Oct 12, 2019 19:14 UTC
  • Arabie/Iran: l’appel de Poutine

Le président russe Vladimir Poutine a proposé à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis de respecter les intérêts de l'Iran et de négocier directement avec Téhéran pour résoudre leurs différends.

Dans une interview avec Russia Today en langue arabe, Sky Nexs et Al-Arabiya, le président russe Vladimir Poutine a demandé aux voisins de l’Iran, notamment l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, de négocier directement avec la République islamique d’Iran.

« Une grande puissance comme l’Iran, présente depuis des siècles, aura sûrement ses propres intérêts qu’il faut respecter. Les voisins de l’Iran doivent respecter les intérêts des Iraniens qui vivent depuis des milliers d’années dans leur grand pays », a déclaré le président russe dans cette interview qui sera diffusée dans son intégralité dimanche.

Le président russe a déclaré : « Les attaques contre les pétroliers ou les infrastructures pétrolières dans le golfe Persique ne pourraient pas porter préjudice à la coopération de Moscou avec les pays arabes dans le cadre des accords conclus avec l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole).

Évoquant les bonnes relations que la Russie entretient tant avec l’Iran qu’avec les pays arabes de la région, le président russe a déclaré que Moscou était prêt à déployer tous ses efforts pour créer les conditions nécessaires pour « l’émergence d’une tendance positive » entre l’Iran et ses voisins arabes.

« Comprendre les nuances et les problèmes nécessite un dialogue. Sans dialogue, il est impossible de résoudre un problème », a-t-il ajouté.

S’adressant aux dirigeants saoudiens et émiratis, le président Poutine a ajouté : « J’imagine que je peux comprendre les préoccupations des Émirats arabes unis et de l’Arabie saoudite, mais je pense que seuls les deux pays concernés peuvent résoudre les problèmes bilatéraux », a-t-il souligné.      

Dans une autre partie de cette interview, le président russe a déclaré que Moscou était préoccupé par l’élargissement de l’OTAN vers les frontières russes.

« La Russie le considère comme une menace, même si l’OTAN cherche à nous convaincre que ce n’en est pas une », a ajouté le président Poutine.

« L’OTAN est un bloc militaire et lorsque ses infrastructures s’étendent vers nos frontières, cela ne nous rend pas heureux », a déclaré M. Poutine.   

« Nous avons toujours ressenti cette menace et nous le leur avons répété à maintes reprises, mais ils ont continué à répondre : "Ne craignez rien, ce n’est pas contre vous. Vous n’avez rien à craindre, car l’OTAN se métamorphose et elle n’est plus une organisation militaire agressive" », a déclaré Vladimir Poutine.

Quant à la proposition faite par le président russe à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis de dialoguer avec l’Iran, il faut rappeler que le sous-secrétaire d’État américain pour les affaires politiques, David Hale, se rendra aux Émirats arabes unis et en Arabie saoudite du 12 au 18 octobre.

Au cours de son voyage, il rencontrera de hauts responsables des deux pays, ainsi que le président démissionnaire du Yémen, Abd Rabbu Mansour Hadi.

Mots clés

commentaires