Jul 04, 2022 19:11 UTC
  • Tel-Aviv: le coup

L'actualité trop chargée de l'Ukraine où l'armée russe ayant réussi sa mue asymétrique se prépare à infliger de copieuses frappes aux missiles de précision contre les centres décisionnels de l'OTAN à travers toute l'Europe a empêché toute focalisation sur ce curieux incendie qui a frappé ce dimanche la plus grande base US dans le nord de l'Irak, Harir.

Un méga incendie qui dixit les sources bien informées a ravagé le gros des installations abritant les soldats. Etait-ce des roquettes ou des drones à l'origine du feu? A vrai dire après la série d'attaques ayant visé Erbil et ce raid au drone récemment conduit contre la base une certaine accalmie règne sur le front. Vraiment ? Il semblerait en effet que la Résistance irakienne maître en art de frappe aux roquettes et aux drones passe en mode soft se faisant une spécialité mortelle en cyberattaques aux dimensions encore plus dévastatrices que les missiles tactiques de la Résistance. Sabereen News dit que l’incendie qui s'est déclaré dans le sanatorium de la base, avait été causé par une panne de courant et que personne n'avait été blessé. Panne du courant liée aux cyberattaques? Si c'est le cas, on est en phase d'une sophistication nette des attaques d'une Résistance irakienne dont les cyberattaques anti Israël commencent réellement à inquiéter l'entité sioniste. Erbil a été prise pour cible d'une méga attaque anti israélienne en mars puis des ciblages contre les raffineries proches d'Israël, mais ce feu déclaré à Harir n'a des équivalences qu'en Israël, cible, d'une terrible campagne cyber signée la Résistance irakien. Sommes-nous en phase d'une sophistication des attaques irakiennes contre Israël?  
 

Des sources médiatiques ont rapporté une cyberattaque massive lancée le lundi 4 juillet contre les systèmes d'exploitation, les moniteurs de contrôle et les serveurs des stations de métro de Tel-Aviv. La chaîne Telegram Sabereen News, affiliée à la Résistance, a rapporté ce lundi une cyberattaque massive ciblant les systèmes d'exploitation, les moniteurs de contrôle et les serveurs de la station de métro de Tel-Aviv. C'est la deuxième fois que des sites Web gouvernementaux et des serveurs du régime sioniste sont visés par des cyberattaques. La dernière attaque de ce type remonte à fin juin dernier, au cours de laquelle le groupe Sharpboys a piraté les sites touristiques israéliens contenant les informations et les cartes de crédit de 200 personnes par le biais d'une cyberattaque malware.

Plus tôt en avril, des pirates irakiens ont désactivé le site Web et les serveurs de l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv, le site Web de la Banque d'Israël. Le groupe connu sous le nom d’al-Tahera a revendiqué les cyberattaques et annoncé que la base d'information de Channel 9 TV du régime sioniste a également été leur cible. Deux groupes de pirates irakiens auraient ciblé le site Web de la société sioniste de renseignement numérique Cellebrite, qui fournit des solutions pour récupérer des informations à partir d'appareils électroniques et analyser les données.
 

La chaîne d'information libanaise Al-Mayadeen a rapporté que des pirates informatiques irakiens étaient à l'origine de la cyberattaque qui a temporairement mis hors service le site Web de la société basée à Petah Tikva, le mardi 28 juin. La chaîne d'information libanaise Al-Mayadeen a rapporté que des pirates irakiens étaient à l'origine de la cyberattaque qui a temporairement mis hors service le site Web de la société basée à Petah Tikva, mardi 28 juin. Le ciblage a apparemment pris la forme d'une attaque par déni de service distribué (DDoS), au cours de laquelle un site Web est ciblé en submergeant ses serveurs avec trop de demandes de connexion. Les groupes irakiens al-Tahereh et Team 1877 ont annoncé plus tard qu'ils avaient réussi à faire tomber le site Web de Cellebrite. En avril dernier, le site web de l'Autorité des aéroports d'Israël a été mis hors ligne en raison d'une attaque informatique. Le groupe irakien al-Tahereh a annoncé que ses pirates avaient piraté le site web. Début juin, des sources médiatiques ont fait état d'une grave cyberattaque contre les infrastructures du régime sioniste et du piratage du site web de la Bourse de Tel-Aviv. Plus tôt en avril, pendant deux jours consécutifs, des pirates irakiens ont perturbé le site web et les serveurs de l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv, le site web de la Banque d'Israël, et à nouveau le groupe al-Tahereh a revendiqué la cyberattaque contre des serveurs du régime sioniste.

 

Mots clés