Dec 08, 2021 18:52 UTC

Pour la première fois, les forces de Sanaa ont frappé par hélicoptère une position de la coalition d’agression saoudienne, selon des sources proches du gouvernement démissionnaire.

Une source proche du gouvernement démissionnaire a confié au site web al-Mashhad al-Yemeni qu’un hélicoptère, appartenant aux forces de Sanaa, avait attaqué, mardi soir, une position des éléments pro-Hadi, au sud de la province de Maarib.

« L’hélicoptère a fait apparition à l’Est et volait à basse altitude. Il a disparu en se dirigeant vers le Sud, après avoir frappé al-Ladjma », a expliqué la source qui a prétendu que l’attaque « n’avait fait aucune victime ni dégât matériel ».

Selon la source, « puisque c’était la première fois que les forces de Sanaa menaient un assaut par hélicoptère, les éléments pro-Hadi s’imaginaient que l’appareil appartenait à un allié et ils refusaient donc de le prendre pour cible ».

Un court enregistrement vidéo montrant le moment de l’attaque a été partagé sur les réseaux sociaux.

Or, l’armée yéménite et les Comités populaires n’ont pas encore réagi officiellement à cette nouvelle.

Citant des responsables américains et saoudiens, le Wall Street Journal a révélé mardi que l’Arabie saoudite est à court de munitions qu’elle utilise pour contrer les attaques hebdomadaires de drones et de missiles visant son royaume et lance un appel urgent aux États-Unis et à leurs alliés du golfe Persique et européens pour un réapprovisionnement.

Selon des responsables américains et saoudiens, au cours des derniers mois, l’Arabie saoudite a été attaquée par une dizaine de frappes au missile balistique et au drone ; lancées chaque semaine par Ansarallah.

Plus tôt dans la journée, le général de brigade Yahya Saree, porte-parole des Forces armées yéménites, a annoncé les détails de l’opération militaire du 7 décembre contre des positions vitales de l’Arabie saoudite.

Il a déclaré qu’une opération militaire d’envergure et unique dans son genre avait été lancée contre l’Arabie saoudite, en réponse aux crimes de ce pays contre le peuple yéménite.

Yahya Saree a réaffirmé que l’armée et Ansarallah avaient mené une opération d’envergure contre des cibles militaires et vitales de « l’ennemi saoudien » à Riyad, Djeddah, Taïf, Jizan, Najran et Asir. 

Les vols vers l’aéroport de Riyad ont été suspendus à l’issue de cette attaque.

« L’opération du 7 décembre a été menée avec plusieurs missiles balistiques et 25 drones. Six drones de type Sammad-2 et Sammad-3 ont ciblé la base aérienne du roi Fahd à Taïf et l’installation pétrolière d’Aramco à Djeddah. Cinq autres drones de type Sammad-1 et Sammad-2 ont visé des sites militaires dans les régions d’Abha, de Jizan et d’Asir. »

Sur le terrain, les monts qui constituaient la dernière altitude pour défendre Maarib depuis le Sud-est, ont été libérés par les forces de Sanaa.

Citant des sources sur place, la chaîne de télévision al-Mayadeen a rapporté que les forces de l’armée et des Comités populaires avaient libéré les monts d’al-Balaq de l’Est à partir desquels elles pourraient défendre Maarib depuis le Sud-est.  

Selon al-Mayadeen, les rangs des forces pro-Hadi s’étaient déjà effondrés et plusieurs combattants avaient pris la fuite.

Des sources concordantes ont déclaré à al-Mayadeen que l’armée et les Comités populaires pouvaient bientôt libérer la ville de Maarib dans son entièreté.

 

Mots clés