Sep 27, 2019 17:04 UTC
  • S-400 : Bagdad défie les USA

C’était au début du mois de septembre que Faleh al-Fayadh, conseiller irakien à la sécurité nationale également commandant en chef des Hachd al-Chaabi, s’est rendu à Moscou afin de rencontrer les autorités russes.

Lors de cette visite, al-Fayadh a rencontré le secrétaire du Conseil de sécurité de Russie, Nikolaï Patrouchev ainsi qu’un certain nombre de responsables militaires russes.

Selon le quotidien libanais Al-Akhbar, les deux parties ont entre autres examiné les moyens de renforcer les relations bilatérales en mettant l’accent sur l’achat des S-400 russes qui semble bien avoir été la raison-même de la rencontre.

C'est à la suite des attaques lancées par le régime sioniste contre les positions des Hachd al-Chaabi que Bagdad a envisagé l’achat du système de défense antimissile russe S-400. Ces attaques ont été menées par le régime sioniste et ses allies dont les États-Unis et les miliciens kurdes, appelées aussi Forces démocratiques syriennes (FDS).

Selon les analystes irakiens, ces attaques n’ont pas seulement été menées depuis les territoires occupées mais aussi depuis l’Est de la Syrie ; c’est à dire depuis les régions contrôlées par les FDS.

« La visite d’al-Fayadh à Moscou est un message fort à Washington qui, malgré sa vaste présence militaire en Irak, n’a pas accepté de défendre Bagdad contre ces attaques », poursuit le quotidien libanais Al-Akhbar.

Un commandant irakien a également rappelé l’appui à ces attaques donné par Washington, rappelant que les Américains avaient désactivé leurs radars pour ne pas intercepter les drones entrés dans le ciel irakien.

Toujours selon le journal libanais, la partie irakienne aurait demandé à la partie russe « de fournir aux Hachd al-Chaabi des munitions militaires ».

« Les pressions américaines ne nous empêcheront pas d’acheter ce dont nous avons besoin pour assurer la sécurité de notre espace aérien. C’est notre argent. Nous sommes ceux qui ont vaincu Daech en 2018 et non pas ceux qui ont laissé l’Irak être occupé par les USA en 2003 », ont fait savoir les hautes autorités irakiennes.

 

 

Mots clés

commentaires