Nov 11, 2019 10:51 UTC
  • L'OTAN en

Au moment où certaines informations font état du déploiement des avions furtifs US non loin de la base aérienne russe à Hmeimim, des informations font état d'une première frappe au drone revendiquée de la Turquie contre un village syrien.

 Dimanche, l'armée syrienne est parvenue à reprendre la localité d’Om Chaayafa à la frontière avec la Turquie sans que les mercenaires d'Ankara puissent faire preuve d'un quelconque entêtement. Que fera la Turquie dans les semaines à venir? Une première réaction turque ne s'est pas fait attendre. 

Un village dans le Rif de Ras al-Aïn dans le nord de la Syrie a été pris pour cible d’une attaque au drone des militaires turcs. Les médias syriens ont annoncé que les drones de l’armée turque ont attaqué, dimanche, quelques régions dans la banlieue de Ras al-Aïn à Hassaké dans le nord de la Syrie. L’attaque n’a pas fait de victimes ni de dégâts matériels, la Turquie menant visiblement là un coup d’essai. L’agence de presse syrienne SANA  fait aussi état de l’explosion d’une mine dans cette même banlieue, faisant deux blessés chez les civils syriens qui ont été transférés à l’hôpital. 

Parallèlement à cette frappe au drone revendiquée, la marine turque a lancé un vaste exercice militaire en Méditerranée, avec la collaboration de 15 pays dont ceux de l'OTAN. 47 bâtiments de guerre et 4 700 forces de 15 pays participent à cet exercice militaire naval qui se déroule dans la province de Mugla dans l’est de la Turquie, non loin de Chypre mais aussi non loin des côtes syriennes. 

Le coordinateur du bureau d’opérations navales de la Turquie a annoncé, dimanche 10 novembre, le début de l’exercice militaire naval dont le centre de commandement implique 170 officiers, dont ceux de l'OTAN. Le coordinateur dit que le QG s'est fixé comme mission "de promouvoir les coopérations entre les pas « amis » et membres de l’Alliance atlantique et de rehausser le niveau de disponibilité de la force maritime turque". Pour une Turquie qui se disait en quasi guerre contre l'OTAN dans le cadre du dossier du litige gazier avec Chypre, la tenue d'un tel exercice est significatif surtout que l'OTAN réclame désormais et sans honte sa part du gâteau syrien. 

« 47 bâtiments de guerre y compris des destroyers, sous-marins et chasseurs de mines et 4 700 militaires de 15 pays, dont le Pakistan, l’Espagne, l’Italie, la Bulgarie, la Roumanie, la Grèce et le Canada, participent à cet exercice militaire naval », précise la source turque qui omet volontairement le nom de la France et de l'Allemagne.

Alors que les Américains ont envoyé dimanche deux nouveaux méga-convois d'armes US depuis l'Irak en Syrie, pour les déployer à Tall Tamar à l'ouest de Hassaké, les observateurs n'écartent de grands clashs dans les semaines à venir. En effet les Américains, les Turcs et leurs alliés de l'OTAN font tout pour empêcher l'armée syrienne et ses alliés à prendre le contrôle de l'autoroute stratégique de M4 et les convois US se sont effectivement installés sur la route Hassaké-Raqqa-Alep.  

Alors que le président français Emmanuel Macron évoque la mort cérébrale de l'OTAN, les analystes constatent une pleine activité de cette machine de guerre au Levant. Le plan allemand destiné à créer une zone tampon au nord de la Syrie se poursuit alors que le président turc prévoit de rencontrer ses homologues français, allemand et britanniques en marge du sommet de l'Alliance. 

Pour l'armée syrienne et ses alliés, le combat se poursuivra jusqu'à la restitution totale des territoires occupés. Les forces armées syriennes et russes ont lancé, dimanche 10 novembre, un puissant assaut contre des terroristes pro-OTAN/US d'al-Qaïda dans la campagne du nord-ouest du gouvernorat de Hama. L'armée syrienne a tiré, depuis al-Ankawi, dans le nord-ouest de Hama, des missiles contre les positions d'Ansar al-Tawhid tandis que l’aviation russe a mené plusieurs raids contre ces mêmes terroristes dans les régions de Hama et d'Idlib. Selon une source militaire syrienne, ces raids ont visé le groupe terroriste susmentionné, actif dans la plaine d'al-Ghaab. Ces raids ont visé, également, d'autres groupes terroristes dans le gouvernorat d'Idlib. Pour la Syrie et la Russie, la reprise de M4 et M5 est une priorité. 

 

 

Mots clés

commentaires