Oct 13, 2019 08:21 UTC
  • Iran: Israël floué par les États-Unis?

Le président US reconnait ce 13 octobre qu'avec l'Amérique au Moyen-Orient, rien ne va : "Les États-Unis ont perdu de nombreux soldats en Irak, y ont dépensé des milliards de dollars.

Or le Moyen-Orient d'aujourd'hui est moins sûr que celui d'avant l'intervention US en Irak...". Que devra sentir Israël à entendre Trump prononcer ces phrases d'une cuisante vérité? Al-Monitor y revient dans un article signé le chroniquer militaire Ben Caspit : Israël a le sentiment d'avoir été floué par un "grand allié": 

«Un responsable israélien a récemment déclaré à Al-Monitor que' "après avoir cru pendant trois ans être vainqueur des grandes guerres au Moyen-Orient, Israël commence à comprendre que c’est effectivement lui qui a perdu ou du moins qui a été abandonné en cours de route. L'annonce soudaine par Trump d'un retrait rapide du nord-est de la Syrie a infligé un coup mortel aux espoirs et aux attentes d’Israël sur le front nord. »

« Nous sommes tous seuls maintenant », a affirmé encore sous couvert d'anonymat à Al-Monitor ce responsable proche du ministère israélien des Affaires militaires : «Le rapport des forces, si stratégique à la survie d'Israël, est sur le point de changer rapidement sous nos yeux. […] Maintenant, Israël est presque seul face au puissant axe turco-russe-iranien. Il se réveille enfin et c'est un passage douloureux. Trump, jadis considéré comme un fervent amoureux d’Israël, ne tarda pas à prendre ses distances avec Israël »,  écrit Ben Caspit, citant toujours le responsable anonyme israélien.

Le journaliste précise :

« Il est vrai que cette politique a commencé sous la présidence de Barak Obama.  Cependant, nous avions espéré que tout change sous Trump. C’est très décevant, d’autant plus que les Américains ont décidé de ne plus contrôler le monde pour que celui-ci décide de se débrouiller tout  seul sans une force de police. »

 Le responsable militaire israélien confie au web site américain que « le changement dans la région oblige Israël à modifier ses plans, à repenser ses idées et à se préparer à des scénarios mis de côté depuis longtemps».

Et quelle est la pire perspective à venir? 

Le pire, c'est qu'Israël devra se faire à l'idée de mener une guerre sur plusieurs fronts dans un avenir très proche : «Israël, qui se voyait le vainqueur absolu depuis trois ans, découvre soudain qu'il est sur le point de perdre ou au moins d’être abandonné. A vrai dire, désormais l'armée israélienne sera la seule force au monde à faire face à l'Iran et le Hezbollah ».

Caspit qui cite toujours le haut gradé israélien ajoute : 

« Israël a la conviction que s'il y a une attaque iranienne contre Israël, elle ne sera pas en provenance du territoire iranien. En ce sens, les généraux de l'armée israélienne insistent sur le fait que si une telle attaque se produisait, Israël ne permettrait pas aux alliés régionaux de l’Iran de concrétiser ce que l'Iran souhaite, à savoir en découdre avec Israël sans être pris pour responsable. Là c'est l'objectif israélien, mais sommes-nous capables de faire en sorte que l'Iran n'atteigne pas son objectif? C'est là le vrai hic »

Et l'article de poursuivre :  " C'est vrai qu'Israël est le régime le plus protégé du monde, mais le problème est qu'aucun système ne pourrait à l'heure qu'il est, détecter et cibler les missiles de croisière iraniens. Le cas de l'attaque spectaculaire contre Aramco en Arabie l'a bien prouvé. Les industries militaires israéliennes de pointe tournent en ce moment à plein régime pour trouver une solution aux missiles de croisière iraniens, mais cela prendra du temps. En plus, les propositions mises en avant pour remédier à ce problème, ne sont pas idéales. On évoque en particulier la fermeture des infrastructures sensibles d'Israël telles que les installations de stockage de l'ammoniac à Haïfa, Dimona, des réserves de carburant et d’autres sites d’entreposage de matières sensibles. Mais est-ce la solution? Force est de constater que les USA nous ont abandonnés au pire moment, alors que l'Iran est au faîte de sa puissance et qu'il a réussi à faire son bloc qui va du Liban à Gaza en passant par l'Irak, la Syrie et le Yémen».

Caspit en veut à Netanyahu d'être si imprudent et de mettre en danger Israël : "qui a permis à Netanyahu de rompre avec la politique de principe en vigueur jusqu'à sous l'ére de Sharon, selon laquelle Israël faisait tout pour éviter des confrontations militaires directes? Qui lui a dit de parler de "frappe préventive" contre l'Iran alors que ses "proxies" sont partout, à l'affût du moindre agissement de la part d'Israël?  Ariel Sharon a averti à plusieurs reprises qu'Israël ne devrait pas se placer à l'avant-garde de la guerre avec l'Iran. Netanyahu a enfreint cette règle fondamentale et obsédé par l'Iran, il a vu dans ce dernier la "menace ultime" pour Israël.  Ce faisant, Netanyahu a dangereusement transformé la "menace iranienne" en un levier électoral. Netanyahu est au pouvoir depuis dix ans et pendant cette longue période, il n'a cessé de dire qu'il va mettre un terme au programme nucléaire iranien. En a-t-il été capable? Téhéran domine la région  et Israël est la seule partie qui s'est mise à la première ligne sans qu'il soit soutenu par les USA ou même ses alliés arabes. Il n’est pas exclu désormais que Netanyahu, incapable de rectifier ses dix ans d'erreurs stratégiques, soit poussé vers la porte pour quitter à jamais la scène politique. »

Mots clés

commentaires