Feb 14, 2020 11:47 UTC

Le commandant de la Force aérospatiale du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI), a insisté encore une fois sur l’impératif de l’expulsion des militaires américains du Moyen-Orient.

Selon le général de brigade Amir Ali Hajizadeh, commandant de la Force aérospatiale du CGRI tous les États de l’axe de la Résistance sont unis.

« Nous devons mener une coopération conjointe et étroite et conjuguer nos efforts pour expulser les troupes américaines de la région et anéantir le régime sioniste », a-t-il réaffirmé ce vendredi 14 février au micro de la chaîne d’information yéménite, Al-Masirah. Et de poursuivre : « Aujourd’hui l'axe de la Résistance ne se limite pas seulement à l'Iran. Il s'étend de la mer Rouge à la Méditerranée et il englobe le Mouvement d’Ansarallah au Yémen jusqu’au Hezbollah au Liban ».

Quant aux pertes en vie humaine infligées aux États-Unis lors des frappes aux missiles du 8 janvier 2020 du CGRI contre la base d’Aïn al-Asad en Irak qui abrite des troupes américaines, il a indiqué que la non-reconnaissance du nombre des morts parmi ses soldats est une preuve de l'humiliation des responsables américains.

Dans une autre partie de ses propos, il a évoqué la décision de Washington ayant camouflé le bilan exact des victimes des frappes iraniennes contre la base américaine pour dire : « Ils ont tout d’abord affirmé qu’aucun Américain n’avait été blessé. Pourtant le bilan des frappes iraniennes du 8 janvier continue de s’alourdir. Les responsables américains ont fini par reconnaître que 109 de leurs soldats avaient été exposés à une commotion cérébrale. Le gouvernement américain finira par admettre la mort de ces soldats ».

Selon le général de brigade Hajizadeh, l’Iran en attaquant la plus grande base des États-Unis a porté atteinte à la réputation de ce pays et en a sapé l’hégémonie.

« Nous continuerons de combattre l'ennemi et nous nous présenterons sur les champs de bataille tant que l'injustice et l'agression sévissent », a rassuré pour sa part, le général Mohammad Hejazi, commandant adjoint de la Force Qods à l’antenne d’Al-Masirah.

Lors des funérailles spectaculaires du général de corps d’armée Qassem Soleimani et de ses compagnons à Téhéran, le nouveau commandant de la Force Qods, le général Ghani a promis de venger le sang de ses frères d’armes.

 

Mots clés

commentaires