Feb 23, 2022 15:05 UTC

Personne n'en parle et pourtant c'est au cœur de toute actualité : la Cisjordanie que l'entité sioniste qualifiait longtemps de son front "intérieur" ne lui "apparient" plus, transformée littéralement en une "contre base anti Israël" si ont considère que le régime sioniste n'a jamais été bien plus qu'une garnison américaine plantée au cœur du Moyen Orient.

Pris entre les fusillades commandos, et attaques anti sionistes, les militaires israéliens tirent sur tout ce qui bougent ce qui intensifie le cercle vicieux dans lequel ils sont tombés et tout ceci alors que Abbas, le méga complice ne peut strictement rien pour eux. Mardi soir, un adolescent palestinien a été abattu par des militaires israéliens dans la ville d'Al-Khedhr, au sud de Bethléem en Cisjordanie.

Selon le ministère de la Santé de l'Autorité autonome palestinienne, le garçon, Mohammad Shahadeh, n'avait que 14 ans.  Le site d'information israélien 0404 a prétendu que l'enfant avait été abattu par des soldats israéliens alors qu'il lançait des pierres vers les militaires, l'ordre de tir criminel accordé aux militaires terroristes israéliens leur permettant de répondre aux jets de tirs par balle! Des témoins oculaires ont annoncée que l'enfant avait été transporté à l'hôpital environ une demi-heure après la fusillade.

La radio Sawt al-Qods a rapporté qu'à la suite de la mort de l'adolescent palestinien, le quartier d'Abou Kabah de la ville d'al-Khedhr s'est embrasée avec en toile de fond des affrontements entre les Palestiniens et les Terroristes israéliens. Dans le camp d'al-Dahisha au sud de Bethléem, les Palestiniens sont descendus, eux aussi dans les rues car désormais c'est toute la Cisjordanie qui fait front dès qu'il y a un crime de plus commis par Israël. 

Or les malheur d'entité  n'en restent pas là : Des sources d'information israéliennes ont fait état de la mauvaise situation des officiers et des soldats de l’unité de la police israélienne antiémeute Yasam. Se référant au site Internet My Net, le site d'information palestinien SAMA a rapporté que la crainte mêlée de panique fait fuir les forces de police israéliennes affectées  dans le quartier de Cheikh Jarah et que ces dernières s’évadaient massivement de leur lieu de mission.

« L’une des raisons les plus importantes de la fuite et de la démission des militaires et officiers israéliens est qu’ils ne sont pas en mesure de faire face aux manifestants palestiniens à Qods et dans la mosquée Al-Aqsa. Par conséquent, un policier sur cinq dans l'unité Yasam veut partir ou être transféré dans une autre unité », selon le rapport. Les responsables militaires israéliens considèrent cette vague d'évasion comme un coup fatal à l’unité de la police antiémeute d’Israël.

La source israélienne poursuit que la ville de Qods est devenue un foyer de tension et qu'il y a eu des vagues de protestations et d'affrontements violents au cours des deux dernières années, surtout dans la partie ancienne de la noble Qods et à l'entrée de la ville, les terrains de la mosquée Al-Aqsa et de Cheikh Jarrah. Le mouvement du Jihad islamique palestinien a souligné aujourd'hui, mardi, à l'occasion de la Semaine mondiale de Qods qui débute vendredi prochain, que Qods occupée devait être libérée et qu'il ne reculerait devant rien. Tout indique que la libération est bien proche. 

Le Jihad islamique souligne d'ailleurs : « Les habitants de Qods ont créé l'épopée de la Résistance en insistant sur la lutte contre le terrorisme et en s'opposant aux politiques de purification ethnique.

Dans ce cadre, le membre du bureau politique du mouvement du Jihad islamique, Khaled al-Batash, a récemment déclaré que la Résistance ne resterait les bras croisés devant les crimes des Israéliens dans le quartier Cheikh Jarrah de la ville occupée de Qods, mais qu’elle serait en mesure de commencer une nouvelle guerre.

Le responsable du Jihad islamique a déclaré : « Si l'ennemi veut transférer la guerre à Gaza afin de légitimer le bombardement de Gaza, il doit savoir que la Résistance est capable d'étendre la guerre jusqu'en Israël. Par conséquent, la Résistance renversera le gouvernement de [Naftali] Bennett et celui-ci paiera ainsi le prix de ses crimes à Cheikh Jarrah. »

Mots clés