Nov 27, 2018 14:45 UTC
  • Syrie : 1ère mise en alerte des S-300!

L’armée de l’air israélienne aurait effectué plusieurs vols à l’intérieur du Liban lundi soir, selon Al-Masdar News. Les défenses anti-aériennes syriennes et libanaises auraient été placées en état d’alerte. Le régime israélien croit avoir un court délai avant que les S-300 syriens ne deviennent opérationnels. Israël lance-t-il des frappes contre les S-300 syriens défiant ainsi la Russie ?

Selon une source militaire syrienne, les avions de combat israéliens ont parcouru la frontière syrienne après avoir quitté le sud du Liban pour se rendre dans la région de la vallée de la Beqaa.

Les avions de combat israéliens sont initialement entrés dans l’espace aérien libanais et ont encerclé le gouvernorat de Nabatieh et la région du fleuve Litani, au sud du Liban. Ils se sont dirigés ensuite vers la vallée de Beqaa où ils ont survolé les provinces syriennes de Damas et de Homs.

Bien qu’ils n’aient pas franchi le territoire syrien, ils ont survolé à plusieurs reprises la frontière, ce qui n’a pas empêché Damas de relever le niveau d’alerte. Les avions israéliens n'auraient pas osé se risquer dans le ciel syrien dans la mesure où les S-300, connectés au Centre de commandement intégré de la Russie, surveillent 24 heures sur 24 le ciel syrien. 

Le Président libanais aurait récemment demandé au président russe de placer le ciel du Liban sous la protection des batteries de missiles S-300 et sa demande serait à l'heure qu'il est à l'étude. Les milieux proches du renseignement de l'armée israélienne ne cessent de faire croire à l'imminence d'une action militaire US contre les cibles militaires en Syrie. Se référant à leur sempiternelle antienne  anti-iranienne, ils croient savoir que les récents agissements de l'USS Truman en Méditerranée orientale ou encore le déploiement des navires espions français dans cette même région participent à une action conjuguée propre à ouvrir à nouveau le ciel syrien aux chasseurs d'Israël. Ceci étant dit, les stratégistes militaires israéliens ne sont pas sûrs du succès de toute opération à venir et la retentissante défaite israélienne du début de novembre à Gaza contribuent largement à ce pessimisme bien justifié. Quelques 500 tirs de roquettes et de missiles ont suffi pour pousser à la démission le ministre des Affaires militaires et paralyser le cabinet sécuritaire israélien. 

Parallèlement à cet état de faits, les militaires israéliens ont annoncé le début de leurs exercices militaires sur les frontières avec le Liban. Il s'agit pour eux de s'exercer aux différents scénario de guerre qui engagerait Israël face au Hezbollah. 

 

 

Mots clés

commentaires