Jan 25, 2020 15:41 UTC
  • Israël:

Le rédacteur en chef du journal Rai Al-Youm Abdel Bari Atwan s’est penché dans un article sur l’annonce dans les prochains jours par Donald Trump des détails du « Deal du siècle » et sur le début de la mise en œuvre de ce deal.

Rai Al-Youm a écrit que « le chef de l’Autorité autonome palestinienne est entièrement au courant des détails de ce deal et qu’il tente de se comporter comme une partie neutre mal informée du dossier ».

Atwan a souligné que Donald Trump essayait d’offrir un cadeau au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avant le début du 3e round des élections législatives en Israël et de l’éloigner de toute poursuite judiciaire ; autrement dit, Trump veut lui donner une récompense pour son rôle dans l’assassinat du général Qassem Soleimani.

« C’est un excellent plan », a-t-il déclaré aux journalistes à bord d’Air Force One. Concocté depuis le printemps 2017 dans le plus grand secret, ce projet, dont la publication a été maintes fois reportée, est déjà jugé mort-né par les Palestiniens.

Le volet économique a été présenté en juin : 50 milliards d’investissements internationaux dans les Territoires palestiniens et les pays arabes voisins sur dix ans.

La question qui se pose maintenant est de savoir quel sera le sort des « morts actuels » qui sont à la tête de l’Autorité autonome palestinienne, après l’entrée en vigueur de ce deal.

« Malgré la frustration actuelle, nous pensons que l’indifférence actuelle ne continuera pas et que les Palestiniens, ou du moins la plupart d’entre eux, n’accepteront pas l’humiliation ni du gouvernement d’occupation et de ses forces de sécurité ni l’insulte de de l’Autorité palestinienne », a affirmé Atwan.

« Notre option a toujours été de compter sur les groupes de résistance qui ont mené des combats héroïques avec le gouvernement d’occupation sioniste au cours des dernières années. Il est fort possible que la réponse de ces groupes au “Deal du siècle” se cristallise dans des missiles qui seront tirés en direction des sionistes », a conclu Rai Al-Youm.

 

Mots clés

commentaires