Nov 14, 2019 07:58 UTC
  • 400 missiles frappent Israël

Toutes les sept minutes un missile : voici pourquoi près de 30% des colons israéliens, vivant dans des colonies à proximité de la bande de Gaza ont été amenés à fuir les colonies de peur des missiles de la Résistance.

Plus de 400, selon des chiffres publiés par les Israéliens qui toute la journée de mercredi n'ont pas cessé d'appeler leurs émissaires égyptiens et onusiens à Gaza, pour les pousser à quémander une trêve avec le Jihad islamique et ce, sur fond des annonces de Netanyahu et Cie comme quoi "Israël ne veut pas d'une escalade".

La situation n'allait guère mieux à Beersheba à l'est et même Gush Dan, la zone qui comprend la ville de Tel Aviv et qui est considérée comme le centre névralgique. Sur une bande large de 80 kilomètres, Bennett avait décrété l'état d'urgence. Tel-Aviv que l'armée israélienne croyait pouvoir garder intact face au Jihad islamique a aussi reçu une salve de missiles dès les premières heures de mardi, ce qui a poussé Tel-Aviv à mettre des verrous à la porte des écoles, une première depuis la seconde guerre du golfe Persique. Dans la soirée de mercredi, le Jihad islamique a mis en garde contre une nouvelle vague de frappes au missile visant Haïfa, plus au nord. L'avertissement n'a pas du tout pris à la légère puisque Bennett, nouveau ministre de la Guerre qui a fait son baptême de feu dans le sang de quelques 32 Palestiniens tués depuis mardi, a tenu une réunion d'urgence pour examiner les conditions posées le soir même par le secrétaire général du Jihad islamique de la Palestine, Ziyad al-Nakhalah. 

Car la situation a littéralement pris de court Israël : interrogé par Al-Mayadeen, le secrétaire général du Jihad islamique de la Palestine a déclaré que dès le deuxième jour du combat contre le régime israélien, d’autres groupes de la Résistance palestinienne avaient rejoint les combattants des brigades al-Qods, ce qui a totalement surpris Tel-Aviv qui comptait sur une riposte "isolée" du Jihad islamique. Puis le commandant al-Nakhalah est allé encore plus loin : « Les Brigades al-Qods ont la capacité de mener le combat selon des plans préétablis pour une très longue durée et leur aptitude à réagir au quart de tour à l’assassinat du martyr Atta devrait l'avoir fait comprendre au régime de Tel-Aviv. » Dans leur communiqué publié mardi, les Brigades al-Qods avait évoqué une " terrible riposte sans frontière à Israël", ce à quoi s'est ajouté un terme largement alarmant pour Tel-Aviv : "plan préétabli".

Les appels à la trêve du côté d'Israël se multiplie, a affirmé Al-Nakhalah, mais le Jihad islamique ne fera pas de trêve sans que ses conditions ne soient remplies au préalable. : « Le régime israélien voudrait obtenir tout de suite un cessez-le-feu, mais que le Jihad islamique exige la réalisation de ses conditions avant d’accepter une trêve. Le régime israélien doit cesser l’assassinat des commandants de la Résistance et mettre fin à ses attaques contre les participants aux manifestations palestiniennes du Grand retour et au blocus de la bande de Gaza. Voici nos trois condition. »  

Le ministre Bennett a du avoir bien compris le message surtout que l'ambassade US a décidé mercredi d'interdire à son personnel tout déplacement dans le sud d’Israël : « Les roquettes continuent de toucher la périphérie de Gaza, les villes d’Ashdod et d’Ashkelon et des régions du sud d’Israël. Les employés du gouvernement des États-Unis et les membres de leur famille sont temporairement empêchés de se déplacer personnellement dans les zones des sirènes d’alerte rouge ou des tirs de roquettes, car la situation reste imprévisible. Le communiqué a ajouté que le personnel américain vivant ou travaillant actuellement dans ces zones devaient rester à proximité des espaces protégés. »

L'appel est catégorique, les USA n'iraient pas intervenir: on apprend ce jeudi que la trêve vient d'entrer en vigueur suivant les conditions posées par le Jihad islamique, signe encore une fois que l'armée israélienne n'a de l'armée que son nom. Le porte-parole du Jihad islamique de la Palestine, Musab al-Braim vient d'annoncer : « La trêve a été instaurée à 5.30 heures locales suivant les trois conditions que nous avons imposées à Israël à savoir la fin des assassinats ciblés, la fin de l'attaque contre la marche du Grand retour et des mesures pour briser le blocus contre Gaza. La Résistance a eu le dernier mot. Elle a brisé Netanyahu et a défendu son peuple. » 

Quelques 32 morts côté palestinienne et 111 blessés, et un Dôme de fer israélien qui n'a intercepté que 70 roquettes et missiles sur un totale de 400 en deux jours. Mais le combat est loin de s'achever. La presse israélienne qui a reconnu mercredi la mort d'un premier israélien, n'irait évidemment pas affirmer qu'en 48 heures "d'escalade", deux bases israéliennes ont été visées et que la quasi totalité d'Israël a été mise hors "fonction". Les Grad et les Qassam du Jihad islamique de la Palestine dont chacun coûte quelques centaines de dollars ne s'avèrent donc pas aussi inefficaces que le prétend la presse sioniste : ces missiles ne visaient pas à ce stade à provoquer un grand bilan de pertes du coté israélien mais à "provoquer le chaos au cœur de l'ennemi". La profondeur stratégique d’Israël est désormais un terrain d'essai pour la Résistance. Un scénario similaire comme l'a promis le Jihad islamique dans son premier communiqué après la mort du commandant Atta ne serait plus à écarter ni au Golan ni au sud du Liban. 

Mots clés

commentaires