Jun 24, 2022 10:19 UTC
  • Ansarallah met en garde Riyad

La violation à répétition du cessez-le-feu au Yémen par la coalition d’agression saoudienne qui se voit désormais dans une impasse sur le plan militaire face aux grands acquis des combattants d’Ansarallah,

qui ont à maintes reprises réussi à mettre hors de portée le plus important port de stockage et de déchargement du pétrole saoudien et atteindre par leurs drones et missiles les villes les plus importantes de l’Arabie risque de coûter cher au régime de Riyad.

Ansarallah du Yémen avertit la coalition saoudienne des coups plus durs qu'elle recevra de la part de la Résistance, au cas où elle s'obstine à continuer ses agressions contre le Yémen voisin. 

Un membre du Conseil politique suprême yéménite a averti la coalition saoudo-émiratie : « Plus les agresseurs continueront d'agresser et d'assiéger le peuple yéménite, plus les coups infligés par la Résistance seront durs et douloureux. »

Le membre du Conseil politique suprême, Mohammed Ali al-Houthi, a indiqué que les forces armées de Sanaa continueraient d’affronter les forces ennemies.

Lors de la cérémonie de remise des diplômes à un certain nombre de commandants de l’armée, Al-Houthi a souligné que les commandants des divisions, comme d'autres héros des forces armées et des comités populaires et des forces de sécurité, faisaient fi aux conspirations des ennemis.

La chaîne de télévision yéménite Al-Masirah, faisant référence au responsable de la Résistance yéménite, a rapporté qu'aujourd'hui le Yémen était confronté à un complot international et qu’il ne se limite pas au territoire yéménite, mais qui affecte l'ensemble de l’Oumma musulman.

Il a également mis en garde les pays de la coalition saoudo-émiratie en ces termes : « Nous disons à ceux qui ont envahi notre pays que plus vous continuez à agresser et à assiéger notre nation, plus vous souffrirez des coups lourds et douloureux. »

La mise en garde d’Ansarallah intervient dans une conjoncture marquée par la vulnérabilité des systèmes de défense aériens du Royaume saoudien pour lesquels les États-Unis ont exigé et exigent toujours de leur « vache à lait » de grosses sommes d’argent.

Dans une allusion aux avancées militaires et d'armements de la Résistance yéménite, le ministre de la Défense du gouvernement du Salut national, Mohammed Nasser Al-Atefi, a souligné ce vendredi que les systèmes de défense anti-aériens Patriot de la coalition saoudienne avaient été inopérants face aux capacités militaires d'Ansarallah.

Selon le site d'information, proche d’Ansarallah, Al-Atefi a par ailleurs souligné : « Les pays agresseurs doivent savoir que nous disposons désormais […] des armes professionnelles haut de gamme ; nous leur promettons que les missiles intercepteurs de Patriot et d'autres systèmes dont ils disposent, seront dorénavant mis hors service. »

Auparavant, le leader de la Résistance yéménite, Abdel Malek Badroddin al-Houthi, tout en mettant l'accent sur la poursuite de la lutte contre les forces d’agression saoudo-émiraties, avait déclaré que l’armée de Sanaa possédait d’ores et déjà des missiles face auxquels avait échoué la technologie militaire américaine.

Mots clés