Nov 25, 2021 19:10 UTC
  • Arabie/Iran: le dialogue dans l'impasse?

À l’issue de quatre tours de pourparlers entre l’Arabie saoudite et l’Iran, la partie saoudienne a qualifié le dialogue d’infructueux en raison de ne pas avoir été en mesure de faire avancer son objectif principal qui, bien évidemment, n’est pas lié aux relations entre les deux pays.

En tant que l’un des événements les plus importants de la région, les pourparlers entre l’Arabie saoudite et la République islamique d’Iran, tenus en Irak, ont fait couler beaucoup d’encre au cours des derniers mois. Riyad espère y trouver une solution à un nombre de défis auxquels il est confronté dans la région, mais surtout une voie de sortie au bourbier yéménite qui prend l’eau de toute part.

De son côté, l’Iran a rappelé et souligné, lors de chaque série de pourparlers, qu’il n’est pas un médiateur et ne négocie au nom de personne, y compris les Yéménites, et que l’Arabie saoudite doit négocier directement avec le « gouvernement de salut national à Sanaa », si elle veut résoudre la crise au Yémen ; une guerre que les Saoudiens eux-mêmes ont déclenchée par le soutien des États-Unis.

Quant à ses relations avec Riyad, Téhéran a tenu à rappeler que ce sont les Saoudiens qui ont rompu les liens et c’est donc à eux qu’il appartient de prendre des mesures pour les rétablir. À cet égard, les pourparlers ont, selon les observateurs, fourni les bases pour une brève reprise des relations Téhéran-Riyad.

Se référant à la politique de deux poids deux mesures de Riyad dans la guerre qu’il mène contre l’axe de la Résistance, l’ancien chargé d’affaires d’Iran au Liban, Seyyed Hadi Seyyed Afghahi, déclare que Riyad n’a pas entamé les pourparlers avec l’Iran avec intérêt. Au contraire, il se sent obligé, car toute confrontation avec l’axe de la Résistance le rend anxieux.

Et lui de poursuivre que les Saoudiens sont confrontés à de nombreux défis dans divers domaines tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, depuis la mauvaise situation économique, le déficit budgétaire aux conflits familiaux, à la guerre au Yémen et à la détérioration de l’image de l’Arabie saoudite auprès de l’opinion publique mondiale notamment suite à l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. Ces affaires en somme ont détruit le sentiment de supériorité chez les dirigeants du royaume des wahhabites et les ont poussés à s’approcher de l’Iran.

Selon l’ancien diplomate, la décision des Saoudiens d’entreprendre des pourparlers avec Téhéran provient également de leur scepticisme quant à l’absence du soutien de Washington depuis la prise de fonction par le démocrate Joe Biden à la Maison-Blanche. N’étant pas le candidat favori des démocrates, le prince héritier de l’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane qui a détrôné Mohammed ben Nayef et Ahmed ben Abdelaziz, est à son tour à l’origine de la détérioration des relations Washington-Riyad ; le retrait des systèmes de défense aérienne américains Patriot d’Arabie saoudite en est une des preuves.

Plus loin dans ses remarques, M. Seyyed Afhgahi a fait noter que Riyad craint par-dessus tout un éventuel rapprochement entre Téhéran et Abou Dhabi, ce qui signifierait son isolation totale alors que la région fait face aux circonstances critiques. En effet, la guerre diplomatique invisible entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis est indéniable. Ils rivalisent aussi bien au Moyen-Orient qu’en Afrique sans oublier leurs conflits tribaux qui remontent dans l’Histoire.

Évoquant le refus de l’Arabie saoudite de mettre un terme à la guerre yéménite et de négocier directement avec Sanaa, les observateurs politiques reprochent à Riyad de politiser la cessation du conflit au Yémen et de la lier aux questions humanitaires, dont la levée du blocus contre le peuple yéménite, condition exigée par les Comités populaires d’Ansarallah. Faisant du chantage sur les questions humanitaires, les États-Unis et l’Arabie saoudite utilise le dialogue pour atteindre les objectifs qu’ils n’ont pas réussi à réaliser au cours de sept ans de campagne militaire contre le Yémen.

Mais les tentatives de Riyad interviennent alors que, le gouvernement de salut national occupe une position supérieure. Les récentes victoires de l’armée yéménite et des combattants d’Ansarallah dans la province de Maarib, le retrait des mercenaires à la solde de Riyad de Hudaydah et les lourdes frappes de drones sur les positions de la coalition saoudienne font davantage de pressions sur l’Arabie saoudite qui doit endurer la guerre.

Mots clés