Nov 20, 2021 20:09 UTC

Le gourou sioniste Gantz attendu cette semaine au Maroc où il est censé inaugurer une première base de drones sous couverture d'usine, risque-t-il de connaître la pire surprise de sa vie ? Pourquoi pas. Le Maroc se soulève contre l'entité sioniste.

À l'occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, le « Front marocain de soutien à la Palestine et contre la normalisation » a appelé les Marocains à descendre dans la rue à travers le Maroc.
Selon Arabi 21, le « Front marocain de soutien à la Palestine et contre la normalisation » a appelé, dans un communiqué publié le 18 novembre sur sa page Facebook, tous ses branches et organes constitutifs, tous les militants et citoyens, hommes et femmes, à participer aux protestations qui seront organisées dans différentes villes et régions dans le pays le lundi 22 novembre 2021.
Le Front a souligné qu’il fallait respecter la position de principe du peuple marocain qui continuait de soutenir la cause palestinienne.
À la fin de l'année dernière, Israël, le Maroc et les États-Unis ont annoncé la décision de Rabat de reprendre ses relations diplomatiques avec Tel-Aviv.
Le 29 novembre de chaque année, des événements marquant une solidarité avec le peuple palestinien sont organisés dans un certain nombre de pays du monde.
Malgré la vive opposition de son peuple, le Maroc approfondit sa coopération avec Israël, donnant naissance à des accords bilatéraux dans de nombreux domaines, notamment le domaine militaire, selon le site Web ObservAlgerie.
Le Maroc et Israël, qui n’ont en réalité jamais coupé les ponts par le passé, ne cessent d’intensifier leur coopération et l’échange de visites de délégations officielles. Des visites qui aboutissent à la signature des accords dans plusieurs domaines.
En août dernier, soit sept mois après la normalisation des relations entre Rabat et Tel-Aviv, le ministre israélien des Affaires étrangères, Yaïr Lapid, s’est rendu au Maroc. Une visite qui confirme la volonté marocaine de renforcer ses liens avec Tel-Aviv, malgré les vagues d'indignation suscitées chez une bonne partie de l'opinion marocaine et dans de nombreux pays arabes.
 
Ayssar Midani, analyste franco-syrienne des questions internationales et André Chamy, juriste international s'expriment sur le sujet.

 

Mots clés