Dec 04, 2021 20:41 UTC
  • Syrie : pourquoi l'US Army panique?

Ce massacre des employés du secteur pétrolier syrien que les Etats Unis ont commis le 2 décembre par Daech interposé à un faux poste de contrôle sur une route stratégique de la campagne occidentale de Deir ez- Zor, massacre qui n'a pas seulement coûté la vie aux ouvriers du pétrole mais aussi aux bergers du coin,

quelques 13 syriens en tout, personne ne doute que l'Amérique l'"a fait en riposte à la salve de 5 missiles tactiques qui a frappé la semaine dernière le principal terminal de contrebande US du pétrole syrien, Kharab al Jisr, non loin des frontières avec l'Irak. Pour les détails, le scénario du massacre n'avait rien de trop compliqué : une infiltration réussi à Deir ez Zor ouest, les terroristes ayant réussi à atteindre la route qui relie les villes d'al-Madhul et d'al-Bu Juma'a.

Là, ils ont installé leur poste de contrôle pendant un bon moment. Et puis au poste de contrôle, ils ont lâchement arrêté un mini-camion qui transportait deux bergers locaux, une mini-fourgonnette transportant sept travailleurs de la compagnie pétrolière syrienne qui revenaient du champ pétrolifère d'al-Kharatah et une moto avec un militaire de l'armée arabe syrienne. Les civils, ils les ont été exécutés lâchement avant d'incendier leurs cadavres et les véhicules avant de se retirer dans le désert occidental de Deir ez Zor, façon d'effacer toute trace. Mais cette barbarie, une première depuis bien longtemps, personne n'a douté que cela venait des Yankee qui presque au même moment mené des exercices militaires à balle réelle toujours à Deir ez-Zor, cette fois dans la région du nord là ils occupent les champs pétroliers d'al Omar, de Connoco et de Tanak depuis 2016 et en pompent les richesses, bien que les missiles tactiques qui les a frappés à Kharab al Jisr ait causé un certain allègement de la loi César de façon à ce que l'Etat syrien puisse commercer plus aisément son pétrole. 
 
Au fait, toujours ce 2 décembre, les États-Unis, leurs affidés britanniques et français a mené un exercice de tirs réels sur les champs pétrolifères d'al-Omar à l'ouest et au nord de Deir ez Zor impliquant l'artillerie qui a au moins tiré dix coups pendant l'exercice puis plusieurs fusées éclairantes qui ont également été repérées au-dessus des positions de la coalition dans les champs pétrolifères. et tout ce cirque, qui n'a eu rien de comparable avec les tirs de missiles tactiques quelques jours auparavant contre Kkarab al-Jisr, pour protéger un important convoi de ravitaillement qui avait été aperçu en direction d'al-Omar.
Récapitulons donc: le réseau de contrebande de pétrole que les Américains ont établi depuis des années en Syrie orientale et qui ne fait que détourner le pétrole syrien avant de le faire embarquer par le clan Barzani à Erbil puis le sultan "Erdogan" en Turquie à bord des pétroliers qui se dirigent droit vers les cotes israéliennes, n'a rien de crédible pour se protéger ou ce qui revient au même, la frappe contre al Kaharb al Jisr pourrait être reconduit plus fréquemment à al Omar, à Conoco ou encore à al-Tanak, si les Américains ne quittent pas les lieux au plus vite, et avant que les choses ne dégénèrent pas réellement. D'ailleurs l'OSDH, vitrine médiatique du MI6 en Syrie, couvrant l'information de ce soit disant exercice militaire, reconnait que l'armée américaine ne détient qu'à al Omar qu'un certain nombre d'obusiers M777 dans le nord-est de la Syrie pour soutenir son mandataire, les Forces démocratiques syriennes, des obusiers qui ont une portée de tir efficace allant jusqu'à 40 km et peuvent tirer des munitions guidées par GPS et des obus au phosphore blanc, soit juste ce qu'il faut pour massacrer ou terroriser des civils et non pas pour changer quoi que ce soit en termes militaires.
SouthFront souligne :
 
"La coalition dirigée par les États-Unis, qui aurait l'intention de rester dans le nord-est de la Syrie à long terme, s'entraîne apparemment pour faire face aux menaces croissantes dans la région. Juste un jour plus tôt, un convoi de ravitaillement de la coalition a été attaqué dans la campagne nord-est d'al-Hasakah. À la suite de l'attaque meurtrière, les Forces de défense nationale (FDN) ont déployé une grande force le long de la route al-Madhul-al-Bu Jama'", à savoir cette même route où le massacre a eu lieu. 
En termes de "menace croissante" rappelons aussi cette tonitruante attaque à la bombe contre l'un de ces convois de vol  du pétrole syrien qui s'est fait sauter sur une bombe il y a trois jours à Hassaké alors qu'il se dirigeait vers al Kharab al Jisr. De tout ceci on conclut donc que la guerre pour libération des richesses pétrolifères de la Syrie a bel et bien commencé avec une nette avantage pour l'Etat syrien qui, à Deir ez Zor, vient de couper royalement l’herbe sous le pieds des yankee en déclenchant aussi un processus de réconciliation national-éclair auquel se sont adhérés en à peine 10 jours quelques 10. 000 syriens n y compris les Anti -Assad, ou encore ceux des habitants de la province, pris de facto en otage par les FDS ou les Américains eux-mêmes dans des villages qui entourent les champs pétroliers occupés.
Où ira cette guerre qui ne fait commencer? évidemment vers une exacerbation totale et incontrôlée des attaques contre les Américains si les Américains continuent à vampiriser le pétrole syrien en faveur d'Israël et à l'aide de leur réseau mafieux FDS-Erbil-Turquie, tout en se moquant des souffrances du peuple syrien et en lui promettant monts et merveilles comme cette histoire du transit du gaze égyptien vers le Liban via la Syrie qui n'étant qu'une manœuvre stérile pour stopper l'arrivée du pétrole iranien dans le sud du Liban, est resté lettre morte. Or les Yankee le savent mieux que quiconque que ce ridicule jeu ne pourrait perdurer à moins qu'ils s’apprêtent à évacuer de plus en plus fréquemment les cercueils de leurs soldats à bord des hélicoptères vers la Jordanie ou l'Irak voisine.
 
C'est dans ce cadre que prend sens un coup de théâtre de l'Elysée qui ne s'est pas fait trop parler de lui : la nomination d'une ambassadrice pour la Syrie, après plus de dix ans de rupture totale avec Damas, pire de guerre larvée ou ouverte contre son armée émaillés par les exploits de Lafarges ou encore par le parrainage d'Al Nosra par Sarkozy ou le socialiste Hollande.
 
Evidemment la presse française s'obstine à faire croire que La nomination du nouvel ambassadeur "ne signifiait pas des relations entre la France et la Syrie, qui sont pratiquement inexistantes" et d'une certaine façon elle n'a pas tort. Surtout que l'intéressée est une ex de la guerre en Libye, bien au faite du pétrole, de son pillage en réseau organisé par US/OTAN et que son apparition en plein paysage de la Syrie, aussi discrètement, ne pourrait ne pas avoir de rapport avec cette bataille pour la libération du pétrole syrien qui en est à ses débuts mais qui risque d'être trop sanglants pour les Américains.
N'empêche que Brigitte Curmi pourrait être ce "pion" sur quoi compte l'Amérique totalement aux abois au Levant, tiraillée entre les drones anti al- Tanf d'une part et les missiles anti Kharab al-Jisr de l'autre pour qu'Assad et ses alliés laisse la vie sauve aux GI's, et ce, peut-être en échange de plus de facilités concernant la loi César ou de la normalisation des liens avec quelques autres roi ou roitelets golfiens voire avec la France elle-même. Quoi qu'il en soit, cette nomination qui se fait à l'ombre de la tournée du Jupiter dans le golfe Persique laisse apparaître une réelle crainte : les jours de la pire casse pétrolière du siècle, celle d'une superpuissance qui prétend ne plus avoir besoin du pétrole du Moyen Orient, mais qui le vampirise de la pire des façons, chaque fois que l'occasion s'en présente, sont comptés et que dans tous les cas de figures, c'est la Résistance qui est bien placée pour y mettre un terme.
Que ce soit en mer d'Oman quand la Ve flotte US jouent aux pirates de mer contre les pétroliers iraniens, ou au Liban où le pétrole de la Résistance brise l'embargo US ou encore en Syrie, où des frappes missiles-drones sont secouent les réseaux des mafieux pétroliers américains et les rend si impuissants qu'ils se mettent à massacrer les bergers et les ouvriers! 
 

 

Mots clés