Oct 01, 2022 10:48 UTC
  • Shahed-136 frappe, OTAN vacille!

Y a-t-il un quelconque lien entre ces 9 ressortissants allemand, italien, hollandais, polonais français, sur quoi le renseignement iranien a mis la main lors des troubles désormais largement capotés dans certaines villes du pays d’une part et ce communiqué trop précipité qu’a publié ce jeudi 29 septembre, le CentCom où il prétend avoir abattu un drone « Mohajer-6 » iranien alors qu’il était en pleine opération anti-terroristes dans le Kurdistan irakien de l’autre ?

Visiblement pas à moins de lire entre les lignes le communiqué du CentCom lu lors d’une édition spéciale sur CNN qui a pris le soin de l’entourer de commentaire très calibré faisant penser plus d’un analyste à l’actualité ukrainienne.

Le communiqué dit : « Vers 14h10 (heure locale), les forces américaines ont abattu un véhicule aérien sans pilote "Mohajer-6" iranien se dirigeant vers Erbil, car il apparaissait comme une menace pour les forces du CentCom « qui y sont déployées » avant de condamner les attaques « aveugles » de l’Iran contre le PJAK que le commentateur de la chaîne décrit en « civils innocents » citant ensuite des responsables militaires US qui eux, soulignent que « le Mohajer-6 a été abattu par un F-15 E de l’US Air Force », ce « qui n’est pas une première fois dans la mesure où des drones iraniens dont Shahed-129 ont déjà connu un sort identique en Syrie ».La suite de l’étrange commentaire de CNN où apparaît soudain le nom de la Syrie et de prétendus combats qui y auraient eu lieu entre le F-15 US et le Shahed-129 iranien, combats sur quoi aucun média occidental n’avait auparavant disserté même si une décennie de guerre anti syrienne est un laps de temps suffisamment long pour qu’un tel événement n’échappe d’aucune source occidentale, fait sortir soudain le récit de son cadre Iran-Erbil-PJAK-Émeutes anti sécurité iranienne pour le placer droit au cœur de l’Ukraine où on sait que les Geran 2/ Shahed 136 ont réussi entre autres et en à peine 10 jours d’opérations époustouflantes à faire capoter tour à tour une méga offensive navale impliquant des drones marines britanniques, des destroyers de l’OTAN et leurs drones prêts à porter contre la marine russe en Crimée, quitte à y provoquer l’effondrement du QG du commandement sud otanien à Odessa, le broyage de l’aérodrome de Krivoy Roy d’où partaient des HIMARS et autres artilleries et roquettes en direction de la centrale nucléaire de Zaporijjia, des entrepôts entiers de missiles HARM, HIMARS, MLRS et autres bibelots… à Nikolaev, Dnepropetrovsk, à Ochakov, une Ochakiv où le Shahed-136 a pour la première fois de l’histoire a fait équipe le 28 septembre avec le drone russe Lancet-3 dans le cadre d’un essaim de 40 UAV avec pour mission la mise au pas totale des infrastructures otaniennes.

CNN poursuit : « Selon les autorités irakiennes, l’une des frappes iraniennes (contre les terroristes de PJAK à Sanjaq, ndlr) aurait impliqué « vingt drones chargés d’explosif », ce qui suppose qu’il s’agissait de munitions rôdeuses de type « Shahed-136 ». Il est possible que le Mohajer-6 ait été utilisé pour les guider vers leur objectif, comme cela s’est vu lors d’une attaque russe contre Odessa, la semaine passée. Pour rappel, l’Iran a fourni de tels appareils à la Russie, qui les utilisent sous le nom de « Geran-2 ».

Le CentCom cherche-t-il via cette histoire inventée d’un Mohajer-6 abattu au-dessus d’Erbil par un F-15 E américain, un Mohajer-6 qui a l’air d’un petit miracle capable de faire à lui seul; office d’un centre de commandement aérien, à placer sous son pilotage 40 drones ensembles moitié de conception iranienne et russe, à les guider de façon à ce qu’ils pulvérisent sur leur chemin blindé, QG, HIMAR, HARM, MLRS, à faire croire que tout est au mieux dans le meilleur des mondes possibles en Ukraine, que le « Game changer iranien », Shahed-Mohajer 6, n’est pas à craindre et que tout est sous contrôle, puisque les F-15 américains savent en abattre le cas échéant ? Vu la pression que le complexe militaire Us exerce en ce moment sur le flanc est de l’OTAN pour qu’il se débarrasse de la flotte aérienne made Russia pour se doter de F-15, F-16, F-18 la réponse ne peut qu’être affirmative. Et ce d’autant plus que le binôme dronesque continue à mener son œuvre de destruction massive anti US/anti OTAN en Ukraine où il en est à ratatiner des choses réellement graves. Voici ce qu’en dit « le Top War ru » de ce 30 septembre :

« Il existe des informations sur la poursuite des frappes sur des cibles dans les territoires ukrainiens contrôlés par l'ennemi. On a appris que la nuit, ils ont de nouveau travaillé sur les munitions de vagabondage Geran-2, que la partie ukrainienne appelle les drones iraniens Shahed-136. Le commandement opérationnel "Sud" des forces armées ukrainiennes déclare qu'"une sous-station électrique a été touchée par des drones iraniens" à Nova Odessa. Un incendie s'est déclaré dans l'établissement, dont la lueur pendant la nuit pouvait être vue de n'importe où dans la ville et ses environs.

De plus, un coup a été porté à Dnepropetrovsk. À la suite de la frappe, des dizaines de véhicules ont été touchés, qui ont récemment été utilisés par l'armée ukrainienne pour transférer du personnel vers la ligne de front. Des équipements militaires ont également été vaincus, que les troupes ukrainiennes ont tenté de cacher dans les garages et les hangars d'une grande entreprise de transport de la ville. Selon les dernières données, l'incendie a couvert une zone impressionnante de l'entreprise, plus d'une centaine de camions, bus, véhicules blindés ennemis étaient en feu. La flamme s'est élevée la nuit à des dizaines de mètres au-dessus du territoire de l'entreprise de Dnepropetrovsk utilisée dans l'intérêt des forces armées ukrainiennes (elle a été rebaptisée Dnipro par le régime de Kyiv). »

À quoi rime cette information ?

À ce que les essaims de drones Geran-2 et très probablement Lancet-3 s’en prennent désormais et en pleine nuit non seulement aux lignes de transferts de troupes et de munitions US-OTAN mais encore au cœur « électrique » de son commandement Sud avec tout ce que cela compte en termes d’impact sur les capacités opérations d’un axe US-OTAN entièrement électrico-dépendant que ce soit au niveau de ses systèmes radars, de ses propres armements de ses capacités satellites. De redoutables nuées d’UAV opèrent de surcroît sur un champ d’opération de plusieurs centaines de km² puisque Nova Odessa à Mikhaïlov (l’un des foyers du sionisme ukrainien, ndlr) se située à 470 km de Dnepropertrovsk ce qui revient à reconnaître que les Geran-2 agissent en réseaux intégré tout comme agissent les Starlink Otanien non pas au-dessus d’une seule région mais plusieurs et ce, au grand mépris de tout ce que l’axe US-OTAN a pu mobiliser ces derniers jours en DCA et en système de guerre électronique.

Au fait « Mohajer-6 » que contre quoi les F-15 du CentCom mènent une bataille donquichottesque en Irak, a tout un bataillon de Shahed-136 indépendant de GPS/Glonass qui contourne royalement ces équipements que le Pentagone a expédié en urgence le 28 septembre sur le front et ce dans le cadre de son tout dernier paquet de 1,1 milliards de dollars d’« assistance militaire ».

Quelles sont des pièces de DCA ou de Guerre électronique dépêchées en catastrophe sur le front (qu’on a toutes les raisons de soupçonner être là depuis un bon bout de temps, ndlr) et déjà vaincus par Mohajer 6-Geran 2 ?

Feuilletons la presse atlantiste :

« Selon UNN, les forces armées ukrainiennes ont reçu des installations pour contrer les drones SKY CTRL. Vraisemblablement, il est capable de détecter toutes les cibles aériennes dans une zone de dix kilomètres. La représentant de la société Parimatch Ukraine Natalia Gilevich dit : l'installation SKY CTRL détecte tout objet volant dans un rayon de 10 kilomètres, bloque et fait dévier les drones de leur trajectoire ». Gilevich a déclaré que cette technique est capable de fonctionner à la fois à la lumière du jour et dans l'obscurité.

Selon elle, il peut bloquer et abattre des drones pesant 20 à 30 kilogrammes. Le drone Orlan a déjà été intercepté par ce système. Un interlocuteur des médias ukrainiens a rapporté que l'achat avait été effectué à l'initiative de la communauté informatique du pays et que l'argent avait été alloué, entre autres, par un certain nombre d'organisations caritatives. »

Mais Sky CTRL franco-américain acheté à coup d’aumône (!) n’est pas la seule pièce à avoir perdu ces derniers jours face à Geran-2 son utilité et son marché. »

Il y a aussi un peu de revers germain là-dedans: « Le commandement ukrainien (Otanien) a décidé de renforcer la défense aérienne d'Odessa sur fond d'utilisation massive par le drone de l'armée russe kamikaze "Geranium-2". Selon les ressources ukrainiennes dans la ville sont jetés transférés à l'Allemagne anti-aérienne automotrice Gepard, dont la tâche sera la lutte contre les drones russes. Récemment, les installations militaires sur le territoire d'Odessa et ses environs ont été attaquées par le drone russe kamikaze "Geranium-2", qui en Ukraine a appelé le drone clone iranien « Shahed-136 ». En quelques jours, l'utilisation de drones a subi des dommages assez importants de l'APU, a-t-il déclaré. La défense aérienne d'Odessa, qui est considérée comme l'une des plus fortes d'Ukraine, a échoué face aux drones.

Selon certains experts militaires, notre commandement a délibérément choisi Odessa avec ses défenses assez puissantes pour le contrôle des drones de combat Geranium-2. Malgré le fait que certains des drones ont été abattus, ils ont rempli leur tâche, et parfaitement. Et à Kiev a décidé de renforcer d'urgence la défense aérienne d'Odessa, car c'est le seul port actif de l'Ukraine avec les restes de la marine ukrainienne. »

Et d’ajouter : « Selon des sources ukrainiennes, les complexes sont transportés par des remorques routières (déjà pulvérisé par Geran-2?!)  Quel est le nombre de ZSU envoyés à Odessa, on l’ignore. Que soit dit en passant, l'Ukraine utilisant Gepard en conjonction avec SAM "OSA-AKM", obtenant ainsi un complexe "missile-gun" qui, devrait remplir les mêmes fonctions que le zrpk russe Pantsir-S1. Mais les premiers essais ont échoué ».

N’est-ce pas déjà trop humiliant pour une Allemagne otaniste reconvertie déjà en QG de guerre nucléaire anti Russie que de se voir contrainte de faire monter des gadgets et les coller les unes aux autres à l’effet de faire face à Geran-2 ? Évidemment et le revers est à partager avec tout le camp otanien plus les États-Unis qui eux, ont activé leur programme Titan dans l’espoir de pouvoir faire ce que SKY+ CRTL où les Gepard n’ont pas pu. D’où ces agents des services secrets allemands, polonais, italiens, hollandais et suédois « infiltrés » dans les rangs des émeutiers en Iran qui espèrent pouvoir arrêter Geran-2 en cours de route. Mais est-ce possible ? La réponse c’est aux officiers US ayant servi ces trois dernières années, qu’il faut la demander, dont l’un McMillan se confie à 19FortyFive en ces termes :

Écrivant pour 19FortyFive, l'ancien capitaine de combat irakien C-RAM (contre-roquette, artillerie, mortier) Cam McMillan a souligné l'importance de ne pas sous-estimer les capacités des drones envoyés en Russie par l'Iran.

« Les drones iraniens ont régulièrement attaqué les forces américaines et de la coalition au Moyen-Orient, glissant à plusieurs reprises à travers les formidables défenses américaines et frappant des cibles sur des bases américaines… les drones « Mohajer-6 »sont difficiles à abattre et sont conçus pour aider au renseignement, rassemblant la surveillance, l'acquisition d'objectifs et la reconnaissance, tout en livrant des munitions guidées d'une portée de 200 k. Difficiles à suivre au radar et contrairement aux autres drones que la plupart des systèmes de défense aérienne modernes ont été conçus pour contrer, ces drones iraniens ont peut-être connu des débuts difficiles, mais peuvent être exactement ce dont la Russie a besoin à ce stade de la guerre. »

McMillan ne croit pas si bien dire car Mohajer-6 ne sait pas que liguer des Shahed-136 qui reproduisent en ce moment même des scènes de Pearl Harbor sous les yeux UIS-OTAN. Il sait aussi piloter en réseau des « drones-bombardiers » Shahed-129 qui n’ont pas encore passer à l’acte en Ukraine.

Il s’agit d’un MALE (medium-altitude long-endurance) capable d'exécuter des missions de combat et de reconnaissance. Il est similaire en termes de taille, de forme et de rôle au MQ-1 Predator américain, mais bien essaimable contraire à lui.

Un géant qui mesure 8 mètres de long, 3,1 mètres de haut et d’une envergure de 16 mètres. Les autres caractéristiques du Shahed-129 incluent un ciblage précis avec un rayon de 1700 km, un vol de 25 000 pieds (7620 m), une durée de vol de 24 heures avec chaque ravitaillement, un coût très faible des missions et la possibilité d'atterrir sur tous les aéroports. Le contrôle et le guidage du Shahed-129 se font à distance par des centres de contrôle au sol. 

Le système optique du drone a la capacité de détecter 211 km autour et la nuit, le jour et toutes les conditions météorologiques et de donner aux commandants des photos claires. Les missions définies pour le drone Shahed-129 comprennent la reconnaissance opérationnelle, la destruction des positions ennemies et la photographie des positions et leur envoi au centre de commandement pour décision finale. Le drone peut également être utilisé contre les terroristes et les contrebandiers, pour la reconnaissance aux frontières terrestres et maritimes, les affaires environnementales, la cartographie et la photographie aérienne….

Et pensons à Odessa, le Shahed-129 a aussi une version navale… Simorgh.. prêt à faire face à l'USS...ou ses F-15 et F-16 embarqué. 

 

Mots clés