Dec 03, 2021 11:50 UTC
  • Aden bientôt pro-Ansarallah ?!

Ansarallah est-il entré en contact avec le gouvernement Hadi pour jouer un énième coup de théâtre contre l'axe US/GB/Riyad? Les aveux se multiplient du côté du pouvoir à Aden contre la "coalition" alors que Biden pousse MBS au massacre ".

Ahmed ben Dagher, conseiller du président yéménite démissionnaire et fugitif Abd Rabbo Mansour Hadi révèle l'agenda caché de la coalition saoudienne dans sa guerre contre le Yémen, l'accusant de « confisquer la volonté des Yéménites, de former des mercenaires, d'insulter le président Hadi et de prolonger la guerre ».

Jour après jour, les partis participant au gouvernement démissionnaire yéménite de Mansour Hadi révèlent l'agenda caché de la coalition saoudienne dans son agression contre le peuple yéménite qui souffre du blocus et des privations de toute sorte.

« De nombreux partis nous attaquent pour notre appel au secours, et nous avons engagé des voix et les trompettes parce que nous décrivons la situation dans notre pays comme une catastrophe », a-t-il affirmé. Et de poursuivre : « Le peuple voit que sa légitimité s'érode et que son existence réelle disparaît progressivement ».

Si, a-t-il réitéré, ce pays est démembré, la légitimité du gouvernement affilié à Riyad sera également perdue.

L'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, principaux protecteurs de Mansour Hadi, sont à couteaux tirés dans le sud du Yémen. Bien sûr, l'année dernière, les deux pays ont rappelons-le formé aussi un soi-disant gouvernement au Yémen.

Ben Daghar a évoqué l’impasse dans laquelle se trouvent le gouvernement démissionnaire et le soi-disant « Conseil de transition du Sud » (affilié aux Émirats arabes unis) sur la sécurité de la ville d'Aden. Il a déclaré que les mercenaires à la solde des Émirats arabes unis cherchaient à occuper Aden et que cela provoquerait le chaos.

Les propos tenus par Ben Dagher indiquent les divergences persistantes entre l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis et les erreurs commises par Riyad dans son invasion de son voisin du sud.

 

Mercredi, le vice-président du parlement fidèle au gouvernement démissionnaire de Hadi, Abdul Aziz Jabbari, a déclaré que "l' Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont insulté, humilié et affaibli « le président Hadi » , l'ont menacé et l'ont empêché de retourner au Yémen". Il a également souligné que "l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ne permettent pas encore au gouvernement d'exporter du gaz ou du pétrole ou encore d’équiper l'armée, alors que l'économie s'effondre aujourd'hui et que le peuple en est la victime [principale]".

Toujours, mercredi, Ahmed ben Dagher et Abdul Aziz Jabbari, affiliés au gouvernement démissionnaire de Hadi, ont appelé dans un communiqué à « former une coalition nationale de secours pour arrêter immédiatement la guerre au Yémen.

Le communiqué a souligné que « le Yémen était soumis à des politiques de destruction systématiques, intentionnelles et soudoyées. 

Soulignant que le Yémen est la cible d'une destruction planifiée et délibérée, parrainée par des politiques financières et sécessionnistes, les deux hommes ont affirmé que l'option militaire s'est retrouvée dans une impasse et qu'elle est quasi-vouée à l’échec.

 

Mots clés