Nov 12, 2019 07:06 UTC

Damas n'a pas l'intention de coopérer avec les pays européens dans le domaine de la sécurité et dans la lutte contre les terroristes qui ont fui la Syrie pour se rendre dans les pays de l'Union européenne, a déclaré Bachar Assad dans une interview accordée à la chaîne RT et en allusion claire aux pays comme la France ou encore la Grande-Bretagne qui soutiennent depuis 2011 une guerre totale contre l'État syrien et qui refusent toujours de quitter le sol syrien.

« Actuellement, elle [la coopération, ndlr.] n’existe pas et nous n’y sommes pas prêts. Nous avons clairement indiqué que dans le domaine de la sécurité nous n'envisagions pas d’aider le moindre pays agissant contre la Syrie dans quelque domaine que ce soit, aussi bien dans l'économie et la sécurité que la politique », a annoncé le président syrien. Auparavant, dans un entretien avec RT, Bachar Assad avait souligné que l’envoi de réfugiés syriens et d’autres en Europe représentait un danger, « mais [que] le plus dangereux pour l’Europe était de soutenir les terroristes en Syrie ».

Francis Perrin, directeur de recherche à l'IRIS revient sur ces déclarations et nous donne son analyse. 

 

Mots clés

commentaires