Sep 22, 2019 19:03 UTC
  • Hachd frappées: la réplique tombe!

La cinquième phase des opérations anti- terroristes et partant anti-américaines des Hachd à al-Anbar s'est soldée par le déploiement massif et rapide des milliers de combattants des Hachd (Unités de mobilisation populaire) sur les frontières irakiennes avec à la fois l'Arabie saoudite et la Jordanie, la première ayant laissé entendre qu'elle participerait désormais aux frappes israélienne contre les hachd, la seconde ayant visiblement ouvert son ciel a ces mêmes frappes.

Or l'impunité  israélo-saoudienne commence a toucher sa fin. Bien que Tel Aviv et Riyad ne semblent pas encore s'en être aperçus, une importante base des Hachd à l'ouest d'al-Anbar vient d’être frappée sans faire de victime ni de dégât. Un casus belli en vue d'une guerre totale contre les Hachd? Les USA devront faire attention à ne pas franchir le Rubicon. Ni eux ni leurs alliés.

Un aérodrome a été attaqué dans l’ouest de l’Irak. Qassem Mosleh, commandant des Hachd al-Chaabi pour les opérations de l’ouest d’al-Anbar, a déclaré, ce dimanche 22 septembre, que l’aérodrome d’al-Marsanat, situé à 120 kilomètres de la frontière syrienne, avait été pris pour cible d’une attaque d’origine inconnue.

L’aérodrome ciblé se situe entre al-Tanf, en Syrie, et Trebil, en Irak.   

Selon Qassem Mosleh, « la frappe s’est abattue sur une localité hors de l’aéroport militaire sans faire ni victime ni dégât ».

Il a ajouté que l’aérodrome d’al-Marsanat servait d’une des principales positions des combattants des Hachd. « C’est à partir de cet aéroport que la cinquième phase de l’opération de la “Volonté de vaincre” a été lancée », a-t-il réaffirmé.

L’aérodrome d’al-Marsanat, situé dans le district d’al-Rutbah, dans la province d’al-Anbar, a été fermé en 2003 suite à l’invasion américaine, mais il a été rouvert pendant les dernières années afin d’en lancer des combats contre les terroristes de Daech.

Le quotidien al-Quds al-Arabi a écrit que la présence active du Hezbollah irakien sur les champs de bataille en Irak inquiétait profondément les monarchies arabes du golfe Persique, si bien que l’Arabie saoudite était prête à contribuer à des attaques visant les Hachd al-Chaabi en tant qu’allié du Hezbollah.

« Le Hezbollah irakien s’est transformé en une force active sur les champs de bataille en Irak et cela préoccupe le camp saoudien et le confronte à des défis inouïs », a-t-on appris d’un rapport sécuritaire, révélé par al-Quds al-Arabi.

Et d’ajouter : « Une commission sécuritaire qui travaille avec le Pentagone a envoyé un rapport aux pays arabes, dont l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, pour faire part de la présence très active du Hezbollah sur les champs de bataille. Le rapport indique que les drones de la Résistance risquent de perturber le trafic aérien en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis et au Koweït et d’entraver même la navigation et le transfert maritimes. Il paraît que ledit rapport fait allusion à des installations rapides et invisibles que les conseillers du Hezbollah ont pu installer non loin des eaux du golfe Persique, dont Bahreïn, le Koweït, et l’Arabie saoudite. Ces installations sont fortement protégées par les puissants alliés irakiens. Dans le cadre de ce rapport, Riyad a proposé au Pentagone que ses avions de combat prennent part à des opérations contre les Hachd al-Chaabi en Irak dans le cadre d’une mission de dissuasion. Or, les États-Unis ont mis en garde contre de possibles conflits et tensions. »

Le rapport indique que « la présence du Hezbollah a été renforcée par le soutien de l’Iran ».

« Les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et Bahreïn craignent que l’espace maritime et aérien du golfe Persique ne soit transformé en un champ fréquenté par les petits drones des Houthis, venant du Sud, et ceux du Hezbollah et des Hachd al-Chaabi depuis l’Est et via l’Irak », ajoute le rapport.

Mots clés

commentaires