Aug 17, 2022 12:46 UTC
  • Le Hezbollah chasse les F-16!

Puisque l’entité travaille assidûment et à travers ses frappes estivales contre la Syrie où il ne détruit depuis quelque temps que des radars de Pantsir S, de Buk, de Peshtora de SAM-6, à bousiller le réseau de la DCA intégré Syrie-Hezbollah,

DCA qui plantée sur les frontières syro libanaise a réussi  le 11 août à repousser les F-16 israéliens alors qu’ils tentaient de lancer un nouvel assaut contre Lattaquié, quitte même à faire descendre un drone sioniste dans le ciel de la Békaa, et que ce  fait a forcé l’armée de l’air israélienne a changer 4 jours plus tard de missiles air-sol pour pouvoir percer cette hermétique DCA intégrée et à utiliser un missile de « 5e génération », « Ice Breaker » et bien la Résistance libanaise n’aurait d’autres choix que dès le 1er septembre, échéance qu’elle a fixé pour que l’entité et ses amis otaniens se retirent de Karish de neutraliser les chasseurs israéliens qui à défaut d’une Dôme de fer conséquente mainte fois désavoués présente pour le moment le seul moyen dont dispose Israël pour se défendre contre des avalanches de missiles et de drones !

Ce choix est d’autant plus indispensable que ce mercredi, il y a eu une première démonstration de force anti Liban de l’OTAN avec en toile de fond un avion de ligne Air Liban  avec à son bord 145 passagers que deux F-16 grecs décollant de la base « israélisée » de Souda ont reçu l’ordre d’ intercepter au-dessus d’Argolis  et ce, sans fournir aucune explication digne de ce nom/ au fait l’explication est simple : Par ce geste venu d’une Grèce qu’on sait être la terre de prédilection des exercices consécutifs anti Hezbollah, aérienne, navale terrestre d’Israël, l’OTAN a fait comprendre qu’elle sera largement impliqué dans toute démarche entreprise qui viserait à mettre un terme au pillage programmé du gaz de Karish, un pillage qu’on sait être destiné à  colmater la brèche béante laissée par l’aventurisme atlantiste contre le géant gazier russe. Dès lors un premier clash Israël/Hezbollah prend tout son importance, l’enjeu étant de réduire au maximum la capacité de nuisance aérienne de l’ennemi

Mais comment ? en effet le processus de l’affaiblissement organique de l’armée de l’air israélienne a commencé depuis une belle lurette, l’entité imbue de ses dizaines d’exercices aériens conjoints ne s’en étant pas aperçu que très tardivement. Dans la pratique la puissance d’une armée sioniste se divise en deux catégorie, l’une concernant des opérations ISR et l’autre s’axant autour des frappes aux missiles ou aux bombes téléguidées.

Or en ce qui concerne les opérations de surveillance et de contrôle, le Hezbollah a déjà réussi à imposer sa dissuasion et à contrer toute infiltration aérienne sioniste simultanément au succès de ses propres opérations d’infiltration : le cas du drone Hassan et son impressionnante mission de reconnaissance de 40 minutes en février ou celui du triplet dronesque de Karish ou encore l’abattage le 11 aout d’un  UAV israélien dans le ciel de la Bekaa où se situent les sites sensibles du Hezbollah en sont des exemples parfaitement indéniable. D’ailleurs une vidéo comme celle que la Résistance a publié fin juillet où apparaissent les coordonnées géographiques de tous les sites gaziers d’Israël ne peut que confirmer ce constat.

L’une des raisons pour laquelle l’entité n’a osé depuis 2006 se livrer à de nouvelle frappes contre le Liban c’est ce manque criant de renseignement qui le place en situation d’infériorité par rapport à un Hezbollah qui a montré dans la vidéo précitée être doté de système d’imagerie des plus modernes de capteurs visuels infrarouge qui offre la possibilité de surveiller une zone donnée et on sait au Levant les distances sont petites de jour comme de nuit et dans toutes conditions climatiques. Ce serait des systèmes d’imageries de fabrication iranienne en quoi d’aucunes voient des RU-100 MRS 110 RU 3225 qui sont aussi montés sur des systèmes de missile sol air comme Majid ou sur des missiles côtes mer voire même sur des missiles antiblindés.

Reste côté puissance de frappe de l’armée de l’air sioniste que la première frappe du Hezbollah devra réduire au maximum pour ouvrir la voie aux étapes suivantes. Or de l’infiltration du drone Hassan du Hezbollah en Galilée Nord à celle du triplet de Mersad 1 dans la zone économique de Karish, il y a une file à saisir et à exploiter : les F-16 israéliens dont Israël compte se sert  à titre de radar intercepteur ont plus de ratage que de succès. Disons que dans une certaine position, les « F-16 soufa » n’arrivent ni intercepter ni non plus à abattre les drones. Cette position se trouve toujours au dessus de la mer et c’est là donc que les drones devront frapper. Le 14 février les F-16 israéliens ont perdu le drone Hassan alors qu’il survolait le lac Tibériade. Le 2 juillet le même exploité a été reconduit quand un F-16 israélien n’a réussi qu’à abattre un des trois drones survolant la Méditerranée. Qu’n sera-t-il si les drones se mettaient ensemble et qu’ils envahissaient les cotes israéliennes ?

remarquons qu’il n’est pas nécessaires dans un premier temps qu’il soit agi d’UAV trop sophistiqués. Des « drones de garages » suffiraient à conditions qu’ils arrivent en masse et qu’ils saturent les radars des chasseurs. 200 drones survolant ensemble Haïfa ou Léviathan et Karish suffiraient pour que l’entité fasse décoller la moitié de sa flotte, ce qui créerait un gros trou dans la DCA à base d’avion d’Israël et ce pour le grand bonheur des missiles tactiques de la Résistance… ou encore ces commandos de Radwan si craints.  « Les informations montrent que l'armée syrienne et le Hezbollah libanais ont dépêché des équipements et des missiles modernes et avancés sur le Golan et se préparent à y lancer une bataille dans un proche avenir »

 

Mots clés