Oct 22, 2019 09:03 UTC
  • Nouvelle invasion US d'Irak: 1er impact?

Quelque mille soldats US évacuant avec hâte les bases américaines dans le nord est pour débarquer dans l'ouest irakien à Al-Anbar et ce, en provenance du Kurdistan irakien et, ce, alors que l'opération anti-Daech des Hachd al-Chaabi avance difficilement pour cause de divers obstacles dressés par les Américains : Alors la première conséquence de cet état de fait?

Des éléments du groupe terroriste Daech ont attaqué deux postes de contrôle dans les champs pétroliers de la province de Salah al-Din et ont fait exploser un véhicule des forces de sécurité irakiennes avec une bombe placée en bordure de la route. Deux d’entre eux ont été tués », indique l’armée dans un communiqué. Décidément l'appétit pétrolier du principal perdant de la guerre en Syrie à savoir les États-Unis est insatiable. 

Selon des sources irakiennes, les terroristes daechistes ont aussi ouvert le feu sur les forces de sécurité qui tentaient de retirer les morts de la scène,  juste après l'attentat. Trois autres effectifs des forces de sécurité irakiennes ont été blessés.

Simultanément à l’attaque dans le nord de la Syrie, l'héliportage des terroristes daechistes depuis le camp d'al-Hol et d'autres prisons du nord est syrien vers l'Irak se poursuit. Depuis le début de l’opération turque dans le nord de la Syrie, les États-Unis ont transféré vers l'Irak 1 500 femmes daechistes et autant sinon plus d'hommes tous issus du camp d’al-Hol dans le rif de Hassaké. Un peu plus à l'est, un autre attentat significatif : lors d’une attaque terroriste dans la localité de Haqoul Aalas à l’est de Tikrīt dans la province de Salah al-Din, deux autres effectifs des forces de sécurité irakiennes ont été tués et trois autres blessés

Hafiz al-Bacharah, un expert en sécurité, a alerté sur les nouveaux agissements des militaires américains en Irak. « Les États-Unis ont d’abord créé le groupe terroriste Daech pour justifier la formation d’une coalition. Actuellement, ils soutiennent ce groupe terroriste en cherchant à réorganiser quelque 3 000 daechistes, transités depuis la Syrie et qu'ils installent en ce moment dans leurs deux principales bases à l'ouest de l'Irak. En effet, les États-Unis ont choisi ce mois d'octobre pour ce méga transit de terroristes depuis la Syrie vers l'Irak puisque l'État irakien traverse une période délicate avec en toile de fond la colère d'une population harassée par des problèmes économiques. Le point de passage de Simalka sur la frontière syrienne avec le Kurdistan irakien a été ces derniers jours le théâtre du passage des dizaines de convois et de soldats US e et on ignore où se dirigeront tous ces GI's,. Mais on sait qu'une partie va rejoindre le district de Rabia dans la province de Ninive. Il s'agit de quelque 12 000 terroristes que l'Amérique veut libérer des prisons kurdes et recycler sur le territoire irakien. 

Le résultat? Une intensification des opérations de surveillance des forces armées irakiennes sur les frontières et un ralentissement des opérations de sécurisation sur le territoire irakien. Des bases US à Al Anbar et à Salaheddin serviront désormais de nids aux terroristes", ajoute cet expert.

Le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, a également déclaré dimanche que le millier de soldats américains qui avaient quitté la Syrie devait entrer dans l'ouest de l'Irak.

Mots clés

commentaires