibi pour que les Américains et les Européens mettent la main à la poche. Et si cette fois ce n'était pas que cela et que cette volonté de dévier les regards vers les cieux avaient d'autre motivation. 

Le 26 octobre alors que l'axe US/Israël faisait une sans précédent campagne autour de ses capacités aériennes amoindries,  Maariv a fait timidement publier une information d'une extrême importance volontairement noyée dans les flots informationnels :" Israël a décidé de suspendre les exercices d'entrainement de ses commandos marins dit "Shayetet 13 !  Maariv dit : "l'armée israélienne avait décidé de suspendre la formation des commandos de marine. Elles ont fait état, mardi 26 octobre, de la suspension du processus d’entraînement des commandos navals israéliens suite à une série d’incidents graves au cours de deux derniers mois notamment en raison de la collision entre deux navires militaires israéliens."

Le journal israélien Maariv  reconnait qu’au cours des deux derniers mois et lors de la formation des commandos navals israéliens, de graves incidents ont eu lieu, dont certains ont été rapportés dans les médias pour la première fois : « Lors de la formation des composants des navires de guerre, le doigt d’une soldate a été coupée en s’approchant du moteur de navire. Dans un autre cas, deux navires israéliens sont entrés en collision et ont subi de lourds dommages. Personne n’a été blessé dans l’accident. Ces incidents ont fait l’objet d’une enquête approfondie, dont les détails ont été rapportés au commandement, après quoi la décision a été prise de suspendre la formation des commandos navals".

N'est-ce pas éhonté que de prendre l'opinion, même sioniste, que pour la queue de poire et l'infantiliser de la sorte? "Shayetet 13" est cette force commando qui se vantait d'avoir attaqué depuis 2019 pas moins de 13 pétroliers et navires iraniens, en transit dans les eaux de la région et plus particulièrement en mer Rouge et en Méditerranée. l'un d'entre eux, "Saviz", a été même ciblé, non loin du détroit de Bab el-Mandeb, lors d'une opération saoudo-israélienne. Dire que cette suspension des opérations commandos est sans lien avec cette campagne hostile contre le transit libre de l'énergie dans la région, et ce, au nom des sanctions illégales US, cela ne revient  qu'à se moquer de l’opinion. 

Et ce d'autant plus que cette force commando, essentiellement concentrée à Atlit, base située à deux pas de Haïfa, a connu un pic d'"incidents mortels" à peu près vers le mois d’août, quand le secrétaire général du Hezbollah a annoncé le départ des premiers pétroliers iraniens à destination de Beyrouth, tout en tenant à souligner que le moindre agissement contre eux, ce serait comme si  "Israël ou USA avaient attaqué le territoire libanais". Or depuis quelque jours la mise en garde du Hezbollah a pris une autre tournure  dans la mesure où son secrétaire général a très clairement annoncé que la Résistance n'hésiterait pas à user de son arme pour faire asseoir les droits gaziers libanais, même si les Américains auraient joué le malin et envoyer un Sioniste s'entremettre dans le dossier litigieux du bloc 9 gazier offshore. Tout ceci donne un autre poids à cette curieuse suspension. "Sahyetet 13" a-t-il saigné dans le cadre des opérations préventives de la Résistance? fort possible. Rien qu'à voir cette autre information communiqué encore ce 26 octobre  selon laquelle la Ve flotte a organisé un exercice conjoint avec la marine bahreinie. 

" Le 26 octobre, le Commandement central des forces navales des États-Unis (NAVCENT) a terminé l'exercice New Horizon, la première évolution en mer de sa nouvelle force opérationnelle sans pilote. Au cours de l'exercice d'entraînement de deux jours, la Task Force 59 a intégré et évalué de nouveaux navires de surface sans pilote MANTAS T-12 (USV) qui ont opéré aux côtés de patrouilleurs américains habités et de ressources maritimes de la Force de défense de Bahreïn. C'était la première fois que NAVCENT intégrait des USV avec des ressources habitées en mer dans la zone d'opérations de la Ve flotte américaine. « Travailler avec nos partenaires régionaux sur l'intégration des systèmes sans pilote est crucial pour améliorer la connaissance collective du domaine maritime, a déclaré le vice-amiral Brad Cooper, commandant de NAVCENT, Ve Flotte des États-Unis et Forces maritimes combinées. Bahreïn est le premier partenaire régional à collaborer avec la Force opérationnelle 59 lors d'un exercice en mer, ce qui démontre le renforcement de notre relation stratégique. », dit un communiqué de la Ve flotte qui ajoute : 

"Les forces américaines et bahreïnies se sont entraînées à utiliser les navires en formation pour renforcer la compréhension mutuelle et l'interopérabilité. Il s'agit d'une étape importante pour notre nouvelle force opérationnelle alors que nous accélérons l'intégration des systèmes sans pilote et de l'intelligence artificielle dans des opérations complexes et interdomaines en mer, affirme encore la Ve flotte qui souligne que NAVCENT opère dans une  zone d' environ 2,5 millions de miles carrés qui comprend le golfe Persique, le golfe d'Oman, la mer Rouge et certaines parties de l'océan Indien. L'étendue comprend 21 pays, trois points d'étranglement critiques dans le détroit d'Hormuz, le canal de Suez et le détroit de Bab el-Mandeb à la pointe sud du Yémen." 

Tout comme la suspension des exercices d'entrainement de Shayetet 13, cette manœuvre conjointe impliquant des vedettes rapides non piloté a quelque chose d'une royale marche arrière; Pour une Amérique qui brandissait sous le nez de l'Iran et pas plus tard qu'en décembre 2020, des USS  Abraham Lincoln, USS Boxer...  ou des sous marin nucléaire, c'est bien humiliant que de faire subtiliser ses marines, et de singer l'Iran et se mettre à l'heure des batailles de mer asymétriques.

C'est aussi un aveu d'échec tout comme cette autre annonce celle de la création d'une Task Force 56 de drone qui signifie non pas l'originalité US mais plutôt son total désespoir de voir les B-52 ou les B1 pouvoir changer quoi que ce soit au rapport des forces existants. Reste à savoir si cette "réadaptation aérienne et marine" qui balaie le camp US/Israël à la fois dans le ciel et dans les mers de la région suffit à inverser la donne en net avantage de la Résistance. 

Et bien il y a des doutes quand on sait que la Résistance s'applique toujours à garder une longueur d'avance... les drones aéronavals capables de jouer le rôle des bombes anti bunker dans les conditions métrologiques de la mer ou encore des drones sous marins comme ceux que Gaza a employé contre Israël, la Ve flotte en connait? Début juin 2020, lors de la livraison de plus de 110 navires de combat et de patrouilles à grande vitesse à la marine du CGRI, un échantillon test du sous-marin sans pilote du CGRI a été exposé, ce qui a été largement couvert dans les cercles analytiques étrangers. Le "Ya Mahdi" est drone un sous-marin sans pilote aux dimensions beaucoup plus grandes que les autres modèles sans pilote, ce qui lui permet d'avoir plus de capacités de portée, la capacité de transporter des cargaisons de combat et diverses armes, et la capacité d'aller dans la profondeur. .. les Israéliens croient en avoir vu des exemples lors de l'opération Epée de Qods ... voire un peu plus tard quand les effectifs de Shaytet 13 se faisaient attaquer à bord des navire de guerre sionistes .... 

 

 

Mots clés