Nov 12, 2019 07:30 UTC
  • Casus belli d'Israël à la Résistance!

Deux attaques conjuguée pour décapiter la Résistance palestinienne: quelques minutes après avoir visé la maison de Baha Abou Attah, l'un des hauts commandants des brigades Qods, branche militaire du Jihad islamique de la Palestine, le régime israélien a pris pour cible une maison à Mezzah à l'ouest de la capitale syrienne. A al-Shojaiya, le commandant Abou Atta et son épouse ont été tués tandis que leurs deux enfants ont été grièvement blessés.

Le commandant du Jihad islamique de la Palestine, Abou Atta. 

La riposte de la Résistance palestinienne n'a pas tardé, Gaza ayant tiré dans les minutes suivant la frappe des missiles en direction des colonies du sud d’Israël. Selon la presse israélienne, les colonies d'Ashdod, Gedera, le kibboutz Givat Brenner, toutes voisines de Gaza, ont été ciblés par des missiles et la population de Beersheva dans le nord de la région de Tel-Aviv se trouvent dans les abris souterrains jusqu'au nouvel ordre. Par crainte des opérations commandos de la Résistance, des renforts sionistes se sont déployés sur les frontières avec Gaza. Dans un communiqué émis il y a quelques minutes, le Jihad islamique promet une "terrible riposte" à Israël. 

Mais le régime israélien ne manque pas d'air: selon SANA, l'armée syrienne a activé à 4 heures (heure locale) ses batteries de défenses anti-aériennes après que plusieurs missiles "ennemis" eurent visé un bâtiment non loin de l'ambassade du Liban à Dariya, à l'ouest de la capitale Damas.

Selon une source militaire à Damas, plusieurs missiles "ennemi", visiblement israéliens, ont visé la banlieue de l'aéroport militaire de Mezzeh, provoquant de nombreuses explosions dans l'ouest de la capitale. L'armée syrienne affirme avoir intercepté "plusieurs des missiles ennemis" dont "certains ont réussi à toucher les objectifs". SANA affirme pour le reste que la frappe a laissé deux morts et six blessés. 

Le site palestinien Arab48 citant les activistes des réseaux sociaux affirme de son côté qu'Israël visait à éliminer Akram al-Ajouri; haut membre du Jihad islamique de la Palestine. La source n'est pas en mesure de confirmer la mort du commandant mais son fils, membre du bureau politique du Jihad islamique a été tué en martyr. 

Cette frappe contre Damas est une première, depuis fin août quand le régime israélien a visé un complexe du Hezbollah au sud de la capitale. Les batteries S-300 et S-400 russes assuraient jusqu'à une date fort récente la protection aérienne de la capitale. Certaines informations divulguées par les sources israéliennes faisaient état ces derniers jours de la désactivation des batteries S-400 à travers tout le territoire syrien. Cette information n'a pas été confirmée par les sources russes.

Pour les analystes politiques, cette frappe conjuguée d'Israël contre le Jihad islamique à Gaza et à Damas serait suivie de vastes ripostes anti-israélienne. Pour booster ses chances de succès, Netanyahu, englué dans une crise interne, ouvre ainsi les portes de l'enfer. 

 

Mots clés

commentaires