Sep 28, 2022 14:32 UTC
  • Syrie: US/OTAN saignent

Escalade anti US/anti Otan en Syrie! Les forces de l'armée syrienne ont affronté , mardi 27 septembre, un convoi militaire américain au nord-ouest de Hassaké et l'ont forcé à rebrousser chemin, a rapporté l’agence de presse officielle syrienne (SANA).

Les forces de l’armée syrienne, déployées sur un point de contrôle, ont intercepté un convoi des forces d’occupation américaine, l’empêchant son entrée dans la localité d’Qubour al-Gharajneh en périphérie de Tal Tamer au nord-ouest de Hassaké. L’armée syrienne a également forcé un convoi militaire américain, composé de quatre véhicules militaires et d'un petit camion, qui tentait d'entrer dans la région de Monsif, au sud-est de la ville de Qamichli, à battre en retraite. Cela intervient alors que les forces d’occupation américaine ont fait entrer des armes, des munitions et de matériel logistique, depuis leurs bases en Irak via le passage illégal d’al-Walid vers la zone de Jazira, et ce, parallèlement à l’entrée des cargaisons d’armes dernier cri par voie aérienne vers leurs bases dans la zone.

Des sources locales en banlieue de Rmeilane ont fait savoir à la correspondante de SANA qu’un convoi militaire appartenant à l’occupation américaine, composé de 33 véhicules, dont des camions frigorifiques et des transporteurs chargés de conteneurs d’armes et de boîtes de munitions, était entré lundi soir via le passage illégal d’al-Walid et s’était orienté vers le siège des forces d’occupation dans la localité de Rmeilane au nord-est de Hassaké. Ce face-à-face US Army/Armée syrienne a eu lieu au moment où des sources locales en banlieue de Hassaké ont rapporté qu’un avion de transport militaire de l’occupation américaine chargé d’armes sophistiquées, avait atterri dans la base US située à l’aéroport de Kharab al-Jir. Est-ce une tentative destinée à banaliser la violation de l'espace aérien syrien? 
Au même moment, la coalition internationale dirigée par les États-Unis a annoncé lundi qu'un avion, affilié à l'US Air Force, avait atterri en Syrie apportant des « fournitures essentielles » aux Forces démocratiques syriennes (FDS). Le général de brigade Claude Tudor, commandant de la Force opérationnelle interarmées d'opérations spéciales combinées au Levant (CSOJTF-L), « a observé un avion C-17 apportant des fournitures essentielles en Syrie pour la première fois », a déclaré la CSOJTF-L dans un tweet. Les forces de la coalition dirigée par les États-Unis « peuvent se déployer n'importe où, n'importe quand dans le cadre de notre mission pour permettre à nos partenaires d'assurer la sécurité de la région », a ajouté le tweet, en référence aux FDS.

Toujours est-il que cette violation n'est pas passé sans réponse côté russe : Le 27 septembre, une nouvelle vague de frappes aériennes russes a frappé la région nord-ouest de la Syrie du Grand Idlib, où plusieurs groupes terroristes sont présents et actifs. Les frappes aériennes visaient un grand camp d'entraînement de l'armée d'Izza près du village de Kalbait, situé dans la campagne du nord d'Idlib, à quelques kilomètres seulement de la frontière avec la Turquie où les terroristes apprenaient à manier les drones. L'armée d'Izza est un proche allié de Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), affilié à Al-Qaïda, le dirigeant de facto du Grand Idlib.

Quelque 200 militants de l'armée d'Izza auraient été rassemblés au camp pour un cours de formation lorsqu'il a été pris pour cible. Les résultats des frappes aériennes n'ont pas encore été révélés. Plusieurs heures après les frappes aériennes, des explosions ont été signalées au-dessus de la ville d'al-Atarib dans la campagne ouest d'Alep. Les explosions auraient été causées par des bombes éclair larguées par des avions de combat russes. Les frappes aériennes russes étaient probablement une réponse aux récentes violations du cessez-le-feu par HTS et ses alliés. La violation la plus grave a eu lieu le 23 septembre . Les terroristes du HTS ont attaqué deux positions militaires syriennes près du village de Khirbat Jidraia dans la campagne occidentale d'Alep. Le groupe terroriste a affirmé que six soldats avaient été tués lors du raid. Malgré les violations répétées de HTS et de ses alliés, le cessez-le-feu dans le Grand Idlib, négocié par la Russie et la Turquie il y a plus de deux ans, tient toujours.

L'armée syrienne et ses alliés ont intensifié leurs attaques contre les militants dans le Grand Idlib au cours des dernières semaines pour tenter de faire respecter le cessez-le-feu et d'empêcher que la situation dans la région ne devienne incontrôlable. Mais ces sorties anti Turquie ont aussi un aspect anti US dans mesure où Ankara fait surtout le jeu de l'OTAN. il y a peu les Americains ont été amenés à changé le commandant de leur milice à al Tanf par crainte d'avoir à subir les frappes russes. Ce dernier s'en prenait souvent aux convois de l'armée syrienne et aux forces russes. 

 

Mots clés