Aug 17, 2022 19:35 UTC
  • Ansarallah avertit le Pentagone!

La trêve au Yémen les USA s'en moquent. Tout ce qu'ils veulent c'est de créer une méga base à Hadramout de piller le pétrole yéménite sans avoir à craindre la puissance balistique de la Résistance. Une telle trêve peut elle durer?

Ali al-Qahoum, membre du bureau politique du mouvement yéménite Ansarallah, a souligné, mardi 16 août, que le peuple du Yémen s’unissait contre les projets saoudo-émiratis qui profitent aux États-Unis.

Al-Qahoum a déclaré à la chaîne d’information Al-Mayadeen : « Des forces, des équipements et des croiseurs américains sont déployés dans de nombreuses régions du Yémen, y compris l’île de Socotra. Nous ne pouvons pas accepter la présence d’une force étrangère, des projets de partition et d’occupation, et une tutelle étrangère sur notre terre. »

Déclarant que les Américains soutiennent ouvertement le cessez-le-feu, mais font preuve d’un comportement hostile, il a précisé : « Les Etats-Unis se préparent à des agressions contre la nation yéménite. Nous sommes conscients du danger de cette guerre, et il ne peut y avoir de paix sans expulser tous les étrangers et récupérer nos ressources. »

Soulignant que le Yémen ne restera pas les bras croisés face au pillage de ses ressources par des entreprises étrangères, ce responsable d’Ansarallah a souligné : « Le défilé militaire d’aujourd’hui est un message direct et un avertissement aux pays agresseurs. »

Dimanche 14 août, une délégation américaine sous une couverture civile est entrée dans le district de Broum  (gouvernorat de l’Hadramaout) et a rencontré les autorités locales de cette zone.

Le voyage de la délégation américaine dans la ville côtière de Broum témoigne des intentions hostiles des États-Unis d’établir une base militaire dans cette région yéménite pour dominer les côtes et les lieux stratégiques du Yémen.

Auparavant, les forces militaires américaines ont patrouillé ouvertement dans les villes du gouvernorat de l’Hadramaout à bord de véhicules blindés.

La présence provocatrice des soldats américains qui dressent des points de contrôle dans les rues montre que les visites de l’ambassadeur américain et des délégations militaires dans cette région yéménite  seraient un prélude au déploiement de forces américaines afin que le premier pas soit pris pour dominer cette province riche en pétrole.

Récemment, une source yéménite a fait état de la visite de l’ambassadeur américain au Yémen au gouvernorat de l’Hadramaout pour examiner de près la possibilité de la création d’une base militaire près de l’aéroport Al-Ryan surplombant la mer de Makran.

Par ailleurs, des sources saoudiennes ont fait état du début d’un exercice militaire conjoint de l’Arabie saoudite et des États-Unis avec la participation de fusiliers de la marine saoudienne et du Corps des Marines américains dans la zone côtière de Yanbu (ouest). Il s’agit du premier exercice militaire conjoint saoudo-américain après la visite du président américain Joe Biden en Arabie saoudite en juillet 2022.

Mahdi al-Mashat, chef du Conseil politique suprême du Yémen, a déclaré : « Si l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis insistaient à envahir le Yémen, les missiles et drones yéménites frapperaient des cibles sensibles dans la profondeur de leurs territoires respectifs. »

Dans un discours lors d’un défilé militaire dans le gouvernorat d’Imran, Mahdi al-Mashat a ajouté : « La présence des Américains dans le gouvernorat de l’Hadramaout confirme nos déclarations sur l’hostilité des États-Unis envers le peuple yéménite. »

Évoquant l’inefficacité des armes envoyées par les Américains à Riyad et à Abou Dhabi pour contrer les attaques du Yémen, il a déclaré : « Les armes défensives que les Américains leur donnent pour les protéger ne leur seront d’aucune utilité. Nous libérerons les parties occupées de notre pays. »

 

Mots clés