Aug 11, 2022 14:04 UTC
  • Emissaire de Poutine chez Ansarallah!

Est-ce un hasard si un cargo iranien supposément bourré d’armes à l’adresse d’Ansarallah se fait attaquer en pleine mer Rouge ce 10 août, peu après un exercice naval conjoint Ve flotte US/Israël dans le détroit de Bab el Mandeb et juste avant que la Ve flotte en entame un autre avec l’Arabie,

et que cette attaque se fasse  48 heures après la seconde bataille balistique de Gaza qu’Israël vient d’abandonner au Jihad islamique de la Palestine, bataille qui n’a duré que deux jours de 5 à 7 août et qui a été marquée moins par la défaite totale du Dôme de fer auquel le monde entier s’attendait et ce ne dépit de 30 milliards de dollars US dépensés pour sa remise en l’état que par la première tentative d’attaque au drone palestinienne contre le gisement gazier offshore « israélien » Tamar ?

Plus d’un expert tendrait à répondre par un grand non surtout s’il agit des russes et de pas n’importe russe mais du général Yuri Balviski, ex chef d’état-major de l’armée russe ( 2004 à 2008) dont un récent livre intitulé « Guerre étrangère-nouveau modèle » a consacré tout un chapitre  à l’axe de la Résistance, où l’auteur loue « un réseau balistique composé de milliers de missiles guidés et de drones relativement peu chers puisque construits à partir des pièces copieusement présentes sur le marché » « pièces que montent tous les alliés de l’Iran quitte à créer une redoutable armée de l’air asymétrique qui de l’Irak au Yémen en passant par Gaza, Liban, et le golfe persique ont littéralement mis à l’échec la DCA intégrée des Etats Unis et de leurs alliés. : «  ce sont des drones et des missiles autant révolutionnaire que les quadrirotor chinois qui eux ont changé un trop vieux problème de l’artillerie à savoir sa non précision », dit toujours le général dont le pays vient d’envoyer son numéro deux de la Diplomatie, M Bogdanov à la rencontre de l’un des plus hauts cadres d’Ansarallah, Mohamad Abdel Salam.

aire ? A en juger la teneur du livre du général russe, cela ne pourrait pas ne pas être en rapport avec cette capacité asymétrique d’Ansarallah qui a vaincu l’Amérique au point de la pousser à imposer une trêve avec Ansrallah à Riyad. C’est d’autant plus probable qu’un très récent article publiée par Pravda et se référant aux conseils de la sécurité nationale russe recommandait à Moscou de penser sérieusement à multiplier ses bases militaires à travers le monde et à se concentrer surtout sur la mer Rouge, et Bab el-Mandeb, l’une des voies de transit majeur que convoite le plus les Etats Unis d’Amérique et ce dans le cadre de cette bataille acharnée qu’ils mènent pour priver les deux puissances continentales que sont la Chine t la Russie du transit libre et sûr via des voies navigable du monde. Et c’est là que devient important cette attaque lancée au cargo iranien en plein mer Rouge par de semblables pirates de mer qu’on sait être des agents à la solde du trio US/Israël/Etats Unis agissant souvent après ou avant des exercices conjoints Israël-USA-Arabie.

 

A propos ce 9 août l'Arabie saoudite et les États-Unis ont annoncé le début d'exercices militaires conjoints au large de la côte ouest du royaume. Selon l'agence de presse saoudienne (SPA) , des militaires des forces navales royales saoudiennes et de la marine américaine sont arrivés au port de Yanbu sur la mer Rouge en préparation des manœuvres, baptisées « Native Fury 22 » qui  dureront plusieurs jours.

 

Toujours est-il que le chef adjoint des opérations de la marine iranienne, le contre-amiral Mostafa Tajeddini,en commentant l’attaque a confirmé mercredi, 10 août que les forces navales du pays avaient déjoué une « attaque nocturne », ce qui demande un haut niveau de préparation et l’implication des marines ennemis, contre l'un des navires marchands du pays en mer Rouge soulignant la flottille d'escorte de l'unité navale de l'armée, dirigée par le destroyer Jamaran, avait répondu à réussi au bout de lourdes échanges de tirs à repousser l’essaim de bateaux assaillants qui ont dû battre en retraite sous le feu nourri de la flotte de combat iranien.

« Grâce à la présence permanente de nos navires de guerre en mer Rouge et leur agilité à réagir, les bateaux attaquants sont partis », s’est-il réjoui en allusion sans doute à cette annonce d’il y a quelques semaines du ministre sioniste de la Guerre, Gantz qui s’inquiétait de « l’ancrage de quatre navires de guerre iranien en mer Rouge » en en dénonçant la menace « pour la navigation libre ». Le général russe apprécierait sans doute l’épisode d’hier soir s’il le savait et ajoutera au chapitre des guerres navales et ce d’autant plus que qu’à cette opération aurait pris part outre des armements embarqués habituels à bord du destroyer Jamaran des drones navals iraniens participant à cette énième opération anti piraterie. En novembre 2021, l'Iran a déclaré que des pirates avaient tenté de s'emparer d'un pétrolier iranien dans le golfe d'Aden, deux semaines après qu'un navire de guerre iranien eut repoussé une attaque de pirates contre deux pétroliers qu'il escortait dans le golfe d'Aden. L'Iran a renforcé sa présence navale dans le golfe d'Aden après une vague d'attaques de pirates basés en Somalie entre 2000 et 2011 pour renforcer la sécurité de ses navires à travers la mer Rouge et le canal de Suez.

 

N’empêche que cette manière de faire ne dissuadera pas USA et leurs acolytes de couper la route maritime aux « Etats récalcitrants » et qu’il faudrait une solution bien durable. La quelle ? Puisque toute défense passe par une guerre, il faudrait peut-être sortir de la posture défensive et agir avec bien plus qu’une flotte de combat bien aux aguets. 

Même si Le Jamaran est un destroyer qui mesure 94 mètres de long, plus de 10 mètres de large et pèse plus de 1200 tonnes et qu’il est équipé de missiles anti-navires et sol- air, de torpilles, d'outils de navigation électronique modernes et d'installations de guerre électronique avec une capacité de 1420 tonnes et d'une vitesse de 30 nœuds et capable d'embarquer 140 marins et d'emporter des hélicoptères pour faire diverses opérations. En juillet, les combattants d’Ansarallah du Yémen avait déclaré que Sanaa ne permettrait pas à la mer Rouge de devenir un « lac israélien », notant que le Yémen a le dernier mot dans le détroit de Bab el-Mandeb et « préservera l'identité arabe du la mer Rouge face au complot américain pour en faire un lac sioniste." A Tel Aviv personne n’a réagi à cette annonce. à tort. Car cet avertissement pourrait signifier beaucoup de chose. Il pourrait signifier par exemple des séries d’attaques aux  missiles et aux drones à l’effet préventifs sur Eilat pour que l’axe US/Israël laisse tranquille la navigation libre ou alors être équivalent à cette géniale idée asymétrique de la Résistance, base de drone flottante. C’est mieux que des bases fixes qui comme la base russe au Soudan sont soumises aux aléas des politiques.

 

Le 15 juillet, la marine de la République islamique d'Iran a annoncé qu'elle avait établi sa première division de transport de drones dans l'océan Indien.La télévision d'État iranienne a déclaré que la nouvelle division navale se compose de plusieurs navires et sous-marins transportant tous les types de drones de combat, de reconnaissance et de suicide. "Tous les types de drones avancés les plus récents produits par l'armée et le ministère de la Défense ont survolé les eaux de l'océan Indien pour démontrer leurs capacités", a déclaré la télévision d'État. La chaîne a diffusé des images montrant plusieurs types de drones iraniens, tels que Pelican, Homa, Arash, Chamrosh, Zhubin, Ababil-4 et Bavar-5, décollant de différents navires iraniens et survolant l'océan Indien. S'adressant à l'annonce de la nouvelle division navale, le commandant en chef de l'armée de la République islamique d'Iran, le général de division Abdolrahim Mousavi, a mis en garde contre le "système d'arrogance" des capacités croissantes de drones de l'Iran. 

 

"Comme nous sommes conscients de l'attitude agressive du système de domination [américain], il est nécessaire d'augmenter nos capacités défensives au jour le jour", a déclaré Mousavi à la télévision d'État. "Si les ennemis font une erreur, [ces drones] leur présenteront une réponse regrettable".  Hier soir l’une de ces réponses a été infligée… Aux Russes de l’apprécier ou de vouloir y apporter un plus..

En attendant un petit ajout au beau livre du général... L'armée régulière yéménite existe aussi aussi puissante que son corps asymétrique. Ainsi les soldats yéménites diplômés ont piétiné les drapeaux du régime sioniste et des États-Unis et ont organisé un défilé militaire avec des butins de guerre saoudiens.

 

Le district militaire central de l'armée yéménite a célébré la remise des diplômes de la promotion « Combattez-les, Dieu les punira de vos mains ». La cérémonie  a coïncidé avec une défilé militaire au cours duquel les diplômés ont démontré leurs grandes compétences de combat et de tactique devant les participants. La cérémonie a également inclus la performance de certains arts martiaux qui reflétaient une partie des compétences acquises par les diplômés au cours des cours qui viennent dans le cadre de la construction institutionnelle de l'armée conformément à la vision nationale de construction de l'État, et sur la base du plan de formation, évalué par le ministère de la Défense et l'état-major général.

Mots clés