May 10, 2022 16:21 UTC
  • Ukraine : la surprise d'Assad!

Depuis quelques heures , soit depuis que le QG conjoint de la Résistance palestinienne a mis en garde l'entité contre le moindre agissement ,

que ce soit la liquidation de ses dirigeants ou une action militaire contre le camp cisjordanien de Jénine dans le nord de la Cisjordanie d'où seraient originaires la majeur partie des forces commandos anti Israël ayant frappé l'entité ces dernières semaine et que cette mise en garde palestinienne s'est trouvée croisée avec celle de Nasrallah cette nuit de 9 mai où  il a très clairement averti l'entité contre toute bêtise qui serait ripostée " directement'" et " sans délai", certains observateurs voient d'un œil nouveau la récente escale du président syrien à Téhéran ce samedi 8 mai, escale qui ne saurait non plus s’interpréter sans tenir compte de la situation sur le front ukrainien.

Ce mardi, et comme attendu, le Premier ministre de la Moldavie, Natalia Gavrilitsa, a exigé que la Russie retire les forces russes de maintien de la paix du territoire de la République moldave pridnestrovienne, qui n'est pas contrôlée par les autorités moldaves. Selon Gavrilitsa, cela permettra de résoudre pacifiquement le problème actuel de la région, puisque la menace de conflit demeure aujourd'hui. Cette nouvelle exigence mise de côté des récents propos du PM polonais pour qui il n'existe plus aucune frontière entre l'Ukraine te Pologne, ce qui signifie que l'Ukraine serait bientôt occupé par les troupes polonaises et partant de l'OTAN, et bien tout ceci prouve que l'axe atlantiste cherche à piéger Moscou sur son flanc est après avoir perdu la guerre des sanctions contre Poutine. la Syrie pourra-t-elle risquer de ne pas tenir compte de cette longue guerre qui s'annonce contre son principale allié dont l'armée de l'air a protégé depuis 2015  la Syrie contre une campagne aérienne US à l'irakienne (2003)?

Tout au long de ces année de guerre ni les Américains ni les Otaniens n'ont pas eu non le culot de frapper la Syrie depuis la Méditerranée à l'exception de deux attaques datée de 2017 et de 2019 où les Américains et leurs acolytes ont eu recours aux Tomahawk sous prétexte d'avoir à punir Assad de ses supposées attaques chimiques. Avec l'Ukraine c'est tout ceci est en danger. Surtout que la base navale russe en Méditerranée, Tartous revêt une position stratégique pour Moscou mais aussi pour le camp d'en face si on considère que la guerre US/OTAN en Ukraine tend à se diriger vers la mer et qu'après le naufrage de Moskova la tentation est grande du côté des Yankees, des Otaniens mais aussi d’Israël de surarmer Kiev de missiles antinavire, à l'effet de tenter de bloquer la Russie en mer Noire et de là en Méditerranée, la Turquie d'Erdogan étant évidemment là pour mettre un clé au Bosphore et aux Dardanelles.

Dans toute guerre navale Occident.Russie à venir Tartous aura donc une place centrale tout comme Inattaqué que le Américains avaient commencé dès la fin de 2021 à viser par Israël interposée ne serait ce que pour tester les capacités offensive et défensives russes en Syrie occidentale.  Si la Russie décide un jour de réduire sa présence à Tartous, la Syrie ne peut ne pas avoir recours à l'Iran.

Mais ce n'est pas tout car un renforcement de lien Iran Syrie revient en effet à un renforcement de liens Syrie autres membres de la Résistance. L’Ukraine a poussé les Américains à imposer à Riyad u cessez le feu avec Ansarallah puisqu'ils ont besoin d'Aramco et de son pétrole pour nourrir la guerre anti russe en Ukraine. Mais cette vrai fausse trêve Ansarallah y croit vraiment? rien n'est moins sûr dans la mesure où plus d'un mois et demi après le cessez le feu, aucune de ses clauses n'a été respectée et qu'en revanche elle a fourni aux yankee un répit pour qu'ils se réorganisent dans les régions sud sur les côtes de la mer Rouge à l'effet de renforcer, là un autre front anti Chine te anti Russie. Décidément la Résistance n'est pas non plus absente de leurs calcules, ce qui en dit sur la perspective de la guerre navel évoquée plus haut : la Résistance sera présente sur deux front méditerranéen et mer rougien, le jour J "naval. 

Mais il y a plus : le pacte de défense commun inter Résistance voté il y a deux ans par le Parlement iranien n'a cessé de se renforcer depuis la bataille l’Épée de Qods, cette spectaculaire opération balistique qui a bien inspiré les Russes en Ukraine. Ce pacte qui régit les coopérations militaires au sein de l'axe de la Résistance ne pourrait ne pas tenir compte des évolutions post guerre ukrainien : la Syrie quelque peu délaissée par Moscou aura besoin d'un appui plus ferme d'autant plus que le Liban a besoin d'elle plus que jamais. Avant la guerre de 2011, Damas se portait comme garant de la sécurité du Liban et la révolution colorée  US en 2005 contre la présence de l'armée syrienne au Liban avait justement pour but de mettre un terme à ce rôle, un rôle qui s'illustrait surtout par la protection du ciel libanais des raids israéliens. Et bien plus de 11 ans plus tard, la Syrie a une DCA à tout épreuve qu'elle partage dans le cadre d'un système de dense aérienne intégrée avec le Hezbollah.

C'est donc appuyé par un commandement central bien solide que la Résistance  s'apprête à affronter un axe US/OTAN. Israël qui tente visiblement d'ouvrir le front méditerranée à travers cette manœuvre d'envergure que l'entité vient de déclencher avec ses unités spéciales en mission à Chypre, son armée de l'air activée en Grace, son armée de terre, sa marine et ses cyber-unité, unités derrière lesquelles se cachent US/OTAN.

A vrai dire l'inclusion de la Résistance dans ce face a face contre l'axe pro sioniste est une nécessité dans la mesure où l’Amérique et ses affidés otano-sioniste continuent à maintenir leur sanctions contre la Syrie et à en piller en même les richesses? Le pétrole de l'Est de l'Euphrate ne pourrait pas demeurer trop longtemps dans l'escarcelle US maintenant que la crise de l'énergie frappe le monde entier. idem pour les céréales le blé syrien que les Yankee continuent à détourner en ces temps marqué par un début de pénurie des denrées alimentaires. Que fait donc la Syrie?  

Elle se prépare comme les autres membres de la Résistance à un méga clash anti sioniste, anti américain:  depuis que la Russie a procédé à une reconfiguration de ses forces en Syrie en en retirant des éléments et en les replaçant sur le front de combat est-européen, c'est la Résistance qui en a pris la place car la nature a horreur du vide et que ce vide est censé dans ce cas particulier à être rempli par les partenaires d'une Russie qui tôt ou tard seront appelé à rallier sa cause. Selon certaines informations,  l'Iran et le "Hezbollah"  imposent leur présence dans une zone s'étendant  des montagnes syriennes de Qalamoun et d'Arsal adjacentes aux frontières libanaises vers les régions libanaises de Baalbek et d'Arsal, en passant par les zones de Deir. Atiyah et Al-Nabek dans la campagne de Damas, et les zones de Hasya, Al-Qaryatayn, Mahin, Palmyra et Sukhnah à l'est de Homs, et ce jusqu'aux zones de Hama, Khanasser et Al-Nairab Airport, à l'est d'Alep, soit une distance de plus de 300 km et d'une profondeur d'environ 120 km dans la Badia syrienne, zone qui atteint les gouvernorats de Hama, Homs, Deir ez-Zor, Raqqa et les zones à l'est d'Alep, jusqu'au Liban. Et c'est une zone bourrée de missiles tactique, de missiles de croisière, de drones mais aussi de batteries de DCA tous braqués sur Israël...

Ce qui fait que ce serait trop risqué de vouloir transformer l'exercice Chariot de feu israélien en un déclic à la grande confrontatio Israël/Résistance. L'axe US/OTAN le regrettera d'autant plus que ce frot aura inévitablement une prolongation jusqu'en Europe de l'Est.. 

 

Mots clés