Nov 14, 2019 19:36 UTC
  • Irak: un coup à la bolivienne, possible ?

Une puissance d'occupation qui a causé la mort de près de 200 000 irakiens, qui occupe via ces bases militaires des pans entiers du territoire de l'Irak dont elle pille les richesses par pactes, contrats et lois viciées, est-elle réellement en droit de donner des leçons de démocratie au gouvernement irakien?

Bien sûr que non ! Et pourtant elle le fait ! Aussi paradoxal que cela puisse paraître, la Maison Blanche a appelé mardi à la tenue d’élections anticipées en Irak. Or tout comme ces 4 dernières semaines, soit depuis le début des manifestations dans les villes du sud, chaque acte d'ingérence des Américains se retourne automatiquement contre eux-mêmes. 

Le mouvement de Résistance al-Nujaba a ainsi réagi au communiqué de la Maison Blanche en ouvrant des chantiers qui devront effectivement inquiéter les USA.

« Le gouvernement et le Parlement irakiens doivent procéder aux réformes concrètes et amender la Constitution. Cette loi a été élaborée par les Américaines dans le but d’empêcher l'Irak de devenir plus fort et de jouir de sa pleine souveraineté. Par conséquent, il est indispensable d’amender la constitution, acte qui va dans l’intérêt de la nation et non de ceux des occupants et cette fin ne sera réalisable que par le biais d’un référendum », lit-on dans le communiqué.

« Il est donc impératif que le Parlement fournisse les conditions nécessaires pour soutenir le Premier ministre afin de poursuivre toutes les personnes corrompues et lui permettre de choisir ses ministres sur base de leurs compétences et de leurs savoirs. Notre exigence est celle de la Marjaïat (Grand Ayatollah Sistani). Si les réformes ne sont pas réalisées dans les délais recommandés par la Marjaïat, le mouvement al-Nujaba s'alignera dans un acte sans précédent sur les revendications légitimes des manifestants.

Nous ne permettrons pas à la Maison Blanche de s’ingérer dans les affaires intérieures de l’Irak et en piller les richesses. Si elle persistent dans cette voie, elle en subira les conséquences  », ajoute le communiqué.

Le mouvement irakien a aussi souligné que le gouvernement, les politiques et les élites devaient savoir qu'ils se trouvaient à un stade délicat de l'histoire du pays: « Ainsi, leurs actions seront enregistrées dans les annales de l’histoire et seront évaluées à l’avenir ».

« Nous devons œuvrer pour que l’Irak s'émancipe de l’occupation américaine », conclut le communiqué. 

Une Constitution irakienne amendée qui définirait un cadre nouveau pour les pactes signés avec les Etats-Unis, l'idée  commence à faire son chemin. Ce sera la seconde émancipation et de loin la vraie! 

Mots clés

commentaires