Feb 12, 2018 05:55 UTC
  • F-16 abattu: Netanyahu sur la sellette

Une parlementaire israélienne estime que la nouvelle attaque contre la Syrie était une tentative de la part de Netanyahu de détourner l’attention du public de son dossier de corruption.

La députée de la Liste arabe commune, Aida Touma-Suleiman a accusé le gouvernement de Netanyahu d’être responsable des évènements de samedi matin dans le nord d’Israël (Palestine occupée, NDRL). Selon cette parlementaire, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu cherche à provoquer une guerre en Syrie afin de détourner l’attention du public sur son dossier de corruption et préserver ainsi sa survie politique.

Le Premier ministre israélien est accusé d’escroquerie, de corruption financière, de complot, de fraude et d’abus de confiance. Des proches de Netanyahu, dont son épouse, sont également soupçonnés de corruption et d’abus de biens publics. D’autres membres du clan Netanyahu ont été interrogés à plusieurs reprises sur des malversations sur des achats frauduleux.

La députée israélienne a rappelé que Tel-Aviv avait attaqué la Syrie samedi, quelques jours avant que la police ne publie une partie des résultats de l’enquête menée sur plusieurs cas de corruption dans lesquels Netanyahu est impliqué.

« Israël a attisé les tensions en violant la souveraineté syrienne et libanaise, les résolutions de l’ONU, en ayant une coopération honteuse avec des groupes extrémistes et sans compter ses attaques répétées en Syrie », a fait remarquer Mme Aida Touma-Suleiman.

Le Premier ministre israélien a, aussitôt après la chute du F-16, repris ses accusations contre l’Iran lui imputant la responsabilité de l’abattage de l’avion de chasse. Le ministère iranien des Affaires étrangères a démenti les allégations d’Israël ; l’un des hauts commandants du Corps des gardiens de la Révolution islamique a même indiqué que l’Iran n’avait pas besoin de réponde à un régime mensonger.

Malgré toutes ses accusations et menaces contre l’axe de la Résistance, Tel-Aviv a supplié auprès de la Russie de calmer l’Iran, comme l’a annoncé Reuters citant des sources diplomatiques israéliennes.

Mots clés