Jan 17, 2020 18:56 UTC
  • La France provoque Ansarallah

Le peuple de France si obstinément en colère contre un "agent de Washington" qui a fait les pires choix en matière de politiques nationales et étrangères sait-il qu'il vient d'entrer en guerre?

Aux premières heures de la matinée de ce vendredi 17 janvier, l'AFP a fait état du départ du porte-avions Charles de Gaule pour le golfe Persique, soit neuf jours après que la plus grande base US au Moyen-Orient, Ain al-Asad a été dévastée sous les coups des missiles iraniens. Charles de Gaule viendrait donc dans le golfe Persique sous prétexte d’assurer " la sécurité de la navigation" mais il aurait en réalité pour mission d'appuyer les prochains épisodes du conflit US contre l'Iran et l'axe de la Résistance. C’est ainsi que Paris, l'un des principaux fournisseurs d'armes à Riyad dans sa sale guerre contre le Yémen annonce aussi qu'il a livré des radars "sophistiqués" au royaume pour qu'il puisse contrer toute possible frappe au drone ou au missile de croisière d'Ansarallah qui viserait l’Arabie des Salmanes.

À ceci s'ajoutent les menaces de Paris de renvoyer l'Iran devant le Conseil de sécurité pour avoir usé son droit de rendre la monnaie de leur pièce aux Européens après plus d'un an de violation du désormais quasi défunt accord nucléaire. Les contours se précisent donc : La France rallie une dynamique de confrontation militaire que mène l'Amérique contre la Résistance quitte à exposer aussi bien ses forces que ses intérêts dans la région et tout ceci pour la seule raison qu'elle n'est plus un pays souverain  et qu'elle rame pour le compte des USA. Mais les Français, eux sont-ils prêts à voir leurs forces armées périr au Moyen-Orient pour les beaux yeux de l'Amérique? 

Macron a sans doute tort de vouloir faire étalage des radars Rayton dans des moments pareils en menaçant implicitement Ansarallah qui pleure la mort des milliers de Yéménites pulvérisés sous les bombes françaises entre autres. Rien ne dit que les radars français soient plus forts que les missiles de croisière d'Ansarallah, les mêmes par exemple qui se sont abattus sur Aramco le 14 septembre 2019 et qui ont définitivement changé la donne dans la région. La France a tort de vouloir provoquer la Résistance et à en sous-estimer ses capacités.

Les autorités françaises ont annoncé le déploiement d’un système radar sur la côte orientale de l’Arabie saoudite un jour après qu’Emmanuel Macron, président français a évoqué l’escalade des tensions dans la péninsule arabe et le golfe Persique.

« Le dispositif qui comprend une dizaine d’hommes, avait été baptisé « Task force Jaguar », a indiqué Emmanuel Macron dans la soirée du jeudi 16 janvier lors de ses vœux aux Armées.

Les autorités françaises ont refusé de livrer plus de détails sur la mission à accomplir par le système radar.

L’agence de presse officielle de l’Arabie saoudite a rapporté le 23 août dernier que les installations pétrolières d’Aramco à Buqayq et Khurais avaient été les cibles d’une attaque menée par 10 drones qui n’a pas tardé à être revendiquée par Yahya Saree, le porte-parole des forces armées yéménites.

Cependant, les États-Unis et l’Arabie saoudite ne cessent d’accuser l’Iran d’être derrière ces attaques. D’autant plus que suite à de longues enquêtes, les experts des Nations unies ont affirmé dans un rapport publié le 22 novembre que l’Organisation ne pouvait pas confirmer indépendamment que les missiles de croisière et les drones utilisés dans les attaques étaient iraniens.

 

 

Mots clés

commentaires