Oct 21, 2019 19:17 UTC
  • Israël

Brûlant le drapeau israélien, les manifestants libanais se disent prêts à lutter au premier rang du front anti-israélien de l'axe de la Résistance.

Au cinquième jour du mouvement de contestation contre l’instauration de nouvelles taxes et le coût élevé de la vie, les manifestants libanais semblent être toujours plus nombreux à descendre dans la rue, notamment au centre-ville de Beyrouth, a rapporté Fars News.

Rassemblés sur la place de Riad El Solh à Beyrouth, des manifestants ont mis le feu au drapeau sioniste. La ville de Tyr ou Sour en libanais, a également été théâtre de protestation de jeunes qui ont eux aussi brûlé le drapeau israélien et ont annoncé être à l’avant-garde de la lutte anti-israélienne.

Les protestations sont entrées dans leur cinquième jour, alors que le gouvernement libanais a approuvé le budget de 2020 ainsi qu’une série de réformes économiques qui prévues dans le plan du Premier ministre visent à résoudre la crise actuelle qui a frappé le pays.

L’annonce par le gouvernement de la mise en place d’une nouvelle taxe sur les messageries telles que WhatsApp a mis le feu aux poudres, provoquant la vive colère des citoyens libanais qui déjà intimidés par une dégradation de l’économie du pays, sont chaque jour plus nombreux à descendre dans la rue.

Lors de son discours du samedi 19 octobre, Seyyed Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah, a soutenu la revendication des manifestants, reconnaissant leur droit à manifester. Il a cependant rejeté la démission ou le retrait du pouvoir de quelconque autorité libanaise.

 

Mots clés

commentaires