Dec 26, 2021 11:03 UTC
  • Ukraine :  la Russie osera la guerre?

Selon des responsables russes, l’augmentation de la présence militaire de l’OTAN en Ukraine indique le plan l’Alliance de l’Atlantique Nord d’utiliser le territoire de ce pays comme une plate-forme visant à mener des actions offensives contre la Russie. Cela étant dit la question qui se pose est que l’OTAN cherche-t-elle de faire de l'Ukraine un nouvel Idlib pour les Russes afin qu’elle puisse accroître sa présence au Moyen-Orient ?

Le président Vladimir Poutine dans une interview à NBC a déclaré que la prévisibilité et la stabilité sont les facteurs les plus importants dans les affaires internationales, mais ces dernières années la Russie ne les avait pas trouvées chez Américains.

« La poursuite des menaces américaines de mener de nouvelles sanctions contre la Russie, La crise énergétique en Europe et en Asie, l'entrée de l'OTAN aux frontières communes russo-ukrainiennes et l'épidémie de coronavirus comptent parmi des facteurs poussant le monde en 2021 vers une situation désespérée », a noté Vladimir Poutine.

Le président russe a évoqué plus tard cette année la nécessité de garanties de sécurité pour le pays, d'autant plus que l'OTAN continue de s'étendre vers l'est.

L’administration américaine a récemment réaffirmé sa volonté d'imposer de nouvelles sanctions à Moscou en cas d'invasion militaire russe de l'Ukraine, et Poutine, à son tour, a souligné la politique pacifique de la Russie et le refus de Moscou de s'engager dans un conflit.

Poutine a qualifié les sanctions américaines contre le pays d'inefficaces et a déclaré que de telles actions n'auraient même pas de conséquences positives pour les Américains.

La Fédération de Russie a décrit l'expansion continue de l'OTAN en Ukraine comme la ligne rouge de la Russie.

Selon Alexei Pushkov un haut responsable parlementaire russe, l'augmentation de la présence militaire de l'OTAN en Ukraine indique le plan l’Alliance de L’Atlantique Nord d'utiliser le territoire de ce pays comme une plate-forme visant à mener des actions offensives contre la Russie.

Le sénateur russe Alexei Pushkov a annoncé dans une interview à la radio russe que l'expansion de la coopération militaire entre l’OTAN et Kiev était pratiquement une préparation à une guerre avec Moscou.

Les propos de Pushkov pourraient évoquer le désir de l’OTAN de faire de l'Ukraine un nouvel Idlib pour les Russes afin qu’elle puisse accroître sa présence au Moyen-Orient en engageant les Russes dans une guerre d'usure.

Le président russe a indiqué que la Russie ne tolérerait jamais la transformation de l’Ukraine en une arène claire pour une éventuelle confrontation avec la Russie.

« Nous assistons à l’expansion rampante de l'OTAN en Ukraine. L’OTAN est derrière les portes de la Russie, mais elle devrait comprendre que nous ne reculerons pas », a poursuivi  Vladimir Poutine.

« Ce n’est pas la nation ukrainienne qui entretient des relations hostiles avec la Russie, mais que ses dirigeants actuels ont de fortes tendances anti-russes. Les peuples de la Russie et de l'Ukraine forment une seule nation », a déclaré Poutine.

Le ministère russe des Affaires étrangères a publié vendredi 17 décembre un projet d'accord sur les garanties de sécurité entre la Russie et les États-Unis.

Les négociations sur le document, que certains médias ont surnommé la "doctrine Poutine", devraient commencer début 2022 en janvier.

Selon le document, l'OTAN devrait s'engager à ne pas y faire adhérer les pays de l’ancien espace soviétique et à s'abstenir de toute activité militaire en Ukraine et dans d'autres pays d'Europe orientale, dans la région du Caucase du Sud et en Asie centrale.

 

Mots clés