Jun 23, 2022 16:17 UTC
  • Russie/Iran: l'alliance de guerre?

Le chef de la diplomatie russe s’est rendu mercredi soir à Téhéran pour s’entretenir avec les autorités du pays, parmi lesquels, son homologue iranien.

À la veille de son voyage, les médias occidentaux ont commencé leurs spéculations sur des motifs de ce déplacement. Le média des démocrates, la CNN, croit que les Russes se tournent vers un allié de confiance qu’est la RII pour savoir comment contourner un déluge des sanctions occidentales. Sans oublier le fait que de telles visites pourront donner un coup d’accélérateur aux accords de coopération, poursuivis notamment dans le gouvernement de Raïssi, entre les deux pays. 

Invité par son homologue iranien, le ministre russe des Affaires étrangères a rencontré mercredi soir le président de la RII à Téhéran.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, doit rencontrer ce jeudi le ministre des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, à Téhéran au ministère des Affaires étrangères. La veille du voyage de Lavrov, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré lors d’une conférence de presse : « Sergueï Lavrov se rendra à Téhéran du 22 au 23 juin pour s’entretenir de l’accord nucléaire et du dossier ukrainien avec les autorités iraniennes. Elle a d’ailleurs indiqué que le ministre russe devrait discuter à Téhéran de la situation en Ukraine, en Syrie, au Yémen et en Afghanistan, ainsi que de la coopération économique entre les deux pays.

 

 

Alors que le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, est attendu ce mercredi à Téhéran où il doit rencontrer son homologue iranien, Hossein Amir-Abdollahian, de son côté, le général Michael Kurilla, chef du CENTCOM, vient d’entamer une visite aux pays de l’Asie centrale.

Téhéran et Moscou connaissent des défis communs

 Al-Araby Al-Jadeed vient de rapporter que l’un des objectifs de la visite de Lavrov en Iran était de favoriser l’élargissement de la coopération Téhéran-Moscou dans le sens de la lutte contre les sanctions américaines. Le média arabe, basé à Londres déclare que les responsables des deux pays avaient récemment eu de nombreuses rencontres publiques et à huis clos. En référence à des sources d’information iraniennes, Al-Araby Al-Jadeed rapporte que Lavrov rencontrerait le président Ebrahim Raïssi, Amir Abdollahian et d’autres responsables iraniens.

Les sources – qui ont souhaité garder l’anonymat – ont souligné que lors de sa visite à Téhéran, Lavrov discuterait de la coopération réciproque dans les affaires régionales et internationales, y compris les évolutions concernant le dossier nucléaire iranien, de même que la situation prévalant en Syrie.

 

 

Pourquoi la visite de Lavrov à Téhéran est-elle importante ?

La visite de Lavrov à Téhéran est en effet sa première visite en Iran depuis l’arrivée au pouvoir d’Ebrahim Raïssi. La dernière visite de Lavrov remonte à plus d’un an, où il a rencontré le ministre des Affaires étrangères de l’époque. Certes, cette dernière visite se fait dans un moment où le monde connaît de nombreuses crises économiques et énergétiques, relevant des développements régionaux et internationaux, en particulier la guerre en Ukraine. En d’autres mots, la crise ukrainienne a affecté de nombreuses équations mondiales, aboutissant à la hausse des prix de l’énergie, des céréales et des denrées alimentaires dans le monde. L’incapacité et la faiblesse de Joe Biden à décider d’aller au-delà de la politique ratée de la campagne de pression maximale contre l’Iran ont également abouti à une longue pause dans les négociations sur la levée des sanctions.

Par conséquent, on peut dire que les sanctions occidentales contre l’Iran et la Russie ont ouvert un nouveau chapitre dans la coopération des deux pays.

“Alors que la Russie fait face à un déluge de sanctions économiques occidentales depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, il est plus probable que jamais que les Russes se tournent vers un allié de confiance qu’est la RII”, a rapporté la chaîne CNN.

Au milieu de vastes restrictions aériennes imposées mutuellement par la Russie et l’Occident ces derniers mois, le ministre des Transports de la Russie - Vitaly Saveliev a déclaré que la situation actuelle avait conduit Moscou à suivre la stratégie iranienne consistant à contourner les mesures punitives de l’Occident afin de faire face sérieusement à de vastes sanctions, qui ont visé la Russie et son économie.

La coopération économique Iran-Russie affiche une croissance significative

La promotion du niveau des échanges était une autre question convenue entre les deux pays et ils ont convenu d’augmenter leurs échanges commerciaux à 10 milliards de dollars par an dans un premier temps. Il va de soi que l’augmentation de la coopération commerciale entre les deux pays a été très appréciée plus particulièrement au sein du gouvernement d’Ebrahim Raïssi, dans la mesure où les douanes du pays ont annoncé une mutation significative des échanges entre les deux pays. Il y a quelques semaines, le vice-Premier ministre russe, Alexandre Novak a annoncé : “Il existe de nombreuses demandes sur le marché russe que les produits iraniens peuvent satisfaire. L’année dernière, il y avait une bonne opportunité d’augmenter le plafond d’échanges entre les deux pays, de sorte que le volume des échanges a augmenté de 81 % à 4 milliards de dollars, et cette année aussi, les échanges entre les deux pays ont augmenté de 10 %.”

Il semble que le changement de discours du pays dans le nouveau gouvernement, de même que l’attention particulière des hommes politiques du pays aient pu donner un coup d’accélérateur à l’approfondissement et l’élargissement des relations Téhéran-Moscou.

Mots clés