Aug 11, 2022 16:56 UTC
  • Syrie: la Russie frappe!

Le 2 août, l’aviation russe a violemment frappé les positions des terroristes a al-Tanf à Homs passant par la zone de déconfliction autoproclamée US. Hier, les Russes s’en sont pris aux terroristes pro-Erdogan a Raqqa. Le moment du clash final s’approche-t-il ? Mais quelles sont les zones encore occupées par les forces US ?

Le 10 août, des avions de combat des Forces aérospatiales russes (VKS) ont effectué une série de frappes aériennes sur la cachette des cellules de Daech dans la région centrale de la Syrie.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, plus de 13 frappes aériennes ont ciblé des grottes à la périphérie de la ville de Resafa, dans la campagne du sud de Raqqa, où les terroristes de Daech se sont réfugiés. Le groupe de surveillance basé à Londres n'a signalé aucune victime à la suite des frappes.

Les frappes aériennes étaient probablement une réponse à une attaque des terroristes de Daech dans la campagne du sud de Raqqa qui a eu lieu le 7 août. L'attaque visait un véhicule de l'armée syrienne à l'ouest de la base aérienne de Tabqah conduisant à la mort de quatre soldats de l’armée syrienne.

Au cours des derniers mois, la campagne du sud de Raqqa est devenue le principal bastion des cellules de Daech dans tout le centre de la Syrie.

 

Entre juin et juillet, de concert avec les VKS, l’armée syrienne a tué plus de 20 terroristes dans la campagne sud de Raqqa mais cela n'a apparemment pas suffi à éloigner trop longtemps Daech de la zone.

Les cellules de Daech tentent probablement de maintenir une forte présence dans la campagne du sud de Raqqa en raison de sa proximité avec la région du nord-est de la Syrie, où la présence des groupes terroristes est la plus forte.

Les terroristes ont pu survivre dans certaines parties de la Syrie avec le soutien de la coalition saoudo-américaine et de ses mercenaires, les Forces démocratiques syriennes (FDS).

C’était en 2011 que la coalition américaine, dans le but de prendre sous son contrôle le nord syrien et d’y créer le chaos et l’insécurité, a commence son agression contre le pays et ce, avec le soutien des pays arabes et Israël.

 

Incapable de mener à bien ses complots, confrontés à la résistance de l'armée syrienne et de l'axe de la Résistance, la coalition saoudienne frustrée par ses échecs consécutifs a frappé à la porte des groupes terroristes tels que Daech et le Front al-Nosra, afin qu'ils puissent infiltrer le nord de la Syrie à travers le territoire turc.

Entre 2012 et la première moitié de 2015, des groupes terroristes ont pu s’emparer de grandes parties des provinces du nord de la Syrie comme  Alep, Idlib, Lattaquié, Hama, Raqqa et Hassaké. Mais ce n’était pas tout. A partir de la seconde moitié de 2015, le gouvernement syrien soutenu par ses alliée a adopté la stratégie offensive au lieu de la politique défensive : il a donc récupéré les zones occupées et fait basculer l’équilibre de force en sa faveur.

 

La libération de la ville d'Alep, due au changement de stratégie syrienne, a permis aux forces syriennes de libérer en 2016 les zones du sud-est et de l'ouest de la ville de la présence des groupes terroristes

Les avancées significatives de l’armée syrienne à Idlib dont le centre et le nord sont le vivier de dizaines de milliers de terroristes, n’ont abouti que grâce au changement de stratégie et à la vigilance de l’axe de la Résistance, permettant d'assurer la sécurité des provinces limitrophe d’Idlib.

 

10 ans après l'invasion de terroristes multinationaux sous le commandement de la coalition américaine, c’est l'armée syrienne qui est en phase offensive et continue de les liquider. Cependant, certaines parties de la Syrie sont encore sous occupation.

Actuellement, les groupes terroristes occupent moins de 4 % de la superficie totale des provinces de Lattaquié et de Hama, jonchées de zones montagneuses et inaccessibles et qui sont souvent vides de population. 

Par contre, les terroristes contrôlent environ 45 % des provinces d'Alep (nord et nord-ouest) et d'Idlib (centre et nord), ainsi que des régions septentrionales des provinces de Raqqa et Hassaké.

Mots clés