Jan 26, 2022 19:38 UTC
  • Golan : le deal Hezbollah-Russie!

Ce paquet de "propositions" que le ministre koweïtien des AE étrangère a remis il y a deux jours au président, au PM et au chef du Parlement libanais et qui corniste à ramener tout à l'arme du Hezbollah, ou mieux à son démantèlement,

tout,  y compris l'assistance économique au Liban, l'aide à la reconstruction du port e Beyrouth, la normalisation des liens arabo libanais après le mascarade saoudien autour de l'ex ministre de la communication Kardhai er de ses propos, ..et à le faire comme si ne s'était rien passé depuis 2006 qui mérite que l'axe US/Israël comprenne que l'arsenal du Hezbollah fait partie intégrante de la scène libanaise, voire de  régionale et que si,ce n'était ce magnifique levier de dissuasion, le Liban n'aurait tardé, lui aussi,  à faire partie de la "campagne de guerre dans la guerre sioniste" en  Syrie, ne tient pas compte d'une chose : la réalité géopolitique a radicalement changé. Car, cette arme du Hezbollah contre quoi l'axe US /Israël est allé follement jusqu'à détruire le port de Beyrouth un certain 4 août 2020 et ce, à coup de bombe semi nucléaire, est érigé désormais et en soi au rang d'un acteur géopolitique.

Et comment? et bien c'est cette arme qui a fini par permettre au Liban de briser les pires sanctions que les USA lui ont imposé à travers une crise monétaire totalement inventé , si on se réfère à ces pétroliers bourré du mazot iranien qui depuis août prennent sans accroc le chemin de Beyrouth par corridor naval anti sanction US interposé, et qui partent de l'Iran à Baniyas puis à Beyrouth. A partir de là; il faut donc aussi voir dans cet même arsenal, la vrai raison de l'effondrement du soutien des sunnites libanais à l'Arabie des Salmane, ce qui a poussé Riyad à s'en venger de Saad Hariri, en le liquidant car il est désormais clair que m^me les sunnites libanais tout comme les chrétiens commencent à se tourner vers le Hezbollah. 

Mais le poids géopolitique de l'arsenal de la Résistance n'en reste pas là, les toutes dernières évolutions au Golan en apportant la preuve :  depuis 48 heures la presse régionale rapporte de haut en large ces ahurissantes simulations de frappes aériennes russo-syriennes contre les positions de l'armée sioniste au Golan occupé : Des avions de combat russes et syriens qui ont mené il y a deux jours  une mission aérienne conjointe au-dessus du plateau stratégique disputé du Golan, dans le sud-ouest avant de longer l’Euphrate à l’est et survoler le nord de la Syrie. Les redoutables avions de combat russes Sukhoï Su-34 “Fullback” et Sukhoï Su-35 “Flanker E” ont décollé de la base militaire aérienne de Hmeimim tandis que les appareils syriens, des Mig-23 “Flogger” et des Mig-29 “Fulcrum” ont décollé des bases aériennes de Dumayr et de Seikal. Un avion Beriev A-50 AWACS (Airborne Warning and Control)  accompagnait la mission. 

les agences nou apprennent que les avions de combat  russes ont conduit une série de simulations incluant des attaques sur des cibles au sol tandis que les avions de combat syriens assuraient leur couverture. Toutes ces agences y compris celles d'Israël soulignent que c’est la première fois que des avions de combat russes et syriens couvrent l’ensemble du territoire syrien, "une mission qui se fera sur une base régulière selon un communiqué russe et qui est à n'en pas douter, un message clair signifiant un changement de la stratégie russe en Syrie que certains analystes jugeaient comme trop prudente et même passive dès qu'il s'agissait d'Israël. 

A quoi rime exactement ce changement? peu d'observateurs iraient jusqu'à y voir une volonté russe d'en finir tout de suite avec le laxisme que Moscou a toujours affiché à l'endroit de l'(entité, les 2 millions de sionistes d'origine russe vivant toujours Askelon et Ashdod. Alors qu'a-t-il changé au juste? le veto russe à la possibilité de frappe conjuguée Syrie-Hezbollah contre le Golan occupé et les symboles de la présence sioniste. Or ceci renvoie droit aux extraordinaires capacités militaires d'un Hezbollah à qui l'armée de l'air syrienne peut servir d'armée de l'air.  Quelle que soit la rasion de ce changement de cap russe et certains y voient un écho de l'actualité ukrainienne, cela revient au m^me la Russie a fait sienne la stratégie anti sioniste de l'axe de la Résistance en ayant décidé de révoquer cet espèce d'accord tacite avec Israël qui leu permettait de savoir où, et quand et sur qui allaient s'ouvrir le feu des chasseurs russe. Une gros avantage pour l'entité qui en 10 ans de guerre a infligé des milliards de dollars de dégât aux infrastructures militaires syrienne quitte même à se diriger très récemment vers les infrastructures portuaires du pays.  Remarquons que la Russie a eu plus d'une raison pour changer son fusil pro Israël d'épaule dont l'une, la fiabilité du Hezbollah et de la Résistance comme partenaire. Est-ce le cas d'Israël? 

Les forces aérospatiales russes en Syrie ont dû faire face aux manœuvres technologiques  US/OTAN qui aidés par Israël en ont été jusqu'à chercher à bombarder les bases russes Hmeimim et Tartous. Les frappes contre Lattaquié n'ont pas échappé à ce genre d'agissement, Lattaquié où la DCA russe a été littéralement réduit au silence, le 7 et le 7 décembre quand les F-16 sionistes ont pris en otage un IL-76 russe en phase d’atterrissage à Hmeimim. Mais il y a plus. En pleine crise ukrainienne, Israël,  trop actif aux côtés du président anti russe de Kiev avec ses drones et ses gadgets militaires a poignardé la Russie dans le  dos, en affirmant  sa disposition à évacuer 75 000 juifs résidant en Ukraine. Soucieux des conséquences lourdes d'un conflit russo-ukrainien qui risquent de mettre en danger les intérêts de l'Occident dans la région, Tel-Aviv avertit les Russes contre toute intervention militaire en Ukraine.  Près de 75 000 juifs vivant à l’est de l'Ukraine ont le droit de se rendre en Israël  en vertu de la loi sur le retour, affirmait mardi le journal Haaretz soulignant  qu’Israël est prêt à accueillir les juifs ukrainiens en cas d'"invasion russe" du pays suite à la réunion du cabinet au cours de laquelle les responsables israéliens ont examiné la "menace contre les minorités juives en Ukraine".

De même, les organisations juives ont prétendu qu'en cas d'invasion russe contre l'Ukraine, Israël envisagerait bientôt de réinstaller des milliers de juifs dans les territoires occupés.

La nouvelle intervient alors que la presse sioniste, de concert avec les USA, accuse Moscou d’envisager de mobiliser ses capacités militaires conséquentes afin d’envahir en profondeur l’Ukraine, estimant,  cependant, qu’il est peu probable que la Russie puisse s’emparer de l’ensemble du territoire ukrainien, car elle ferait face à une "farouche résistance armée". Evidemment ce genre d'analyses ne passe pas inaperçu aux yeux des Russes qui y envoient non pas le signe d'un partenariat saine mais le signe d'une trahison. 

Et si ce n'était que cela : la Russie aurait dû avoir décidé de tout capitaliser sur la Résistance, de se dire prêt à aller jusqu'au bout pour la soutenir contre Israel quand la presse régionale se sont mis à faire écho de ce genre d’information :   Le président Biden a invité l'émir du Qatar, cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, à se rendre à Washington, pour discuter avec lui de l'extension des gazoducs qataris pour répondre aux besoins de l’Europe en tant qu’une alternative au gazoduc russe Nord Stream, une tentative qui pleinement approuvé par les Israéliens, eux aussi prêts à participer à l'initiative qatari! La Russie n'a plus aucune raison de défendre Israël et ses occupation : La guerre pour la libération du Golan occupé a trouvé un nouveau défenseur la Russie qui semble prête à miser tout sur l'arsenal du Hezbollah ! 

 

Mots clés