Nov 14, 2019 00:31 UTC
  • Ben Salmane rencontre Ansarallah

De Riyad les signaux qui arrivent vont dans le même sens : le royaume s’apprête douloureusement à se rendre à l’évidence, le Yémen l’a mis au pas.

Le ministre adjoint saoudien de la Défense, Khaled ben Salmane, s’est rendu en quasi catimini à Mascate, capitale omanaise où il aurait rencontré une délégation d’Ansarallah.

C’est le fils du roi saoudien, Khaled ben Salmane ben Abdelaziz, et il est arrivé inopinément lundi 11 novembre à Mascate pour s’entretenir avec le sultan Qabous ben Saïd al-Saïd. On ne dispose que de peu d’informations sur le voyage du prince saoudien à Oman. Le ministère saoudien de la Défense s’est contenté d’annoncer dans un rapport que Khaled ben Salmane devait rencontrer plusieurs responsables omanais pour discuter des relations bilatérales, de la stabilité et de la sécurité de la région.

Des sources non officielles ont entre temps établi un lien entre la visite du ministre saoudien de la Défense à Mascate et la tentative de Riyad de conclure un accord avec Ansarallah..

Khaled ben Salmane a déclaré sur son compte Twitter qu’il avait voyagé au Sultanat d’Oman à la demande de son frère, Mohammad ben Salmane, et qu’il avait transmis le message du prince héritier saoudien au sultan d’Oman lors de ce voyage.

Le frère du prince héritier saoudien, Khaled Ben Salmane, a rencontré le sultan d’Oman à Mascate, le 11 novembre 2019. ©Marchreq News

Il a également écrit que l’Arabie saoudite avait l’intention également d’entendre les avis du sultan Qabous sur les évolutions de la région.

Ce discours bourré de mystères ne peut pour autant cacher une chose : 

« À vrai dire, les Saoudiens ont fini par capituler et tout porte à croire que Riyad acceptera toutes les conditions posées par Ansarallah », a noté le journaliste yéménite, Abbas al-Dhaleai qui ajoute : « Ansarallah a en fait vaincu les Saoudiens. »

« Le fils du roi Salmane évoquera trois questions à Oman : premièrement, appeler Oman à jouer le rôle de médiateur dans les pourparlers avec l’Iran afin de mettre fin aux tensions dans la région, deuxièmement, la guerre au Yémen et le début d’un dialogue direct avec Ansarallah du Yémen, troisièmement, mettre fin aux attaques latentes dans la province d’Al-Mahra, au Yémen, entre l’Arabie saoudite et Oman.

Un avion omanais avait transporté lundi un homme proche du leader d’Ansarallah, Abdel Malek Badreddine al-Houthi de la capitale yéménite, Sanaa, à Mascate, pour que le prince Khaled ben Salmane s’entretienne directement avec lui en présence du ministre des Affaires étrangères d’Oman, Youssef ben Alawi.

Mots clés

commentaires