Aug 10, 2022 10:22 UTC
  •  Israël: drones Gaza-Hezbollah frappent!

Le mardi 9 août, 48 heures après que l’Égyptien Sissi eut tiré très péniblement l’agonisant Israël de tout dernier enfer « balistique » signé Gaza et qu’il l’eut fait sur fond de curieux virage d’une armée sioniste qui samedi le 6 affirmait vouloir aller jusqu’au bout et « poursuivre au moins pour une semaine l’opération rien que pour anéantir le Jihad islamique dont elle irait en chercher les leader à Damas, à Beyrouth et à Téhéran »

avant de se réviser moins de 24 heures plus tard et annoncer dès le dimanche soir du 7 août qu’elle veut « la trêve » quel qu’il en soit le prix, et qu’elle est prête à toute concession à la seule et unique condition que les barrages de feu balistiques cessent, barrages qui partis vendredi soir de Sderot, n’a mis que 30 minutes pour saturer le réseau de DCA relooké d’Israël déployé sur l’ensemble de l’enveloppe de Gaza et une heure, pour cibler Ashkelon et Ashdod, deux principaux ports gaziers sionistes, le secrétaire général du Hezbollah a tenu un fort curieux discours où en énumérant chaque composante de l’axe de la Résistance, il a affirmé « avoir reçu à 100 % » le « message » de « ces trois jours et deux nuits de bataille » entité/Résistance, baptisée très judicieusement « Unité des tranchées ».  

Depuis quelques heures, plus d’un observateur se demande quel pourrait bien être le contenu de ce message que Nasrallah dit avoir reçu alors même que l’échéance du premier septembre s’approche et que le monde entier de l’Est à l’Ouest retient son souffle à l’idée d’une première attaque gazière anti Israël de l’histoire avec pour cible « Karish », attaque qui, dixit Nasrallah, n’en restera pas là, quitte à aller « au-delà de Karish» et à inclure tous les gisements gaziers palestiniens qu’occupe l’entité en Méditerranée orientale et sur base de quoi il fonde tout un château de carte gazier à même de faire rivaliser la citadelle énergétique russe en Europe.
Ce message, est-ce cette défaite absolue du Dôme de fer qui dopé à coup de 30 milliards de dollars à compter depuis mai 2021 a été en juillet « maketisé » par la personne même du président US, mais qui vient là, face aux roquettes « Grad » de JIP, connaître l’une de ses pires contre-performances puisqu’échouant à intercepter, ne serait-ce qu’un seul Badr-3, un seul Buraq-70, 100, soit ces missiles que les Grad avait pour mission de protéger jusqu’à ce qu’ils atteignent leurs cibles, usines, maisons, chaussées, véhicules… dans des colonies où les sirènes d’alarme ne cessaient de retentir et où des colons terroristes courraient de droite et de gauche en quête des cars à monter et à fuir aussi loin que possible ?
Disons le très ouvertement, à l’orée d’une confrontation majeur en Méditerranée qui pourrait changer la face du monde, les Gard de JIP ont rendu un royal service au Hezbollah tant leur face-à-face avec le Dôme de fer a été riche en enseignements : Ainsi au mois de septembre, les stratèges de guerre de la Résistance libanaise se souviendront non pas seulement de ces missiles « Tamir » s’épuisant à J+30 minutes à Sderot à contrer les salves de roquettes et appelant au secours les batteries de THAAD américain mais encore de cet autre épisode où ces mêmes Grad ont réussi toujours à Sderot soit au cœur dcaienne d’Israël sur le front sud à confondre sans même avoir eu recours à quelques système de warefare que ce soit, les Tamir au point à les pousser comme le prouvent ces images communiquées par les Russes à tirer sur leurs propres opérateurs ! Une virevolte salutaire de 180 de Tamir qui aurait du envoyer en enfer pas mal de rats sionistes même si l’entité ose encore prétendre n’avoir fait aucune perte.

Mais la leçon tirée par le Hezbollah de ces trois nuits et de deux jours d’une mini bataille qui a l’air de préluder quelque chose pourrait ne pas en rester là, Iron beam, ce machin chose à laser que Bennett qualifiait, à l’appui d’une vidéo de propagande de « miracle anti drone iranien » étant le grand absent de l’événement. Et pourtant tout poussait à ce que Iron beam passé pour être capable de « tirer un laser électrique à semi-conducteur de 100 à 150 kw » qui ne coûte que « 3.5 dollars » mais qui « chasse à merveille roquettes et drones » fasse son baptême de feu et qu’il prouve, pour une entité qui veut créer une DCA intégrée Israël-golfiens de quel bois elle est faite... Où se trouvait entre 5 et 7 août Iron Beam ?

Remarquez que c’est une question qui se pose non pas uniquement au Hezbollah et à ses alliés au sien de la Résistance mais encore à l’entité sioniste dans la mesure où il était dit que c’était un système révolutionnaire, propre à réparer plus de huit ans d’humiliation subis par Patriot, THAAD et Dôme de fer partout au Moyen-Orient de Gaza, au Yémen, en passant par l’Irak et le golfe Persique. À feuilleter la presse sioniste de ce matin, il n’y a que Maariv qui en parle au terme d’un article où il écrit :

« ... L’appareil (Iron beam) lui-même fonctionne déjà avec succès, le ministère de la Défense a publié plusieurs annonces à ce sujet et le Premier ministre Naftali Bennett est également allé prendre une photo avec. Toujours lors de la visite du président américain Joe Biden, il lui a été présenté parmi les autres développements des industries militaires israéliennes… Dans ce contexte, l’IDF (Armée sioniste) disposait d’un champ de test en direct, pour l’utilisation du nouveau système en temps réel, en tant que sauvegarde pour Iron Dome.

Par conséquent, on ne sait pas pourquoi ils ne l’ont pas déjà utilisé dans le courant… Il a réussi à détruire des drones et des missiles antichars, si je me souviens bien, il s’agit du développement d’une arme laser par MPAAT (la direction de la recherche et du développement des armes militaires et des infrastructures technologiques) du ministère de la Défense et de la société Rafael, qui a achevé il y a quelques mois une série d’expériences dans le au sud d’Israël, dans lequel le système a pu larguer des armes et des avions dans les airs.»

Alors pourquoi ne pas utiliser « Iron beam » contre le JIP et ses roquettes de garage ? La réponse, c’est une source entièrement vouée à la cause sioniste et trop intéressée par les aléas de la DCA « multicouche » sioniste, à savoir Al-Arabiya qui la rapporte :« La radio de l'armée israélienne vient de révéler que lors de la récente agression contre la bande de Gaza, l’armée de l’air du régime d’occupation a intercepté un drone lancé en direction du champ gazier de Tamar près d'Ashdod. » Et la chaîne d'information Al-Arabiya de confirmer : « Lors du récent conflit à Gaza, un drone avait été lancé depuis l’enclave palestinienne vers un champ gazier du régime sioniste en Méditerranée. Israël a mis un terme à son attaque contre Gaza par crainte d'une attaque contre ses plateformes gazières. »

Retranscrivons : Entre 5 à 7 août, et très probablement pendant la journée de 7 où des images en provenance du port Ashdod, seul port navigable d’Israël et situé à 10 km du gisement gazier offshore Tamar, le QG conjoint de la Résistance composé d’officiers du JIP, du Hamas, du Hezbollah et du CGRI lance une première attaque aux drones synchrones Gaza-Hezbollah contre Israël, attaque suivant très exactement le même modus operandi que celui de la simulation effectuée le 2 juillet quand deux drones de type Ababil-1 (Mersad-1) ont couvert un drone ISR Mohajer-6 pour que ce dernier, fort de sa portée de 2 000 km et de sa vitesse de 200 km/h s’approche suffisamment de Karish et en tourne les images. Or à Karish tout comme à Ashdod ni Dôme de fer encore mois « Iron beam » parfaitement opérationnel n’ont pu contrer l’assaut.

Et si Tamir tout comme Karish n’ont pas sauté c’est qu’il s’agissait d’un avertissement. Peu après le Jihad islamique de la Palestine mettait en ligne une vidéo présentant des centaines de « roquettes tactiques » missilisés à l’aide des ailerons aérodynamiques « Labayk-1 » faisant comprendre à l’entité que l’assaut aux drones à venir contre Tamar n’irait pas sans toucher Qods occupé et Tel-Aviv.

De quel type de drone s’est il agi ? Al-Arabiya ne le dit pas mais il devrait s’agir très probablement d’un Jenine, avatar palestinien de Samad yéménite dont les attaques contre Aramco ont fait capituler en deux ans l’Arabie des Salman. C’est un redoutable UAV kamikaze dont la toute première version, « Samad-1 »a une portée de 500 km… Mais pour frapper à partir de Gaza le gisement "Tamar" au large d’Ashdod il ne faudrait pas autant de portée vu que la distance ne va pas au-de là de 100 km. À moins qu’il soit question de synchroniser un coup conjoint Gaza-Hezbollah en vue de lancer au même jour et à la même heure une attaque aux essaims de Samad-Jenine (homogénéité aide à partager mieux les données) à la fois depuis Gaza et le sud Liban… Entre le sud Liban et Ashdod, c’est 455 km de distance, soit 5 km moins que la portée de Samad… Quant à Karish, à Léviathan et ces 7 autres gisements offshores sionistes, ce serait les Mohajer-6 qui s’en occupera… Après tout c’est un drone que ni les F-35 ni les F-16, encore moins les « Barak-1 » embarqués n’ont pu chopper… C’est terrible comme leçon et c'est le pire ennemi d’Israël qui la tire. 

 

Mots clés