Sep 17, 2019 18:45 UTC
  • Ciel irakien: une DCA irano-russe?

Suite aux attaques des deux derniers mois contre les bases des Unités de mobilisation populaire irakiennes (Hachd al-Chaabi), il est désormais évident que le pays a besoin d’un nouveau système de défense antiaérienne.

Les anciens systèmes de défense antiaérienne de l’Irak achetés à l’époque de la guerre Iran-Irak (1980-1988) sont maintenant obsolètes et presque tout objet volant peut entrer dans l’espace aérien du pays. 

Selon un article publié par l'agence Tasnim, après la violation de son espace aérien et les frappes contre ses bases militaires, les autorités irakiennes, dont les députés, exigent unanimement de renforcer la sécurité aérienne de l’Irak et mettent l’accent sur la nécessité d’équiper leur pays d’une DCA puissante et de pointe.

Dans la région du Moyen-Orient, il y a trois sortes de systèmes de défense antiaériens et chacun d’entre eux a montré durant des années des niveaux d’efficacité très différents dans les évolutions régionales.

Le premier, le plus déployé dans les pays arabes riverains du golfe Persique, est le Patriot américain.

Le système américain s’est montré inefficace lors de la guerre saoudienne contre le Yémen et n’a pas pu protéger les sites sensibles du royaume, y compris les champs et raffineries pétroliers et les aéroports, contre les frappes au drone et au missile des Yéménites.

La deuxième option pour Bagdad ce sont les S-300 et S-400 russes, qui sont déployés en Syrie, en Iran et en Turquie. Ils semblent bien plus puissants et plus efficaces que les Patriot américains, mais ils n’ont pas encore été mis à l’épreuve sur le front des combats.

Et enfin, les systèmes de défense iraniens comme le Bavar-373 et le Khordad-3 sont la troisième option pour l’armée irakienne. Il ne faut pas oublier que le système Khordad-3 a réussi le 20 juin 2019 à détruire un drone américain sophistiqué de type MQ-4C Global Hawk qui avait violé de quelques kilomètres l’espace aérien iranien.

Étant donné que l’Irak ne peut pas compter sur les États-Unis et leur Patriot face à l’ennemi israélien, qui est l’allié stratégique de Washington, et que les armements américains sont de toute manière trop chers, Bagdad pourra songer à acquérir des systèmes de défense antiaérienne russes et iraniens pour protéger son espace aérien face à ses ennemis.

 

Mots clés

commentaires