Aug 08, 2022 18:05 UTC
  • Syrie frappe, Russie bombarde!

Où en est le Sultan de son offensive et de sa zone de 30 km de profondeur dans le Nord syrien ?

Le 7 août, une puissante attaque avec des tirs indirects a visé une grande base de l’armée turque située près de la ville de Kaljibrin dans la banlieue nord d’Alep en Syrie.

Selon le site d’information South Front, la base a été la cible d’au moins dix projectiles, qui ont été tirés depuis une zone voisine sous contrôle des Forces démocratiques syriennes (SDF) et l’armée syrienne. Plusieurs militaires turcs auraient été blessés ou tués à la suite de l’attaque. Le principal dépôt de munitions de la base a également explosé.

 

L’attaque a probablement été menée par les FDS, composées majoritairement de Kurdes syriens, en réponse à l’attaque aux drones turque du 6 août sur la ville de Qamichli dans la banlieue nord de Hassaké. Un commandant de l’unité de discipline militaire du groupe, Mazloum Saad Eddin Asaad, et trois civils, dont deux enfants, ont été tués lors de cette frappe.

L’attaque du 7 août sur Kaljibrin constitue en effet la deuxième attaque de ce type en moins de 24 heures. Le 6 août, quatre soldats turcs ont été blessés lorsqu’un tir indirect a visé une base militaire turque près de la ville d’Inab, dans la banlieue nord d’Alep.

South Front estime probable que la nouvelle attaque provoque une réponse féroce de la Turquie, dont l’armée a déjà commencé à bombarder des villes et villages tenus par les FDS dans la campagne nord d’Alep.

 

« Ankara pourrait utiliser les récentes attaques contre ses bases en Syrie comme prétexte pour lancer une opération militaire à grande échelle dans le nord de la Syrie contre les FDS ». « L’armée turque et ses mandataires se préparent à lancer une telle opération depuis le mois de mais », ajoute South Front.

 

Cette montée en puissance d’attaque anti-OTAN intervient alors que dans un message à l’adresse de Tel-Aviv, la Russie a bombardé il y a trois jours al-Tanf en Syrie pour la seconde fois, y brisant toute entente avec les USA et partant avec leur allié sioniste.

Le 7 août, l’armée syrienne a détruit un véhicule du TIP, terroristes du Turkestan affilié à Al-Qaïda, près de la ville de Hakoura, dans la partie occidentale de la région du Grand Idlib, avec un missile guidé antichar, rapporte également le site Web South Front.

 

 

Deux semaines après le sommet de Téhéran où Erdogan a été sommé d’éviter tout agissement dans le nord de la Syrie, l

La frappe a tué trois terroristes qui auraient été membres de la division locale du TIP, connue sous le nom d’Ansar al-Turkistan.

Le TIP maintient une présence importante dans la partie ouest du Grand Idlib. Les plaines d’al-Ghab dans la campagne nord-ouest de Hama, la ville de Jisr al-Shughur dans la banlieue ouest d’Idlib et la ville de Kabani dans la campagne nord de Lattaquié sont des bastions connus de ce groupe terroriste.

Jusqu’à 4 000 terroristes seraient membres du TIP. Le groupe est l’un des alliés les plus proches de Hay’at Tahrir al-Cham (HTC), affilié à Al-Qaïda.

La Syrie n’a d’autre choix que de recourir à l’option militaire pour libérer ses terres du joug des occupants américains et turcs et de leurs mercenaires terroristes.

La frappe au missile meurtrière de l’armée syrienne était probablement une réponse aux récentes violations du cessez-le-feu dans le Grand Idlib, négociées par la Turquie et la Russie il y a plus de deux ans. Plus tôt cette semaine, le Centre de réconciliation russe en Syrie a signalé huit cas de violations par HTC et ses alliés.

La Turquie, qui maintient une importante présence militaire dans le Grand Idlib, n’a rien fait pour contrer les groupes terroristes comme TIP et HTC. La situation dans le Grand Idlib était au centre des discussions organisées il y a deux jours dans le cadre d’une rencontre à Sotchi entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan.

Les deux dirigeants se sont déclarés pour la lutte contre le terrorisme en Syrie, sans donner plus de détails.

Mots clés