Nov 10, 2019 19:06 UTC
  • Israël: la triple cible d'Ansarallah ?

Il y a une dizaine de jours le PM israélien a dit avoir peur des missiles de haute précision et à longue portée que posséderait Ansarallah laissant entendre qu'Israël irait frapper la Résistance yéménite. Au fait, cela fait 5 ans qu'Israël, participe activement aux côtés de Riyad dans sa guerre désormais perdue contre le Yémen.

Et si Israël décidait de la jouer carte sur table ? Depuis la frappe au drone d'Ansarallah le 14 septembre contre Aramco, Israël s'attend à subir le choc de l'un des missiles de croisière d'Ansarallah, ce qui, dit-il, lui permet d'envisager des attaques préventives. 

Le leader d'Ansarallah a d'ailleurs mis en garde samedi contre tout faux pas commis par Tel-Aviv. "Si Israël commet une bêtise Ansarallah n'hésitera pas à riposter.

Abdel Bari Atwan, l'éditorialiste de Rai al-Youm, a affirmé ce dimanche sur Al-Mayadeen que la riposte d'Ansarallah ne fait pas de doute. "Israël a déjà mis à l'épreuve le Hezbollah ou le Hamas mais pas Ansarallah. Or si Tel-Aviv venait à commettre cette erreur, Ansarallah n'hésiterait pas à ouvrir un front en mer Rouge à prendre pour cible les navires israéliens, le port d'Eliat et le réacteur de Dimona."

Et que fera Israël ? Alon Ben David, le chroniqueur militaire israélien, reconnaît que la tâche est loin d'être facile: "Israël n'a pas la possibilité de mener des opérations de renseignement au nord du Yémen et ne connaît pas vraiment l'étendu de l'arsenal balistique des Houthis. Ce qui rend la riposte encore plus difficile à engager. Et sur le terrain du combat ? Rien de nouveau si ce n'est le cumul des revers militaires saoudiens." 

Selon une autre dépêche, l’armée et les Comités populaires ont fait capoter une nouvelle offensive des mercenaires pro-Riyad contre les positions yéménites à Taëz.

Les médias arabes ont annoncé que les mercenaires avaient l’intention de s’emparer des bases appartenant aux forces yéménites. Mais leur tentative a échoué et un nombre d’entre eux ont été tués. À ceci s'ajoute la poursuite de l'avancée des forces yéménites à Najran au sud saoudien. Décidément, les dès sont jetés.

L’initiative d’Ansarallah intervient alors que les États-Unis et la Grande-Bretagne font pression sur l’Arabie saoudite pour qu’elle négocie directement avec le mouvement yéménite en vue d’accéder à un accord de paix.

La semaine dernière, l’AFP citant un responsable saoudien ayant gardé l’anonymat, a rapporté que "depuis 2016, nous avons ouvert un canal pour contacter Ansarallah et nous continuerons ces contacts pour soutenir la paix au Yémen."

 

Mots clés

commentaires