Dec 15, 2021 14:39 UTC

Le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, s'est entretenu avec le prince héritier d'Abou Dhabi, Cheikh Mohammed ben Zayed, lors d'une visite aux Émirats arabes unis.

Bennett est ainsi devenu le premier Premier ministre israélien à se rendre dans un pays du golfe Persique.

Le responsable israélien a été accueilli par le ministre des Affaires étrangères des Émirats, Abdallah ben Zayed, selon des photos et une vidéo diffusées sur Twitter par un porte-parole de Naftali Bennett.

Après une lune de miel au grand jour, les liens avec Israël sont devenus plus discrets aux Émirats, avec une population toujours opposée au régime factice israélien et solidaire des Palestiniens.

Le déplacement de Bennet a déjà suscité des condamnations. L'Organisation de libération de la Palestine a déclaré que la visite viole le consensus arabe qui est censé soutenir la cause palestinienne au milieu des défis imposés par Israël. La visite intervient un peu plus d'un an après la normalisation des relations de l'UAE avec Israël dans le cadre d'un accord négocié par les États-Unis. Suite à cet accord controversé, Bahreïn, le Soudan et le Maroc ont aussi normalisé leurs relations avec Israël. Les Palestiniens ont qualifié la normalisation arabe de « coup dans le dos ».

Par ailleurs le porte-parole du ministère a mis en garde contre toute action conduisant à la consolidation de la présence destructrice d'Israël en Asie occidentale. Saïd Khatibzadeh a prévenu que de telles actions perturbent la sécurité dans la région et vont à l'encontre des intérêts des peuples de la région et des pays arabes ainsi que de la communauté musulmane. Khatibzadeh a qualifié Israël d'ennemi numéro un du monde musulman et des nations arabes, notant qu'aucune action vers la normalisation ne peut détruire la cause palestinienne. Ces propos sont intervenus en réponse à la visite du Premier ministre israélien aux Émirats arabes unis.

Comment évaluer les objectifs de cette visite?

Pierre Dortiguier, politologue et Ayssar Midani, analyste franco-syrienne des questions internationales interviennent à ce sujet.

 

Mots clés