Dec 14, 2019 06:47 UTC
  • Hormuz: un 2e RQ-4 US abattu?

Ces trois derniers jours, deux des pays qui se trouvent à des milliers de kilomètres du golfe Persique ont choisi de s'engager tour à tour sous le drapeau US et français dans le cadre de deux coalitions de guerre banales qui traînent le nom des USA et de l'UE.

Après les Pays-Bas, le Danemark dit vouloir participer à la "sécurisation" du golfe Persique aux côtes de la France tout comme le Japon qui sous pression US a fini par capituler, mais vu ses relations trop amicales et anciennes avec l'Iran a décidé de ne pas s'aventurer au-delà de la mer d'Oman et du détroit de Bab el-Mandeb.

Au fait, au train où vont les évolutions, ces pays n'auraient pas dû fléchir : USNI News, site d'information de la force marine américaine vient de faire état d'un étrange incident qui se serait produit le 26 novembre et qui a une nouvelle fois mis en évidence l'extrême vulnérabilité de l'US Navy de ce coin-ci du monde! 

Selon le site, l'un des drones américains, du même type que l'Iran a abattu au mois de juin à l'aide de ses batteries de missile antimissile Khorad, a subi des "dommages importants" lors "d'une tentative de décollage au Moyen-Orient, le mois dernier".

L'information reste évidemment trop énigmatique sur les circonstances de cet incident et ne souffle mot sur le lieu exact où ce second Global Hawk a été accidenté : "le corps de l’avion RQ-4 Global Hawk s'est heurté à "certains débris lors du décollage", ce qui a "endommagé le bâbord de l'avion sans pilote", dit jeudi 12 décembre, la 5e flotte américaine basée à Bahreïn, une Ve flotte qui soit en passant accueille depuis une vingtaine de jours l'USS Abraham Lincoln, complètement immobilisé et qui s'apprête sous peu à accueillir l'USS Harry Truman. Toujours est-il que l'incident s'est produit le 26 novembre. USNI News a d'ailleurs été le premier à signaler l'incident.

L'Iran est-il derrière? Des sources offreuses relèvent seulement la coïncidence de cet incident visiblement beaucoup plus important que ce que veut faire paraître le site américain avec la mise en activation d'une série d’armements par la marine iranienne dont le drone "Simorgh" en quoi certaines sources sionistes ont vu un "avatar du drone Hermes 450". 

Pour rappel, et toujours selon l'US Navy, "le drone américain décollait pour soutenir des opérations dans la zone de responsabilité du Commandement central américain", quand il s'est écrasé et vu que le RQ-4 Global Hawk a un poids brut au décollage de 14,6 tonnes, soit la masse d'un petit chasseur, et que ses dimensions, notamment son envergure est de près de 40 mètres comparables à celle d'un avion de ligne, le spectacle de son crash ne devrait pas être trop beau à voir. De même, quand l'US Navy affirme qu'aucun membre du personnel n'a été blessé, l'observateur a du mal à y croire. Ceci dit, USNI News citant des documents liés à l'événement a rapporté que l’incident était classé comme un incident de classe A, "ce qui pourrait entraîner des décès", "des dommages graves totalisant les deux millions de dollars ou plus ou une perte complète de l'avion".

Rappelons que le drone est utilisé par l'US Air Force et la marine américaine et il est donné pour être capable de mener des missions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance à plus de 65 000 pieds et que justement c'est à cette même altitude qu'un de ses prototypes avait été abattu au mois de juin. 

" En 2015, l'avion, qui peut parcourir de longues distances au-dessus de l'eau et le long des côtes, coûtait 123 millions de dollars, selon les documents budgétaires du Pentagone. Sa valeur a atteint environ 180 millions de dollars", affirme USNI News comme pour dévoyer le lecteur de ce qui pourrait être un second fiasco combiné de l'US Navy et l'US Air Force dans le ciel du golfe Persique signé l'Iran.

Alors que les responsables américains n'ont pas révélé d'où le RQ-4 tentait de décoller, Military.com a annoncé avoir observé, en 2017, le RQ-4 Global Hawks à la base aérienne d'al-Dhafra, aux Émirats arabes unis. 

 

Mots clés

commentaires